Conseils typographiques

Jean Dumont, Vade-mecum du typographe, Bruxelles : A. Lesigne, 1915. Source : archive.org.

Les conseils donnés ci-après, qui s’appliquent aux textes rédigés en français1, peuvent être complétés par la consultation des ouvrages suivants :

  • M. Grevisse, Le bon usage, Bruxelles : De Boeck supérieur, 2016 (multiples rééditions) ;
  • Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, [Paris] : Imprimerie nationale, 2002 (multiples rééditions).

Pour la vérification de l’orthographe, des constructions et des usages des mots, penser au Trésor de la Langue Française informatisé et au Dictionnaire de l’Académie française , tous deux en ligne.

Structure d’un document

Page de titre, éventuel Sommaire (indiquant seulement les grandes articulations du texte, sans numéros de pages), éventuel Avant-propos (contenant d’éventuels remerciements, les plus sobres possibles), Introduction, éventuelle Notice (« mode d’emploi » : indications utiles à la lecture, p. ex. éditions employées, abréviations diverses…), différentes parties structurées en différents chapitres (eux-mêmes structurés en différentes sections…), Conclusion, Bibliographie (avec une liste des abréviations employées en référence aux ouvrages usuels dans la discipline), Indices (index nominum, rerum, locorum…), éventuelles Tables (des figures, des planches…), suivies d’une Table des matières détaillée (indication de toutes les articulations du texte, ainsi que des numéros de pages)2.

Feuille de style

Créer une feuille de style et assigner ensuite un style à chaque bloc de texte permet d’assurer un résultat homogène.

Présentation générale

Laisser des marges suffisantes pour le confort de lecture ; penser notamment à la reliure.

Justifier tous les blocs de texte.

La même police de caractères doit être employée dans tout le document. Composer le grec en caractères Unicode.

La taille de caractères, en revanche, varie suivant les blocs de texte ; veiller à choisir un rapport harmonieux entre les différentes tailles de caractères (exemple : 12 points pour le texte principal, 11 points pour les citations, 10 points pour les notes) et s’en tenir à deux ou trois autres tailles au maximum pour les titres.

Titres

Définir la taille de police (décroissante selon l’importance du titre), les enrichissements du texte (gras, italiques, grandes ou petites capitales, soulignement), le type de numérotation, l’espace avant ou après, le retrait à gauche, l’éventuel saut de page avant, éviter veuves et orphelines, paragraphes solidaires, lignes solidaires.

  • Remarque : les titres ne sont pas ponctués, excepté par un point d’interrogation.
Texte principal

Définir la taille de police, l’interligne, l’espace avant ou après, l’alinéa, éviter veuves et orphelines.

  • Remarque 1 : pour un paragraphe sans alinéa sous un titre, créer un autre style.
  • Remarque 2 : il faut absolument proscrire les retours à la ligne qui perturbent la mise en pages et peuvent engendrer une ligne blanche en haut de page. Pour un paragraphe plus espacé du précédent, créer un autre style avec une valeur d’« espace avant » plus importante.
Citations en retrait

Définir la taille de police, l’interligne, l’espace avant ou après, le retrait à gauche, éviter veuves et orphelines.

  • Remarque : il faut absolument proscrire les suites d’espaces ; pour un vers en retrait du précédent, utiliser une tabulation.
Notes

Définir la taille de police ; généralement, pas d’interligne ni d’espace avant/après, éviter veuves et orphelines.

En-tête / Pied de page

Réfléchir à l’impression : si celle-ci est faite en recto/verso, distinguer les pages paires et impaires dans la mise en pages afin de pouvoir placer les numéros de pages en bas à droite des pages impaires et en bas à gauche des pages paires ; la première page n’est pas numérotée.

Conventions typographiques

Appel de notes de bas de page

L’appel de note est soit collé au mot auquel la note se rapporte, soit placé avant le dernier signe de ponctuation et, le cas échéant, après le guillemet fermant.

Apostrophe

Remplacer les apostrophes droites par des apostrophes courbes.

