Formation des verbes dénominatifs du grec ancien

A. Debrunner, Griechische Wortbildungslehre, Heidelberg : C. Winter, 1917, p. 116. Source : archive.org.

Les verbes grecs sont d’abord formés à partir de racines verbales1. Le grec possède cependant également un grand nombre de verbes dits « dénominatifs », dérivés de « noms » (substantifs et adjectifs)2 par l’ajout du suffixe *-ye/o– à un radical nominal.

Or l’association de la consonne *-y– à un radical terminé en consonne a créé différentes finales, par exemple3 :

  • consonne sourde : *-ty– (+ *-thy-, *-ky– et *-khy– > *-ty-) > *-ts– > -σσ- en ionien / -ττ- en attique
    • poét. ἀνάσσω « régner » (ὁ ἄναξ, ἄνακτ-ος « maître, chef, roi »)
  • consonne sonore : *-dy– (+ *-gy– > *-dy-) > *-dz– > *-zd– écrit -ζ-
    • ἁρπάζω « s’emparer de, ravir, piller » (ὁ ἅρπαξ, ἅρπαγ-ος « ravisseur, voleur, pillard »)
    • ἐλπίζω « s’attendre à, espérer » (ἡ ἐλπίς, ἐλπίδ-ος « attente, espoir »)
    • φροντίζω « se soucier de » (ἡ φροντίς, φροντίδ-ος « soin, souci, préoccupation »)

L’association de *-ye/o– à un radical terminé en voyelle en a créé d’autres (-y– > ø à l’intervocalique) :

  • thèmes en *-ā : -άω (avec un ᾰ dont l’origine est discutée)
    • τιμάω-ῶ « honorer » (ἡ τιμή, ῆς « honneur »)
  • thèmes en *-e/o– : -έω4
    • φιλέω-ῶ « aimer » (φίλος, η, ον « cher, ami »)
  • thèmes en *-e/o– : -όω, avec un sens factitif « rendre x »
    • δηλόω-ῶ « rendre clair, montrer » (δῆλος, η, ον « clair, évident »)
  • thèmes en *-ēw– (> -ευ- devant consonne) : -εύω
    • βασιλεύω « être roi, régner » (ὁ βασιλεύς, έως « roi »)

Ces modèles ont ensuite pu être réinterprétés, donnant lieu à des finales complexes qui ont pu être associées à toutes sortes de thèmes, par exemple :

  • -άω, -έω ou -εύω à des thèmes consonantiques :
    • δαιμονάω-ῶ « être possédé » (ὁ δαίμων, δαίμον-ος « puissance divine, divinité »)
    • μαρτυρέω-ῶ « témoigner » (ὁ μάρτυς, μάρτυρ-ος « témoin »)
    • παιδεύω « éduquer » (ὁ παῖς, παιδ-ός « enfant »)
  • -εύω à des thèmes en *-ā ou en *-e/o– :
    • ἀγορεύω « parler (en public), déclarer » (ἡ ἀγορά, ᾶς « assemblée »)
    • δουλεύω « être esclave » (ὁ δοῦλος, ου « esclave »)
  • -άζω, -ίζω à des thèmes en *-e/o– :
    • ἐργάζομαι « travailler, produire » (τὸ ἔργον, ου « travail, ouvrage »)
    • νομίζω « avoir en usage, user habituellement de, croire » (ὁ νόμος, ου « usage, loi »).

Ces deux dernières finales -άζω et -ίζω se sont révélées particulièrement productives, en particulier en association avec des noms d’agent en -αστής et -ιστής5 et des noms d’action en -ασμός et -ισμός6.

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Formation des verbes dénominatifs du grec ancien », dans Etymologika, 03/09/2020, https://etymologika.hypotheses.org/1557, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. Voir « Formation des thèmes verbaux du grec ancien ». []
  2. Selon la terminologie traditionnelle souvent conservée pour décrire les langues anciennes : la distinction entre « nom substantif » (nomen substantiuum) et « nom adjectif » (nomen adiectiuum), qui date du XIIe siècle, est en effet en continuité avec la tradition grammaticale grecque puis latine, qui ne connaissait qu’une seule catégorie du « nom ». Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que sont apparues les deux catégories distinctes du nom et de l’adjectif. Voir B. Colombat, La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’âge classique : théories et pédagogie, Grenoble : ELLUG, 1999, p. 193-206. []
  3. Les règles phonétiques sont les mêmes, que le suffixe *-ye/o– s’ajoute à un radical verbal ou nominal. Ainsi, toutes les finales formées par association de *-ye/o– à la consonne finale d’un radical verbal (-λλω, -αίνω, -είνω, -αίρω, -είρω, ‑πτω, -ζω, -ττω [ionien -σσω] : voir « Formation des thèmes verbaux du grec ancien ») peuvent se retrouver dans des verbes dénominatifs où le suffixe *-ye/o– s’associe à la consonne finale d’un thème nominal. On trouve aussi quelques verbes en -ίρω, -ύρω, ou encore -ύνω. Cependant, seules certaines de ces finales ont pris leur indépendance pour être associées à toutes sortes de thèmes : voir infra. []
  4. Les verbes en -έω-ῶ peuvent avoir d’autres origines, parfois illustrées par une forme différente d’aoriste (quand elles ne sont pas masquées par l’extension de ‑ησα à ces types) : en particulier, l’association du suffixe *-ye/o– à un thème nominal sigmatique en *-es-/-os-(ainsi τελέω-ῶ [hom. τελείω] « achever, mener à bien » mais aussi « payer », formé à partir de τὸ τέλος, ους « achèvement, réalisation, but », mais aussi « paiement », aor. ἐτέλεσα [hom. ἐτέλεσσα]) ; ou encore l’association d’un suffixe « itératif-causatif » *-eye/o– à un radical verbal au degré o (ainsi δοκ-έω-ῶ « “attendre, admettre, croire” et par un point de vue inverse “être admis, paraître” en parlant de l’objet » [P. Chantraine, DÉLG s.u.], aor. ἔδοξα : le radical au degré e se retrouve dans ion. δέκομαι [att. δέχομαι] « recevoir, accueillir, accepter »). []
  5. Voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  6. Voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search