Formation des thèmes verbaux du grec ancien

Début de l’Évangile de Jean (1, 1-3) contenant les trois formes du « passé » du verbe εἰμι « être » à la 3e personne du singulier : imparfait ἦν « était », aoriste ἐγένετο « fut » et parfait γέγονε « a été ». Papyrus PB 2, fol. 1. (Égypte, IIe s. apr. J.-C.). Source : Fondation Martin Bodmer, numérisation Bodmer Lab, UNIGE

La conjugaison d’un verbe grec repose sur l’association de quatre thèmes « temporels » : présent, futur, aoriste, parfait1.

Pour nombre de verbes, le thème « de départ » est celui du présent ; les autres thèmes sont formés sur celui-ci par l’ajout des suffixes2 *-σω (futur), *-σα (aoriste), *κα + redoublement de la consonne initiale avec ε – quand ce redoublement est possible – (parfait). Ex. : verbe « délier » : sur le radical du présent λύ-ω sont formés fut. λύ-σω, aor. ἔ-λυ-σα, parf. λέ-λυ-κα3.

Cependant, ce fonctionnement est relativement récent dans l’histoire de la langue grecque. Avant d’« exprimer le temps », c’est-à-dire de situer une action dans le présent, le passé ou le futur, les thèmes « temporels » expriment en effet d’abord l’« aspect », c’est-à-dire la façon dont l’action est envisagée : de façon schématique, on peut dire que l’aoriste présente l’action « pure », envisagée en elle-même (aspect ponctuel), le présent l’action envisagée dans son déroulement (aspect duratif), le parfait l’action envisagée dans son achèvement (résultat présent d’une action passée).

Il existe ainsi en grec ancien trois façons différentes de présenter une action passée: à l’aoriste, à l’imparfait (formé par l’ajout d’un augment4 au thème de présent) et au parfait; ces trois façons sont bien distinctes pour un hellénophone, comme en témoigne, par exemple, la présence des trois formes du « passé » du verbe εἰμι « être » à la 3e personne du singulier, imparfait ἦν « était », aoriste ἐγένετο « fut » et parfait γέγονε « a été », dans les trois premiers versets de l’Évangile de Jean (Jn 1, 1-3) :

Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἕν. ὃ γέγονεν

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement tourné vers Dieu. Tout fut par lui, et rien de ce qui a été ne fut sans lui

Nestle-Aland Novum Testamentum Graece et Latine, éd. B. & K. Aland & al. (texte grec) / Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum (texte latin), 3e éd., Stuttgart : Deutsche Bibelgesellschaft, 1994. Traduction française de la « TOB » (La Bible. Notes intégrales. Traduction œcuménique, 11e éd., 131e mille, Paris : Cerf/Bibli’O, 2010), hormis pour le parfait γέγονεν5.

Ce caractère fondamental de l’aspect est illustré par un autre type de système, plus ancien, que l’on observe encore largement en grec attique, notamment pour des verbes extrêmement fréquents : c’est ainsi l’aoriste qui fait en quelque sorte figure de thème « de départ », dans la mesure où il est constitué du seul radical verbal pourvu d’une conjugaison athématique ou thématique, tandis que les thèmes de présent et de parfait, qui expriment une notion supplémentaire, sont formés en ajoutant à ce radical verbal un redoublement et/ou divers suffixes :

verbes présentant un radical seul à l’aoriste (athématique), et un redoublement au présent (en ι) et au parfait (en ε) : verbes athématiques à redoublement = les 4 « verbes en -μι » τίθημι, ἀφ-ίημι, δίδωμι et ἵστημι (le radical alterne au présent et à l’aoriste selon la personne et la voix). Ex. : radical θη-/θε- « poser » : aor. ἔ-θη-κα/ἔ-θε-μεν, prés. τί-θη-μι/τί-θε-μεν, parf. τέ-θη-κα.