L’apostrophe droite s’emploie seulement en grec pour indiquer que la lettre ou le groupe de lettres qu’elle suit sert de signe de numération : α’ (=1), ιϛ’ (=16)3, κδ’ (= 24).

Capitales

Les capitales et les petites capitales doivent être accentuées.

Le chiffre des siècles apparaît en petites capitales, suivi d’une abréviation en exposant (voir « Abréviations » infra) : XIXe siècle, Ier siècle.

La capitale ne sert en aucun cas à souligner un élément important du propos.

  • Remarque : la petite capitale est un enrichissement du texte ; conserver la même taille de caractères.
Citations

La citation est placée entre des guillemets français (« citation »), avec des espaces insécables. On utilise les guillemets anglais (“citation”), sans espaces, dans le cas d’une citation à l’intérieur d’une citation. Le grec est toujours cité sans guillemets.

Une citation de plus de quatre lignes doit être sortie du texte principal : elle se présente sans guillemets, avec retrait à gauche (voir supra, « Feuille de style »).

Crochets

Les crochets remplacent les parenthèses à l’intérieur d’un passage entre parenthèses : ( [ ] ) ; ils indiquent aussi un passage coupé dans une citation : […].

Espaces

L’espace insécable précède tous les signes de ponctuation doubles : deux-points, point-virgule, point d’exclamation, point d’interrogation ; elle4 suit le guillemet français ouvrant («) et précède le guillemet français fermant (»). Son emploi est indispensable à la fois pour des raisons pratiques (l’espace insécable empêche le passage intempestif à la ligne suivante d’un signe de ponctuation solitaire) et pour des raisons esthétiques (cette espace n’est pas prise en compte pour la justification des lignes, et conserve donc toujours la même largeur).

  • Remarque : dans Word, sélectionner le « Français » dans le menu déroulant « Outils », rubrique « Langue », permet l’insertion automatique de ces espaces.

Il est également recommandé d’insérer une espace insécable après les abréviations (voir infra) qui sont suivies d’un chiffre, comme chap., col., fig., fol., l., n., n°, p., pl., t., v., vol., §.

  • Remarque : il faut absolument proscrire les suites d’espaces ; utiliser une tabulation.
Gras

Éviter l’emploi des caractères gras, qui, en particulier, ne servent en aucun cas à souligner un élément important du propos.

Italiques

Réserver l’italique aux titres d’ouvrages et de revues, aux formulations en langues étrangères (dont les locutions non francisées en langue latine : infra, supra, passim, à l’exception des abréviations « cf. » et « etc. », qui se composent en romain), et à la désignation d’un mot en tant que mot (ex. : le verbe aimer).

  • Remarque : un mot emprunté à une langue étrangère qui a été intégré au lexique du français (et figure, à ce titre, dans les dictionnaires), se compose en romain. Ex. : continuum, hapax, leitmotiv.

L’emploi de l’italique peut occasionnellement servir à souligner un élément important du propos ; un usage parcimonieux de cette fonction garantit l’efficacité de l’effet recherché.

Attention à ne pas mettre en italique le signe de ponctuation ou l’appel de note suivant une expression en italique.

Le grec ne se compose en aucun cas en italique, même au sein d’un groupe de mots en italique.

Soulignement

Éviter l’emploi du soulignement, qui, en particulier, ne sert en aucun cas à souligner un élément important du propos.

Tiret et trait d’union

Le tiret s’emploie dans une énumération, ou pour encadrer un élément qui est ainsi séparé du reste du texte ; dans ce dernier cas, le second tiret disparaît s’il se trouve devant un point final.

Le tiret se distingue par sa longueur du trait d’union, plus court, dont la fonction est différente.

  • Remarque 1 : le tiret (« demi-cadratin » : –) se trouve dans les « caractères spéciaux » ;
  • Remarque 2 : il existe dans les « caractères spéciaux » un trait d’union insécable.

Abréviations

En français, un mot est abrégé par retranchement des lettres finales, toujours après la (dernière) consonne (d’un groupe) : ainsi apr. et non ap.

