Notions d’analyse morphologique

F. de Saussure, Cours de linguistique générale publié par Charles Bally et Albert Sechehaye, avec la collaboration de Albert Riedlinger, 3e édition, Paris : Payot, 1931 [1re éd. : 1916], p. 117. Source : Gallica.

L’analyse d’un mot s’effectue de façon empirique : il s’agit de voir de manière pratique ce qui peut être analysé en synchronie, et de continuer éventuellement ensuite l’analyse en diachronie, selon une distinction due à Ferdinand de Saussure et devenue classique en linguistique1.

Ainsi, lorsque thème et désinence (voir infra) ne sont plus identifiables en synchronie, on parle simplement de « finale » (ex. : finale -ους de γένους, génitif de γένος [τὸ]) ; la forme reconstruite en diachronie, qui permet d’isoler thème et désinence dans un état antérieur de la langue, est précédée d’un astérisque (ex. : *γένεσ-ος > γένους).

Le morphème, plus petit élément porteur d’un sens, est une unité abstraite : il peut exister plusieurs allomorphes pour un même morphème. Ex. : ὕδωρ, ὕδατ- (cf. génitif ὕδατ-ος), ὑδρ- (cf. dérivés ὕδρ-α « hydre » [serpent d’eau], ὑδρ-ία « hydrie » [vase à eau]) sont trois allomorphes du radical du nom de l’« eau » ; de même λεγ- et λογ- que l’on trouve respectivement dans le verbe λέγειν « rassembler, cueillir, choisir » d’où « raconter, dire » et dans le substantif λόγος, ου (ὁ) « récit, compte, considération, explication, raisonnement, raison, parole »2.

Un morphème peut être discontinu. Ex. : les morphèmes de présent qui associent un suffixe et un infixe nasal : λαμβάνομεν, πυνθάνομαι, τυγχάνομεν.

Le morphème lexical, qui peut éventuellement avoir une existence autonome et suffire à former, associé à la seule désinence, un mot simple3, se distingue du morphème grammatical, qui s’associe à un morphème lexical (nommé « radical »4), et qui peut être de différentes sortes :

→ désinence : élément mobile qui caractérise chacune des formes d’une flexion et qui précise la fonction du mot dans la phrase ; sa permutation entraîne un changement de cas dans la flexion nominale, et un changement de personne dans la flexion verbale ; une même désinence exprime plusieurs catégories grammaticales à la fois :

  • désinences nominales : le cas, le nombre, parfois le genre (ex. : νεανία-ς uersus ἡμέρᾱ-ø) ;
  • désinences verbales : la personne, la voix, + reflètent parfois aussi le mode/le temps :
    • désinences primaires actives -μι, *-si [≠-ς]5, *-ti>-σι / secondaires *-m>-ν/α, -ς, *-t>ø ;
    • désinences primaires moyennes -μαι, -σαι(>-αι), -ται, -μεθα, -σθε, -νται / secondaires -μην, -σο(>-ο), -το, -μεθα, -σθε, -ντο.

Remarque 1 : comme la langue est un système d’oppositions distinctives, l’absence de marque désinentielle est signifiante, et constitue elle-même une désinence (« désinence zéro »)6.

Remarque 2 : l’allongement de la voyelle prédésinentielle (voyelle qui précède la désinence) peut fonctionner comme marque désinentielle (ex. : δαίμων, cf. gén. δαίμον-ος).

suffixe : élément adjoint au radical pourvu de deux fonctions7 :

  • fonction syntaxique : le suffixe définit la catégorie grammaticale du terme qu’il sert à former (adjectif, substantif, adverbe, verbe…) ;
  • fonction sémantique : le suffixe modifie le sens du radical.

Remarque 1 : il faut distinguer des suffixes deux types d’éléments qui servent à faciliter la flexion, mais ne remplissent aucune des deux fonctions évoquées ci-dessus :

  • élargissement : élément consonantique qui apparaît à la fin de certains thèmes vocaliques ; on reconnaît l’élargissement à son caractère facultatif et éventuellement variable selon les dialectes (p. ex. acc. sing. de ὄρνις « oiseau » : ὄρνῑ-θ-α et ὄρνῑ-χuersus ὄρνι-ν) ;
  • voyelle thématique : voyelle alternante ε/ο située à la fin d’un thème nominal ou verbal.

Remarque 2 : le sens des suffixes est parfois bien identifiable (suffixes -τη-ς de noms d’agent, -σι-ς de noms d’action), parfois non (suffixe *-es-/-os- formant des substantifs neutres).

→ préverbe (δια-λέγ-ε-ται).

→ augment : voyelle ε (δι-ε-λέγ-ε-το) ou allongement tenant lieu d’augment (γε).