→  verbes présentant un radical seul à l’aoriste thématique ou à l’aoriste à voyelle longue6 et divers suffixes (thématiques ou athématiques) au présent, éventuellement associés à un redoublement :

  • quelques verbes athématiques en -νῡ-μι (1e pers. pl. -νῠ-μεν, moy. -νῠ-μαι) :
    • prés. ἀπ-όλ-λυ-μαι7 « périr », aor. thém. ἀπ-ωλ-ό-μην (inf. ἀπ-ολ-έσθαι)
  • verbes en -νω ou -άνω, ce dernier éventuellement avec infixe nasal8 :
    • prés. κάμ-νω « se fatiguer, peiner », aor. thém. ἔ-καμ-ο-ν
    • prés. πί-νω « boire », aor. thém. ἔπιον
    • prés. αἰσθ-άνομαι « sentir, remarquer », aor. thém. ᾐσθ-ό-μην (inf. αἰσθ-έσθαι)
    • noter 6 verbes courants au prés. en -άνω avec infixe nasal, en face d’un aor. thém. : λαμβάνω « prendre » (ἔλαβον), λανθάνω « être ignoré de » (ἔλαθον), μανθάνω « apprendre » (ἔμαθον), πυνθάνομαι « s’informer » (ἐπυθόμην), λαγχάνω « obtenir au sort » (ἔλαχον), τυγχάνω « obtenir » (ἔτυχον)
  • verbes en -σκω ou -ίσκω9, éventuellement avec redoublement en ι :
    • prés. γι-γνώ-σκω « connaître », aor. à voyelle longue ἔγνων (cf. de même fut. γνώσομαι, parf. ἔγνωκα)
    • prés. εὑρ-ίσκω « trouver », aor. thém. ηὗρον (inf. εὑρ-εῖν)
    • prés. ἀπο-θνῄσκω « mourir », aor. thém. ἀπ-έθανον (fut. ἀπο-θανοῦμαι, parf. τέθνηκα)
    • prés. μι-μνή-σκομαι « se rappeler », aor. intransitif ἐ-μνή-σθη-ν10 (fut. μνη-σθή-σομαι, parf. μέ-μνη-μαι)
    • prés. πάσχω < *πάθ-σκω, aor. thém. ἔ-παθ-ον
  • verbes en -λλω, -αίνω, -είνω, -αίρω, -είρω, -πτω, -ζω, -ττω (ionien -σσω) : formés par association du suffixe *-ye/o– à la consonne finale du radical :
    • βάλλω « jeter », aor. thém. ἔ-βαλ-ον
    • φαίνομαι « paraître », aor. intransitif ἐ-φάν-η-ν11.

Dans d’autres cas, cependant, il n’est pas possible de distinguer, en synchronie, le thème « de départ » :

pour certains verbes thématiques : tous les thèmes reposent sur le seul radical verbal (+ voyelle thématique au présent et à l’aoriste), qui présente un degré différent de la racine : degré zéro à l’aoriste thématique, degré e au présent thématique et degré o au parfait (avec redoublement)12 ; ex. : verbe « laisser » : aor. ἔ-λιπ-ον, prés. λείπ-ω, parf. λέ-λοι-πα.

pour d’autres verbes : tous les thèmes apparaissent formés sur une même racine ou un même radical au moyen de divers suffixes13 :

  • présent en -νῡ-μι (1e pers. pl. -νῠ-μεν, moy. -νῠ-μαι), aoriste en -σα
    • δείκ-νυμι « montrer », aor. ἔδειξα
    • ἀπ-όλ-λυμι « faire périr », aor. ἀπ-ώλε-σα (inf. ἀπ-ολέ-σαι)14
  • présent en *-ye/o– où *-y– s’est associé à la consonne finale du radical (verbes en -λλω, -αίνω,-είνω, ‑αίρω, -είρω, -πτω, -ζω, -ττω [ionien -σσω]), aoriste en -σα
    • πράττω « agir, accomplir, travailler à », aor. ἔπραξα
    • κλέπτω « voler », aor. ἔκλεψα
    • τείνω « tendre », aor. ἔτεινα
    • δια-φθείρω « détruire », δι-έφθειρα15.

Enfin, nombreux sont les cas où le lien entre les différents thèmes verbaux n’est pas visible. Il peut s’agir d’un lien étymologique masqué par une évolution phonétique. Ex. : verbe « vivre » : prés. ζήω-ζῶ, fut. βιώσομαι, aor. ἐβίων, parf. βεβίωκα (racine *gwyeh3, cf. lat. uīuus).