Recourir uniformément aux abréviations courantes : apr. J.-C., av. J.-C., art., chap., cit., col. (colonne), coll. (collection), dir. (direction d’ouvrage), éd. (édité par, pour une édition de textes), etc., ex., fig. (figure), fol. (folio), l. (ligne), Mme, M., MM., n. (note), no, p., pl. (planche), s.u. (sub uerbo), suppl. (supplément), t. (tome), trad. (traducteur, traduction), v. (vers), vol. (volume), § (paragraphe).

Ne pas utiliser vols, pp., ed., eds, sqq.

Les nombres ordinaux sont abrégés en exposant, de la façon suivante : « er » pour premier (Ier siècle), « re » pour première (1re partie), « e » ensuite (2e édition).

Pour un renvoi interne, utiliser la mention « voir » (et non « cf. », à réserver pour suggérer une comparaison ou un rapprochement). Ex. : « Voir n. 3 ».

Donner au début de la bibliographie la liste des abréviations bibliographiques employées : DÉLG, DÉLL, LIV, LSJ [sic]…

Noms d’auteurs latins et titres de leurs œuvres : se référer aux normes de l’Index2 du Thesaurus Linguae Latinae, Leipzig, 1990.

Noms d’auteurs grecs et titres de leurs œuvres : se référer aux normes du Greek-English Lexicon (LSJ) de H.G. Liddell, R. Scott, H.S. Jones, R. McKenzie & al. (voir la liste disponible en accès libre sur le site du Thesaurus Linguae Graecae), sauf pour certaines abréviations peu explicites : il peut être utile, par exemple, d’aider le lecteur en différenciant clairement Eschyle (Æschl.) d’Eschine (Æschn.) ou Aristophane (Aristoph.) d’Aristote (Arist.).

Références bibliographiques

Dans les notes, les ouvrages sont signalés de façon abrégée, par exemple par le nom de l’auteur (en minuscules ou en petites capitales) accompagné de la date de l’ouvrage : Chantraine 1933, p. 39-40 § 33.

  • Remarque 1 : dans un texte rédigé en français, il est nécessaire d’exprimer les numéros de pages en entier : p. 301-302 (et non pp. 301-2).
  • Remarque 2 : plutôt que de mentionner seulement un chiffre, il est préférable de préciser s’il s’agit d’un numéro de page (p.), de colonne (col.), de paragraphe (§), de chapitre (chap.), ou encore de vers (v.) par exemple.

Insérer une espace insécable après chap., col., fig., fol., l., n., n°, p., pl., t., v., vol., § et le chiffre qui suit.

Remarque méthodologique importante

La bibliographie d’un travail de recherche vise à renseigner le lecteur sur les ouvrages effectivement consultés. Pour être précise et exacte, elle doit être établie au fur et à mesure de la consultation des ouvrages : l’utilisation d’un logiciel de gestion bibliographique, de type Zotero, ne dispense pas de la vérification des données recueillies sur l’ouvrage lui-même.

Attention en particulier à ne pas confondre une date d’édition, une date de réédition (« édition revue et/ou corrigée », par l’auteur lui-même ou par un autre auteur), et une date de retirage (ou réimpression, qui propose le même contenu que l’édition d’origine, à l’identique). Ainsi, dans le cas d’un retirage, la page de titre donne la date du retirage, tandis que la date de la première édition figure au dos de cette page, sur la page suivante.

Titres (en français)

Pour un titre d’ouvrage :

  • titre commençant par un article défini : majuscules jusqu’au premier substantif inclus : Eschyle, Les Sept contre Thèbes ; Isée, La Succession de Ménéklès ;
  • titre commençant par un article indéfini, ou formant une proposition ou une phrase : seul le mot initial prend une majuscule : Aristote, De la longévité et de la brièveté de la vie ; Plutarque, Comment s’apercevoir que l’on progresse dans la vertu ;
  • titre contenant une comparaison ou une symétrie, ou une seconde partie considérée comme une explication : chaque terme en opposition ou en parallèle prend une majuscule : Hésiode, Les Travaux et les Jours.