→ redoublement :

  • au présent, consonne initiale + voyelle ι (γίγνεται) ;
  • au parfait, consonne initiale + voyelle ε (γέγονα, γεγένημαι), ou voyelle ε seule devant 2 consonnes (γνωκα) tenant lieu de redoublement, ou allongement de la voyelle initiale (act. χα, moy. γμαι) tenant lieu de redoublement8 ;
  • dans certains aoristes (ἤγαγον/inf. ἀγαγεῖν, εἶπον/inf. εἰπεῖν9, hom. ἔπεφνον).

Le thème est obtenu en ôtant au mot complet sa désinence :

  • s’il est terminé par la voyelle thématique ε/ο, il s’agit d’un thème thématique : p. ex. λόγο-ν, λέγο-μεν ;
  • s’il n’est pas terminé par une telle voyelle, il s’agit d’un thème athématique : p. ex. κόρακ-α, δαίμον-α, γένος-ø, ἡμέρᾱ-ν, τίθε-μεν (radical θη-/θε-).

Remarque : à ces thèmes peuvent ensuite s’adjoindre des suffixes thématiques (p. ex. le suffixe de participe -μενο-) ou des suffixes athématiques (p. ex. le suffixe de participe -ντ-), qui donnent respectivement lieu à des thèmes thématiques (p. ex. λεγόμενο-ν, τιθέμενο-ν) et athématiques (p. ex. λέγοντ-α, τιθέντ-α).

La distinction entre mots simples et mots construits repose sur l’analyse de la structure du thème :

  • si le thème est constitué d’un seul radical, sans suffixe, il s’agit d’un mot simple : p. ex. λόγ-ο-ς ;
  • si le thème est constitué d’un seul radical et d’un ou de plusieurs suffixes, il s’agit d’un mot dérivé : p. ex. λογ-ικό-ς, λογ-ίζο-μαι ;
  • si le thème est constitué de deux radicaux, avec ou sans suffixe, il s’agit d’un mot composé : p. ex. φιλό-λογ-ο-ς, φιλό-σοφ-ο-ς.

Remarque : comme le montre ce dernier exemple, qui a pour second terme le radical du nom de la « sagesse », σοφ‑ία, la voyelle thématique -ο- qui se trouve à la fin du composé n’appartient pas au second terme, mais sert à la formation du composé dans son ensemble.

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Notions d’analyse morphologique », dans Etymologika, 18/08/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1343, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. « Les termes d’évolution et de linguistique évolutive sont plus précis [que ceux d’histoire et de linguistique historique], et nous les emploierons souvent ; par opposition on peut parler de la science des états de langue ou linguistique statique. Mais pour mieux marquer cette opposition et ce croisement de deux ordres de phénomènes relatifs au même objet, nous préférons parler de linguistique synchronique et de linguistique diachronique. Est synchronique tout ce qui se rapporte à l’aspect statique de notre science, diachronique tout ce qui a trait aux évolutions. De même synchronie et diachronie désigneront respectivement un état de langue et une phase d’évolution » (F. de Saussure, Cours de linguistique générale publié par Charles Bally et Albert Sechehaye, avec la collaboration de Albert Riedlinger, 3e édition, Paris : Payot, 1931 [1re éd. : 1916], p. 117). []
  2. Voir DÉLG s.u. λέγω, qui détaille les évolutions qui ont donné lieu à ces différentes acceptions, ainsi que « Formation des noms d’action du grec ancien », pour la faculté qu’ont les « noms d’action » d’exprimer soit l’action elle-même (« fait de parler, faculté de parler, parole »), soit son résultat (« parole [prononcée], discours »). []
  3. Par exemple πούς, ποδ-ός « pied » ; sur la distinction entre mots simples et mots construits, voir infra. []
  4. Par commodité, on distingue radical, de date grecque (ex. : γεν-) et racine, de date indo-européenne (ex. : *genh1-). []
  5. La désinence primaire de 2e pers. *-si, qui se confondait avec celle de 3e pers. après une évolution phonétique (assibilation de τ devant ι : *-ti>-σι), a été remplacée par la désinence secondaire *-s. []
  6. À distinguer des désinences qui existaient dans un état antérieur de la langue, mais sont tombées phonétiquement, comme la désinence secondaire de 3e pers. sing. *-t (chute de toutes les occlusives finales en grec). []
  7. Selon l’analyse devenue classique de J. Kuryłowicz, d’abord publiée en 1936 dans un article intitulé « Dérivation lexicale et dérivation syntaxique », puis reprise en 1973 dans le recueil des Esquisses linguistiques avec une note de l’auteur proposant de remplacer lexical par sémantique. []
  8. Cette voyelle ε seule et l’allongement de la voyelle initiale, qui tiennent lieu de redoublement dans certains types de verbes, ont la même apparence que l’augment, mais une fonction tout à fait différente : ils font partie du thème de parfait, et sont donc, contrairement à l’augment, conservés dans les deux formes nominales du verbe (infinitif et participe). []
  9. *wekw « dire, parler » avec augment : *e-we-wkw-e/o->*e-weykw-e/o- > hom. ειπον, att. εἶπον ; sans augment : hom. & att. εἰπών. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search