Conseils typographiques

Jean Dumont, Vade-mecum du typographe, Bruxelles, 1915. Source : archive.org

Les conseils donnés ci-après peuvent être complétés par la consultation des ouvrages suivants :

– M. Grevisse, Le bon usage, Bruxelles, De Boeck supérieur, 2016 (multiples rééditions).

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, [Paris], Imprimerie nationale, 2002 (multiples rééditions).

Pour la vérification de l’orthographe, des constructions et des usages des mots, penser au Trésor de la Langue Française informatisé ou au Dictionnaire de l’Académie française , tous deux en ligne.

Présentation générale

Laisser des marges suffisantes pour le confort de lecture ; penser notamment à la reliure.

La même police de caractères doit être employée dans tout le document. Composer le grec en caractères Unicode.

Justifier tous les blocs de texte.

La taille de caractères peut varier suivant les blocs de texte ; exemple : 12 points pour le texte principal, 11 points pour les citations, 10 points pour les notes.

Créer une feuille de style et assigner ensuite un style à chaque bloc de texte permet d’assurer un résultat homogène.

Titres

Définir la taille de police (décroissante selon l’importance du titre), les enrichissements du texte (gras, italiques, grandes ou petites capitales, soulignement), le type de numérotation, l’espace avant ou après, le retrait à gauche, l’éventuel saut de page avant, éviter veuves et orphelines, paragraphes solidaires, lignes solidaires.

Remarque : les titres ne doivent pas être ponctués, excepté par un point d’interrogation.

Texte principal

Définir la taille de police, l’interligne, l’espace avant ou après, l’alinéa, éviter veuves et orphelines.

Remarque 1 : pour un paragraphe sans alinéa sous un titre, créer un autre style.

Remarque 2 : il faut absolument proscrire les retours à la ligne qui perturbent la mise en pages et peuvent engendrer une ligne blanche en haut de page. Pour un paragraphe plus espacé du précédent, créer un autre style avec une valeur d’« espace avant » plus importante.

Citations

Définir la taille de police, l’interligne, l’espace avant ou après, le retrait à gauche et à droite, éviter veuves et orphelines.

Remarque : il faut absolument proscrire les suites d’espaces : pour un vers en retrait du précédent, utiliser une tabulation.

Notes

Définir la taille de police ; généralement, pas d’interligne ni d’espace avant/après, éviter veuves et orphelines.

En-tête/Pied de page

Réfléchir à l’impression : si celle-ci est faite en recto/verso, les numéros de pages ne seront pas au même endroit sur les pages paires et impaires.

Recommandations typographiques

Appel de notes de bas de page

L’appel de note doit soit être collé au mot auquel la note se rapporte, soit être placé avant le dernier signe de ponctuation et, le cas échéant, après le guillemet fermant.

Apostrophe

Remplacer les apostrophes droites par des apostrophes courbes.

Capitales

Les capitales et les petites capitales doivent être accentuées.

Le chiffre des siècles apparaît en petites capitales, suivis de « e » en exposant : « er » pour premier (Ier), « re » pour première (Ire) : XIXe siècle, Ier siècle.

La capitale ne sert en aucun cas à souligner un élément important du propos.

Citations

La citation est placée entre des guillemets français (« A »), avec des espaces insécables. On utilise les guillemets anglais (“A”), sans espaces, dans le cas d’une citation à l’intérieur d’une citation. Le grec est toujours cité sans guillemets.

Pour une citation de plus de quatre lignes : citation sortie, en retrait (sans guillemets, avec retrait à gauche et à droite : voir supra).

Crochets

Les crochets remplacent les parenthèses à l’intérieur d’un passage entre parenthèses ; par ailleurs, ils indiquent un passage coupé dans une citation : […].

Espaces

L’espace insécable précède tous les signes de ponctuation doubles : deux-points, point-virgule, point d’exclamation, point d’interrogation ; elle suit le guillemet français ouvrant («) et précède le guillemet français fermant (»).

(Conseil pratique : dans Word, sélectionner le « Français » dans le menu déroulant « Outils », rubrique « Langue », permet l’insertion automatique de ces espaces).

L’espace insécable suit aussi les abréviations : p., t., vol., fol., n°, chap., fig., n., l., v., coll.

Proscrire les suites d’espaces (utiliser une tabulation).

Gras

Éviter l’emploi des caractères gras, qui, en particulier, ne servent en aucun cas à souligner un élément important du propos.

Italiques

Réserver l’italique aux titres d’ouvrages et de revues, aux formulations en langues étrangères (dont les locutions non francisées en langue latine : infra, supra, passim, à l’exception des abréviations « cf. » et « etc. », qui se composent en romain), et à la désignation d’un mot en tant que mot (ex. : le verbe aimer).

Attention à ne pas mettre en italique le signe de ponctuation ou l’appel de note suivant une expression en italique.

Éviter l’emploi de l’italique pour souligner un élément important du propos.

Le grec ne se compose en aucun cas en italique, même au sein d’un groupe de mots en italique.

Petites capitales

La petite capitale est un enrichissement du texte : conserver la même taille de caractères.

Soulignement

Éviter l’emploi du soulignement, qui, en particulier, ne sert en aucun cas à souligner un élément important du propos.