Il arrive cependant plus souvent que différents thèmes verbaux aient été associés par l’usage alors qu’ils ne sont pas liés par l’étymologie (supplétisme) :

  • « aller » : prés. ἔρχομαι (inf. ἰέναι, part. ἰών, ἰοῦσα, ἰόν), fut. εἶμι, aor. ἦλθον, parf. ἐλήλυθα
  • « dire » : à l’actif, prés. λέγω, fut. ἐρῶ, aor. εἶπον (inf. εἰπεῖν), parf. εἴρηκα
  • « voir » : à l’actif, prés. ὁράω-ῶ (imp. ἑώρων), fut. ὄψομαι, aor. εἶδον (inf. ἰδεῖν), parf. ἑόρακα
  • « porter » : à l’actif, prés. φέρω, fut. οἴσω, aor. ἤνεγκα (sauf 1e pers. sg. ἤνεγκον, 2e pers. sg. impér. ἔνεγκε, inf. ἐνεγκεῖν, part. ἐνεγκών), parf. ἐνήνοχα ; au passif, prés. φέρομαι, fut. ἐνεχθήσομαι, aor. ἠνέχθην, parf. ἐνήνεγμαι
  • « prendre » : à l’actif, prés. αἱρέω-ῶ, fut. αἱρήσω, aor. εἷλον (inf. ἑλεῖν), parf. ᾕρηκα
  • « choisir » : au moyen, prés. αἱρέομαι-οῦμαι, fut. αἱρήσομαι, aor. εἱλόμην (inf. ἑλέσθαι), parf. ᾕρημαι.

Certains verbes ne sont en effet pas attestés à tous les thèmes :

  • seulement au présent : φημι « dire » (imp. ἔφην)16, εἰμι « être » (fut. ἔσομαι)
  • seulement au parfait : οἶδα « savoir » (1e pers. pl. ἴσμεν), inf. εἰδέναι, part. εἰδώς, εἰδυῖα, εἰδός17.

L’usage de la langue a ainsi pu suppléer à ces manques en employant un autre radical verbal : par ex. celui de γίγνομαι « naître, devenir » (aor. ἐγενόμην, parf. γεγένημαι/γέγονα) pour les temps manquants de εἰμι « être ».

Conclusion

Nombreux sont bien sûr les verbes qui fonctionnent selon le modèle de λύω, en particulier les verbes dits « dénominatifs », formés sur des « noms » (= substantifs et adjectifs) au moyen du suffixe *-ye/o-et d’autres suffixes (-άζω, -ίζω, -εύω) qui se sont développés à partir de ce dernier18 :

  • τιμάω-ῶ « honorer » (formé sur ἡ τιμή, ῆς « honneur »), fut. τιμήσω, aor. ἐτίμησα, parf. τετίμηκα
  • φιλέω-ῶ « aimer » (formé sur φίλος, η, ον « cher, ami »), fut. φιλήσω, aor. ἐφίλησα, parf. πεφίληκα
  • δηλόω-ῶ « montrer » (formé sur δῆλος, η, ον « évident »), fut. δηλώσω, aor. ἐδήλωσα, parf. δεδήλωκα

Cependant, ce n’est pas le cas d’un grand nombre de verbes très courants. À défaut de pouvoir prévoir les formes que prennent leurs différents thèmes, il est ainsi utile de comprendre les principes qui président à leur formation, afin de faciliter l’indispensable apprentissage par cœur de tous les thèmes temporels (à chacune des trois voix, si celles-ci sont attestées !) des verbes les plus fréquents.

