Dictionnaire de la médecine d’après Galien de Pergame

Les 20 tomes (22 volumes) de l’édition de référence des traités galéniques due à C.G. Kühn et publiée à Leipzig entre 1821 et 1833.
Photo N. Rousseau.

Galien de Pergame, grand érudit formé au temps de la seconde sophistique, était parfaitement rompu à la philosophie, à la logique, mais aussi à la « grammaire » (γραμματική) – ce que nous appelons la « philologie ». Depuis les travaux pionniers de I. von Müller ou E. Wenkebach, il est clair que Galien, dans son dialogue avec les commentateurs et scholiastes de tous types de littérature qui l’ont précédé, s’appuyait sur des sources précises et solides, sans nécessairement les nommer (les noms de ses prédécesseurs en matière de lexicographie médicale, Bacchéios de Tanagra, Zénon, Zeuxis, ou Glaucias de Tarente pour la période hellénistique, Érotien pour la période romaine, ne sont que très rarement évoqués) – ce qui peut expliquer que ses citations de poètes archaïques et classiques ne semblent pas toujours de première main, ou que ses définitions de tel ou tel terme trouvent un écho chez des lexicographes postérieurs, qui ont pu puiser aux mêmes sources. Par ailleurs, loin de se limiter à transmettre un héritage, Galien a développé sa propre réflexion sur la langue de la médecine, en particulier sur le danger des mots qui peuvent induire en erreur, et sur les exigences parfois contradictoires de clarté nécessaire à la communication et de respect inconditionnel de l’usage établi : l’importance qu’il accorde à la dénomination, pour des raisons à la fois exégétiques et didactiques, est illustrée par des analyses précises et techniques sur la forme des mots (dérivation, composition, figement de locutions), sur leur(s) sens (emplois propres ou figurés, métaphoriques ou catachrestiques), ainsi que sur leur usage (fréquence d’emploi, variation diachronique, diastratique [technicité], ou encore dialectale).

Cette réflexion sur l’usage, en particulier, qui reflète une conscience aiguë de l’existence d’une histoire de la médecine, et de la possibilité de différents usages selon les différentes écoles médicales, rend le témoignage de ce « lexicologue » (selon le mot de F. Skoda1) capital, tant sur son propre vocabulaire que sur celui de ses prédécesseurs, et en premier lieu sur celui des textes hippocratiques. Or aucun de ses traités spécifiquement consacrés aux sujets « communs aux grammairiens et aux rhéteurs », τὰ τοῖς γραμματικοῖς καὶ ῥήτορσι κοινά (dont quarante-huit livres Sur le vocabulaire des écrivains attiques, suivant l’ordre alphabétique, ou cinq Sur le vocabulaire courant d’Aristophane par exemple), qu’il mentionne dans ses traités bio-bibliographiques2, n’a été conservé. Le traité des Noms médicaux (Περὶ τῶν ἰατρικῶν ὀνομάτων), dont seul le premier livre est connu, grâce à une traduction arabe3, porte avant tout sur « la meilleure façon d’employer les termes médicaux » (ὅπως μὲν ἄν τις ἄριστα χρῷτο τοῖς ἰατρικοῖς ὀνόμασιν : Dieb. decr. 1.4 [9.789 K]) ; et si les quatre autres livres sont perdus, ils ne contenaient visiblement que des analyses étendues de quelques termes importants de la médecine, et non un lexique médical. Le seul travail proprement lexicographique qui reste de Galien est ainsi son Glossaire hippocratique (Γαληνοῦ τῶν παρ᾽ Ἱπποκράτει γλωττῶν ἐξήγησις), récemment édité par L. Perilli (CMG V 13, 1, Berlin, 2017) ; mais celui-ci ne vise qu’à éclairer certains termes hippocratiques, et non l’ensemble du vocabulaire médical – ni même hippocratique.

Dès lors, deux voies s’offrent pour prendre la mesure de l’immense savoir de Galien sur le lexique de sa discipline, au-delà des quelques exemples bien connus et souvent cités. La première consiste à relever les explications galéniques grâce à des termes-clefs comme le nom des auteurs anciens dont il cite des passages pour illustrer le sens de tel ou tel mot, ou encore le vocabulaire technique par lequel il décrit la formation, le sens ou l’usage des mots. Cependant, si certains termes techniques, comme ceux par lesquels l’emploi « au propre » (τῷ ὀνόματι / τῇ προσηγορίᾳ / τῇ λέξει κυρίως / ἰδίως χρῆσθαι) est distingué de l’emploi catachrestique (ἐκ καταχρήσεως) ou métaphorique (κατὰ μεταφοράν), sont bien attestés, d’autres sont peu fréquents : par exemple, plutôt que les termes spécifiques παράγεσθαι ou παρονομάζεσθαι « dériver de, être tiré de », c’est bien plus souvent une simple préposition ἀπό/παρά/ἐκ « d’après, à partir de » accompagnant un verbe ὀνομάζεσθαι uel sim. « être nommé » qui exprime une relation de dérivation.

De ce fait, afin de compléter les résultats fournis par cette première méthode, la lecture cursive des quelque dix mille pages de texte grec que compte l’œuvre galénique apparaît comme la voie la plus efficace et la plus sûre pour répertorier les mots médicaux à propos desquels le médecin de Pergame a estimé qu’une explication était nécessaire à ses lecteurs. À en juger par la façon massive dont Galien emploie le lexique de la dénomination (plus de 6000 occurrences des verbes καλεῖν, ὀνομάζειν et προσαγορεύειν « nommer », près de 900 occurrences de l’expression ὁ λεγόμενος uel sim. « ce qui est dit », auxquelles s’ajoutent près de 1800 occurrences des substantifs ὄνομα et προσηγορία « nom »), cette recherche laisse augurer un renouvellement important de nos connaissances sur le savoir lexicographique de cet auteur dont la profonde influence sur la pensée médicale a persisté pendant de si nombreux siècles.

Pour en savoir plus

www.iufrance.fr/les-membres-de-liuf/membre/2053-nathalie-rousseau.html

Rousseau N., 2017 : « Le nom des éléments (στοιχεῖα) : histoire, sens et emplois selon Galien de Pergame », revue électronique Aitia. Regards sur la culture hellénistique au XXIe siècle, 7–2, en ligne.

Voir aussi, sur ce carnet, la bibliographie sur « La langue de la médecine selon Galien de Pergame ».

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Dictionnaire de la médecine d’après Galien de Pergame », dans Etymologika, 21/01/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1035, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. F. Skoda, 2001 : « Galien lexicologue », dans M. Woronoff, S. Follet & J. Jouanna (dir.), Dieux, héros et médecins grecs. Hommage à Fernand Robert, Besançon / Paris, p. 177–195. []
  2. De libris propr. 20 (19.48 K), éd. & trad. V. Boudon-Millot, Paris, 2007 (l’authenticité des titres de chapitres de ce traité n’a pas à être mise en doute, comme l’a montré l’éditrice : voir note 4 à 1.1 [p. 136], p. 180). Voir aussi De ord. libror. suor. 5.1 et 4 (19.60-61 K), ibid. []
  3. Galen, Über die medizinischen Namen, arabisch und deutsch herausgegeben von M. Meyerhof und J. Schacht, Berlin, 1931 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search