Tiret et trait d’union

Le tiret s’emploie dans une énumération, ou pour encadrer un élément qui est ainsi séparé du reste du texte ; dans ce dernier cas, le second tiret disparaît s’il est devant un point final.

Le tiret se distingue par sa longueur du trait d’union, dont la fonction est différente.

Remarques :

– le tiret (« demi-cadratin » : –) se trouve dans les « caractères spéciaux » ;

– il existe dans les « caractères spéciaux » un trait d’union insécable.

Abréviations

Recourir uniformément aux abréviations courantes :

etc., apr. J.-C., av. J.-C., art., chap., cit., coll. (collection), dir. (direction d’ouvrage), éd. (édité par, pour une édition de textes), ex., fig. (figure), fol. (folio), Mme, Mlle, M., MM., Mgr, n. (note), no, p., § (paragraphe), pl. (planche), suppl. (supplément), trad. (traducteur, traduction), v. (vers).

Ne pas utiliser « vols », « pp. », « ed. », « eds », « sqq ».

Pour un renvoi interne, utiliser la mention « voir » (et non « cf. », à réserver pour suggérer une comparaison ou un rapprochement) : Voir n. 3.

Pour une citation, il est important de préciser s’il s’agit d’une page (p.), d’un vers (v.) ou d’une strophe (st.).

Donner au début de la bibliographie la liste des abréviations bibliographiques employées dans le mémoire : DÉLG, DÉLL, LIV, LSJ [sic]…

Noms d’auteurs latins et titres de leurs œuvres : se référer aux normes de l’Index2 du Thesaurus Linguae Latinae, Leipzig, 1990.

Noms d’auteurs grecs et titres de leurs œuvres : se référer aux normes du dictionnaire Liddell-Scott-Jones, sauf pour quelques abréviations plus usuelles en français : par exemple Aristoph., Coll. Hipp., Esch. (Eschyle), Hér., Hés.

Références bibliographiques

Dans les notes, les ouvrages sont signalés de façon abrégée, par exemple par le nom de l’auteur (en minuscules), accompagné de la date de l’ouvrage : Chantraine 1933, p. 39-40 § 33.

Exprimer les numéros de pages en entier : p. 301-302 (et non pp. 301-2).

Toujours insérer une espace insécable entre p., col., chap., vol., t., n°, pl., fol. et le nombre qui suit.

Titres (en français)

Pour un titre d’ouvrage :

– titre commençant par un article défini : majuscules jusqu’au premier substantif inclus :

Eschyle, Les Sept contre Thèbes 

Isée, La Succession de Ménéklès

– titre commençant par un article indéfini, ou formant une proposition ou une phrase : seul le mot initial prend une majuscule :

Aristote, De la longévité et de la brièveté de la vie

Plutarque, Comment s’apercevoir que l’on progresse dans la vertu

– titre contenant une comparaison ou une symétrie, ou une seconde partie considérée comme une explication : chaque terme en opposition ou en parallèle prend une majuscule :

Hésiode, Les Travaux et les Jours

Pour un titre d’article ou un sous-titre : seul le mot initial prend une majuscule :

P. Chantraine, « Remarques sur la langue et le vocabulaire du Corpus hippocratique»

P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien.

Référence à un ouvrage

Par exemple, nom de l’auteur (en petites capitales), initiale du prénom, date de la publication, deux points, titre de l’ouvrage en italique, sous-titre (séparé du titre par un point), lieu d’édition (en langue originale), maison d’édition, éventuelle date de réédition entre crochets [les éléments étant séparés par des virgules, + point final] :

Chantraine P., 1933 : La formation des noms en grec ancien, Paris, Champion [reprod. en fac-sim.: Paris, Klincksieck, 1979].

Skoda F., 1988 : Médecine ancienne et métaphore. Le vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Paris, Peeters/SELAF.

Référence à un article de revue

Par exemple, nom de l’auteur (en petites capitales), initiale du prénom, date de la publication, deux points, titre de l’article, titre de la revue en italique (abrégé selon les normes de l’Année Philologique), numéro du volume, date, page(s) citée(s).

Pas d’indication entre le titre de la contribution et celui de la revue :

Risch E., 1949 : « Griechische Determinativkomposita », IF, 59, p. 1-61 et 245-294 (= 1981, p. 1-111).

—, 1974 : Wortbildung der homerischen Sprache, 2e éd., Berlin / New York. [= WHS]

—, 1981 : Kleine Schriften, Berlin / New York.

Référence à une contribution dans un ouvrage collectif

Utiliser « dans » (et non « in ») entre le titre de la contribution et celui de l’ouvrage.

Les noms des directeurs précèdent le titre du volume et sont suivis de la mention « dir. » entre parenthèses (et non « ed ») :

Lamberterie Ch. de, 1990 : Les adjectifs grecs en -υς. Sémantique et comparaison, Louvain-La-Neuve, 2 vol.

—, 2009 : « En hommage à Michel Lejeune : mycénien o-wo-we et le nom de l’“oreille” en grec », dans F. Biville et I. Boehm (dir.), Autour de Michel Lejeune. Actes des Journées d’étude organisées à l’Université Lumière-Lyon 2 – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2-3 février 2006, Lyon.

Référence à une édition critique

Eschyle, Choéphores, éd. P. Mazon, C.U.F. (ou CUF, ou Collection des Universités de France), Paris, 1935.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.