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Formation des thèmes verbaux du grec ancien », dans Etymologika, 30/08/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1440, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. À ces thèmes peuvent ensuite s’ajouter l’augment (indiquant le passé), les suffixes exprimant la voix (voir infra, n. 10), les suffixes exprimant le mode (subjonctif, optatif) et les suffixes permettant de construire les deux formes nominales du verbe, l’infinitif (forme substantivale, indéclinable) et le participe (forme adjectivale, déclinable). []
  2. Les suffixes verbaux sont présentés ici avec la désinence qui suit : voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  3. Se trouvent aussi dans ce cas quelques verbes contractes directement formés par l’ajout d’une voyelle thématique à une racine (« présents radicaux thématiques »), qui doivent la contraction à la chute de la consonne finale de la racine (laryngale, *-s-,*-y-,*-w-) devant la voyelle thématique [on les reconnaît notamment au fait qu’ils n’ont pas un aoriste en -ησα, caractéristique des verbes contractes formés au moyen du suffixe *-ye/o– : voir infra] : prés. δέω (1e pers. pl. δέομεν) « avoir besoin, manquer de » (et 3e pers. sg. impers. δεῖ « il faut »), aor. ἐδέησα (racine *dews-) ; prés. δέω (1e pers. pl. δοῦμεν) « lier », aor. ἔδησα (racine *deh1) ; prés. καλέω-ῶ « appeler », aor. ἐκάλεσα (racine *kleh1) ; peut-être γελάω‑ῶ « rire », aor. ἐγέλασα (cf. ἀ-γέλασ-το-ς « qui ne rit pas, triste »). []
  4. Voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  5. La TOB propose « rien de ce qui fut, ne fut sans lui ». Notons que cette distinction n’est pas non plus rendue par la traduction latine (Nestle-Aland Novum Testamentum Graece et Latine, ibid.) : In principio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. Hoc erat in principio apud Deum. Omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil quod factum est. []
  6. Ces aoristes sont dits « seconds » dans certaines grammaires et dans le dictionnaire Bailly (« aor. 2 »), mais ils sont en réalité plus anciens que les aoristes sigmatiques dits « aor. 1 ». []
  7. < *-ολ-νυ-, avec assimilation de ν à la consonne λ qui précède. []
  8. Voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  9. Contrairement à μιμνήσκομαι, qui n’est attesté avec un iota souscrit que dans des formes récentes, on trouve dans les manuscrits et les inscriptions aussi bien ἀπο-θνήσκω (suffixe -σκω) que ἀπο-θνῄσκω (suffixe -ίσκω avec iota souscrit). []
  10. Le suffixe d’état -η-, de même que -θη- (parfois élargi en -σθη-) qui en dérive, a d’abord servi à exprimer le caractère intransitif d’une forme verbale, avant d’être employé pour former des thèmes de sens passif. De nombreuses formes verbales grecques ont une morphologie différente selon qu’elles sont transitives (admettent un complément d’objet quelqu’un, quelque chose) ou non. À un actif transitif peut ainsi s’opposer un moyen intransitif : πείθω « persuader quelqu’un » uersus πείθομαι « obéir », ἀπόλλυμι « faire périr quelqu’un » uersus ἀπόλλυμαι « périr ». Dans ce cas, l’aoriste intransitif, classé par le dictionnaire comme un aoriste « moyen », est volontiers thématique, à voyelle longue, ou en -η- (« aor. 2 ») : ἐπιθόμην « j’ai obéi », ἀπωλόμην « j’ai péri ». Quand il existe deux formes d’aoriste moyen pour le même verbe, l’aoriste sigmatique est transitif (ἐστησάμην correspondant à ἵσταμαι « placer quelque chose [pour soi] »), « l’aoriste 2 » intransitif (aor. à voyelle longue ἔστην correspondant à ἵσταμαι « se placer »). []
  11. Voir n. précédente. []
  12. Voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  13. Le radical seul se retrouve cependant parfois à une autre voix : par ex., le radical sur lequel sont formés prés. actif ἀπ-όλ-λυμι « faire périr », aor. actif ἀπ-ώλε-σα (voir infra) s’observe dans l’aor. thém. moyen intr. ἀπ-ωλ-ό-μην (voir supra). []
  14. L’existence des deux formes -ολ- et -ολε- de ce radical est due à la présence d’une laryngale à la fin de la racine *h3elh1 : voir DÉLG et LIV []
  15. Dans ces deux derniers exemples, l’identité entre les thèmes de présent et d’aoriste est seulement apparente : τειν- et φθειρ- sont respectivement dus à la disparition d’un *-y– au présent et d’un *-s– à l’aoriste. []
  16. Le futur φήσω et l’aoriste ἔφησα signifient « dire oui, acquiescer ». []
  17. Ce thème de parfait repose sur la même racine *weyd– que l’aoriste εἶδον (inf. ἰδεῖν), mais en a été dissocié par l’usage. []
  18. Voir « Dérivation : les verbes dénominatifs ». []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/09/2020

    […] « Formation des thèmes verbaux du grec ancien ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search