Pour un titre d’ouvrage spécialisé, un titre d’article ou un sous-titre : seul le mot initial prend une majuscule : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien ; id., « Remarques sur la langue et le vocabulaire du Corpus hippocratique ».

Référence à un ouvrage

Par exemple5, nom de l’auteur (en petites capitales), initiale du prénom, date de la publication, deux points, titre de l’ouvrage en italique, éventuel sous-titre (séparé du titre par un point), lieu d’édition (en langue originale), maison d’édition, éventuel nom de la collection + numéro de collection entre parenthèses, éventuelle date de réédition entre crochets [les différents éléments étant séparés par des virgules, + point final] :

  • Chantraine P., 1933 : La formation des noms en grec ancien, Paris, Champion [reprod. en fac-sim. : Paris, Klincksieck, 1979].
  • Skoda F., 1988 : Médecine ancienne et métaphore. Le vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Paris, Peeters / SELAF (Ethnosciences, 4).
Référence à un article de revue

Par exemple6, nom de l’auteur (en petites capitales), initiale du prénom, date de la publication, deux points, titre de l’article, titre de la revue en italique (abrégé selon les normes de l’Année Philologique), numéro du volume, pages.

Pas d’indication entre le titre de la contribution et celui de la revue :

  • Risch E., 1949 : « Griechische Determinativkomposita », IF, 59, p. 1-61 et 245-294 (= 1981, p. 1-111).
  • —, 1974 : Wortbildung der homerischen Sprache, 2e éd., Berlin / New York [1re éd. : 1937].
  • —, 1981 : Kleine Schriften, Berlin / New York.
Référence à une contribution dans un ouvrage collectif

Utiliser « dans » (et non « in ») entre le titre de la contribution et celui de l’ouvrage.

Les noms des directeurs précèdent le titre du volume et sont suivis de la mention « dir. » entre parenthèses (et non « ed ») :

  • Lamberterie Ch. de, 1990 : Les adjectifs grecs en -υς. Sémantique et comparaison, Louvain-La-Neuve, 2 vol.
  • —, 2009 : « En hommage à Michel Lejeune : mycénien o-wo-we et le nom de l’“oreille” en grec », dans F. Biville et I. Boehm (dir.), Autour de Michel Lejeune. Actes des Journées d’étude organisées à l’Université Lumière-Lyon 2 – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2-3 février 2006, Lyon.
Référence à une édition critique

Eschyle, Choéphores, éd. P. Mazon, CUF (ou Collection des Universités de France), Paris, 1935.

Référence à une ressource en ligne

Plutôt qu’une adresse de site internet, qui peut être soumise à variation, veiller à indiquer, lorsqu’il existe, l’identifiant pérenne d’un article ou d’un ouvrage (« DOI »).

  • Chiron P., 2010 : « Rude mais grand : Thucydide comme modèle stylistique paradoxal chez quelques rhéteurs grecs », dans V. Fromentin, S. Gotteland & P. Payen (dir.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, Pessac, Ausonius Éditions. [DOI : https://doi.org/10.4000/books.ausonius.2435]
  • Chiron P., 2015 : « Les doctrines antiques des figures : quelques idées reçues », Pratiques [en ligne], 165-166, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 novembre 2020. [DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.2462]
Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Conseils typographiques », dans Etymologika, 21/01/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1065, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. Pour les textes rédigés en anglais, le manuel de référence est The Chicago Manual of Style, 17th edition, Chicago (Ill.) / London : University of Chicago Press, 2017 []
  2. La place de la table des matières à la fin du texte est de règle pour un texte rédigé en français. []
  3. La lettre stigma (ϛ, code Unicode 03DB), distincte du sigma final (ς, code Unicode 03C2), ne sert plus que comme signe de numération, de même que le qoppa (ϟ) et le sampi (ϡ). []
  4. Le substantif espace, en tant que terme typographique, est de genre féminin. []
  5. De nombreuses présentations sont possibles ; l’essentiel est de proposer une présentation uniforme. []
  6. Voir n. précéd. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/08/2020

    […] et ”. Pour des conseils d’ordre typographique sur la présentation des citations, voir « Conseils typographiques » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search