Éthique du travail universitaire : de la nécessité de la citation

Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre et publié par Mr. ***… Tome douzieme. PARL-POL. – A Neufchastel [i.e. Paris] : chez Samuel Faulche & Compagnie, 1765, p. 679. Source : Bibliothèque Mazarine, cote 2° 3442-12. Voir aussi l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie.

PLAGIER, verbe trans.

A. – Qqn plagie qqc. ou qqn

1. ARTS. Emprunter à un ouvrage original, et p.méton. à son auteur, des éléments, des fragments dont on s’attribue abusivement la paternité en les reproduisant, avec plus ou moins de fidélité, dans une œuvre que l’on présente comme personnelle. Synon. copier, piller, pirater (fam.) ; (littér.) compiler, démarquer. […]

B. Qqc. plagie qqc. [Le suj. désigne une production de l’art ou de l’esprit, une réalisation de l’activité humaine] Emprunter des éléments à (une production originale antérieure). Synon. copier, imiter, s’inspirer de.

Trésor de la langue française informatisé, Paris, 2004, s.u.

PLAGIAT, subst. masc.

ARTS, LITT.

A. – Action de plagier (une œuvre ; et p.méton. son auteur). Synon. pillage, piraterie (fam.). […]

B.– P. méton. Œuvre faite d’emprunts ; reproduction non avouée d’une œuvre originale ou d’une partie de cette dernière. Synon. calque, copie, compilation (littér.).

Trésor de la langue française informatisé, Paris, 2004, s.u.

La question du plagiat est ancienne ; elle n’est pas propre à notre époque, ni à nos outils modernes qui permettent le « copier-coller », ni à l’expansion d’internet qui favorise la prolifération de « contenus ». Elle est par ailleurs délicate, comme le montre la proposition que fait le Trésor de la langue française [TLF] des synonymes imiter, s’inspirer de pour le verbe plagier : on pourra sans doute convenir qu’entre imiter et plagier, il y a une différence de degré et d’étendue ; et que par ailleurs, la volonté de tromper le lecteur apparaît centrale pour identifier le plagiat (ainsi que l’illustrent les définitions du TLF citées supra : « une œuvre que l’on présente comme personnelle », « reproduction non avouée » [nous soulignons]).

Toutefois, même sans volonté de tromper le lecteur, défaut de méthode ou paresse intellectuelle peuvent conduire un(e) étudiant(e) pourtant bien intentionné(e) à produire un devoir qui relève du plagiat.

Voici donc quelques rappels sur les principes élémentaires de la citation. « Toutes les œuvres de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination » sont protégées par le « code de la propriété intellectuelle »1 ; ainsi,

  • même un texte élaboré de façon collective (et qui peut donc apparaître plus ou moins anonyme) doit être cité : une définition d’un dictionnaire de référence comme un article de Wikipédia ;
  • un manuel, ou encore une fiche de cours distribuée par un(e) enseignant(e), sont également des « œuvres de l’esprit » : dans leurs formulations comme dans leurs choix de présentation de la matière, ils sont le résultat d’une réflexion singulière.

Donc, en pratique, dans un devoir universitaire comme dans la rédaction de n’importe quel texte, il est impossible de signer de son nom un document où figurent des phrases ou des formulations qui n’appartiennent pas à l’auteur du document : toute opération de copier-coller doit impérativement s’accompagner (voir les exemples supra dans ce texte) :

  • de l’insertion d’une note qui indique la provenance exacte de ce qui a été copié ;
  • de la délimitation exacte du passage copié, soit par la mise en retrait de ce passage (marge à gauche et taille de caractères diminuée), soit par l’insertion de guillemets ouvrants ou fermants2 ; la suppression d’un passage à l’intérieur d’un passage cité est indiquée par des points de suspension mis entre crochets : […] ; les crochets servent aussi à indiquer qu’un élément a été modifié pour pouvoir entrer dans la syntaxe d’une phrase qui présente une citation (exemple : X a écrit qu’[il] souhait[ait]…).

Par ailleurs, reformuler ou paraphraser sans guillemets ne dispense pas non plus de mentionner la provenance de ce qui est reformulé ou paraphrasé : il est tout aussi nécessaire de citer la source sur laquelle on s’appuie.

Une première raison de s’abstenir du plagiat peut bien sûr être la crainte des sanctions, si celui-ci est décelé soit par le logiciel de détection de plagiat utilisé par l’université, soit par l’enseignant(e) qui, par son activité de chercheuse ou chercheur, possède une très grande familiarité avec les textes de tous ordres, et a également accès à internet.

La principale raison de s’en abstenir doit cependant être, pour l’étudiant(e), d’acquérir les principales compétences qui font l’objet de ses études : le goût du savoir et de la recherche, le dialogue et la discussion avec ceux qui nous ont précédés, et le développement de l’esprit critique qui passe par la vérification des sources de toute « information », de quelque nature qu’elle soit.

En conclusion : copier-coller est en définitive un vol, et empêche de réfléchir. Citer est une question d’honnêteté intellectuelle et permet en outre, par la mise à distance des sources, de développer un esprit critique et de se forger une pensée personnelle et originale.

Pour en savoir plus

Code de conduite européen pour l’intégrité en recherche. Édition révisée, All European Academies, Berlin, 2018, disponible en français sur le site www.allea.org 3.

Brigitte Simonnot, « Le plagiat universitaire, seulement une question d’éthique ? », Questions de communication, 26 | 2014.

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Éthique du travail universitaire : de la nécessité de la citation », dans Etymologika, 30/08/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1505, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. Code de la propriété intellectuelle, Version consolidée au 31 mai 2020, Article L 112-1 : voir https://www.legifrance.gouv.fr/ puis « Les codes en vigueur ». []
  2. Pour les guillemets dans les guillemets, on emploie les « guillemets anglais doubles » : “ et ”. Pour des conseils d’ordre typographique sur la présentation des citations, voir « Conseils typographiques » []
  3. Voir notamment la définition du plagiat, p. 9 : « Le plagiat est l’utilisation de travaux et d’idées provenant d’autres personnes sans faire référence à la source originale, et violant ainsi les droits de l’auteur ou des auteurs initiaux à l’égard de leur production intellectuelle. » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search