Principaux traits de la langue homérique

Le « Venetus A » (Marcianus Graecus Z. 454 = 822), manuscrit du Xe siècle apr. J.-C. conservé à Venise, contient le plus ancien texte entier de l’Iliade (ici, le début du premier chant : ΙΛΙΑΔΟΣ ΑΛΦΑ). Les scholies présentes autour du texte homérique, et entre les lignes, en commentent la forme et le contenu.
Source : The Homer Multitext project.

On trouve dans la langue homérique1 :

  • des traits ioniens (la base de la langue est ionienne) ;
  • des traits éoliens ;
  • des traits archaïques (« achéens »), qui n’étaient déjà plus en usage dans la langue que parlaient les aèdes, mais qui ont été conservés, malgré l’évolution de la langue, dans des formules anciennes ; ces traits ont pu parfois être également développés dans la poésie homérique, par exemple parce qu’ils étaient métriquement commodes ; ex. : désinence ‑φι ;
  • des formes artificielles et/ou propres à la langue homérique, notamment dues à la métrique (allongement métrique, synizèse) ;
  • des traces d’interventions plus récentes (atticismes, ionismes récents).

Il n’est pas rare qu’un trait puisse être analysé de plusieurs manières différentes, par exemple lorsqu’un archaïsme a été conservé en éolien (ex. : aor. ἔσταν)2, ou lorsqu’une innovation est partagée par plusieurs dialectes (ex. : psilose) ; en l’absence d’autre indice, il est alors impossible de trancher la question.

Dans un grand nombre de cas (mais pas toujours), l’existence de plusieurs formes concurrentes donne aux aèdes un choix entre plusieurs schémas métriques différents : p. ex. dat. pl. ionien βουσί (ˉ ˘) uersus éolien βόεσσι (˘ / ˉ ˘).

Phonétique

Voyelles

*ᾱ (ancien) > η, même après ρ ε ι (ionien)3 ; mais :

  • *ᾱ reste ᾱ en éolien : dans quelques mots éoliens (hom. ἡ θεά [ion.-att. ἡ θεός], hom. λᾱός « soldat, peuple » [ion.-att. λεώς]) ; voir aussi infra, désinences -ᾱo et -άων
  • ᾱ peut provenir d’un allongement métrique : ἀθάνατος (ˉ ˘ ˘ ˘), voir aussi infra

*, * (et l voyelles) : donne αρ ou ρα dans la majorité des dialectes grecs (hom. κραδίη = att. καρδία), mais ορ ou ρο en éolien : visible dans quelques mots éoliens comme βροτός, ἀμβροσία

en ionien : un allongement compensatoire en plus de ceux qui existent déjà en attique4 : la chute d’un *w dans un groupe de consonnes donne une voyelle longue ᾱ, ει, ῑ, ου, ῡ (κᾱλός, ξεῖνος, μοῦνος)

diectasis (διέκτασις « distension ») – en particulier dans les verbes contractes en -άω : à côté des formes contractes déjà attestées, emploi de formes non contractes (archaïsme) qui conservent le schéma métrique initial du verbe, mais dont le timbre a été « harmonisé » (formes artificielles) avec celui de la contraction (en -αα- ou -οω-) ; ex. : ὁρῶντες < *ὁράοντες est « distendu » en ὁρόωντες, ὁρᾶσθαι < *ὁράεσθαι est « distendu » en ὁράασθαι

allongements métriques : εἰλήλουθα [parfait de ἔρχομαι : att. ἐλήλυθα], εἵνεκα [att. ἕνεκα]

rencontres de voyelles

  • archaïsme : pas d’abrégement en hiatus (à l’intérieur d’un mot), pas de contraction
    • d’où désinences de 2e pers. sg. moyen : indicatif présent ‑εαι, subjonctif présent ‑ηαι, indicatif imparfait ‑εο, indicatif aoriste ‑σαο
    • rem. : on trouve parfois dans le texte homérique, en hiatus devant ω, ο ou α, un ει à la place du η attendu : par ex., τεθνειώς concurrence τεθνηώς (forme archaïque, sans abrégement en hiatus après la chute de *ϝ intervocalique) ; dans ces cas, ει peut être compris comme le résultat de l’allongement métrique d’une voyelle ε, elle-même résultat de l’abrégement en hiatus de η en ionien (ainsi dans τεθνεώς, attesté chez Hérodote)
  • en ionien : abrégement en hiatus (voir infra, désinence de gén. pl. des thèmes en *-ā-, après la fermeture de ᾱ en η : -έων)
  • en ionien : pas de contraction entre voyelles de timbre différent, sauf verbes en -άω
  • en ionien récent : diphtongaison *e + o > ευ, introduite à date tardive dans le texte homérique
Consonnes

● psilose (perte de l’aspiration à l’initiale) en ionien et éolien : psilose visible dans certains mots proprement homériques qui n’ont pas d’équivalent en attique, ou qui ont une forme différente en attique, mais généralement pas dans ceux que l’on retrouve en attique :

  • ἦμαρ uersus ἡμέρη
  • ἠέλιος
  • ἠώς
  • + ἴστωρ, alors qu’il existe att. ἵστωρ…

● labiovélaires5 : devant e, toute labiovélaire reçoit un traitement dental dans la majorité des dialectes grecs, mais un traitement labial (sauf enclitique τε) en éolien : visible dans quelques mots comme

  • πέλομαι « se mouvoir » (puis « se trouver, être ordinairement »)
  • hom. πίσυρες (< *πέσυρες) « quatre »6

● groupes sifflante ancienne *s + sonante m, n, r, l7

  • disparition de la sifflante et allongement compensatoire dans la majorité des dialectes grecs, mais apparition d’une géminée en éolien (ἄμμε, ὔμμι : voir infra, morphologie pronominale)
  • archaïsme pour les racines avec sifflante initiale : la sifflante disparaît sans laisser de traces à l’initiale mais forme une géminée au niveau de l’augment et à la jointure de composés (aor. ἔλλαβε, composé ἄμμορος « privé de [sa part] »)8 ; par analogie, la consonne initiale de certains verbes a pu être géminée pour des raisons métriques, même s’il n’y avait pas de sifflante initiale dans la racine (ἔμμαθες)
  • cas particulier du groupe *-rs- : présent dans de vieux mots (ἄρσην, θάρσος) + rétabli dans certaines formes verbales par analogie (aoristes et futurs en -ρσ- et -λσ-, propres à la langue homérique, que les grammairiens anciens caractérisaient comme « éoliens »), comme les participes aor. κέρσαντες, de κείρω < *(s)kerye/o- « tondre, couper » (en face de l’infinitif ion. κείρασθαι également hom.) ou ἄρσας, de ἀραρίσκω « adapter, ajuster »

● *-ty– (+ *-thy-, *-ky-, *-khy9 et *-tw– > *-ty-) > *-ts– > -σσ- en ionien (-ττ- en attique)

● sifflantes géminées

  • des groupes de deux sifflantes (γένεσ-σι), de dentale + sifflante (*ποδ-σί), ou encore de diverses consonnes (voir supra, point précédent) ont donné des sifflantes géminées (-σσ-), dont certaines se sont simplifiées en ionien-attique (γένεσι, ποσί + certains mots : μέσος, τόσος, ὅσος), et d’autres se sont conservées (notamment présents en ion. -σσω / att. -ττω, dérivés en *-yᾰ, comparatifs en ion. ‑σσων / att. -ττων)
  • toutefois, la langue homérique utilise aussi les formes géminées, notamment après voyelle brève, ce qui permet d’avoir à disposition des doublets dat. pl. ἔπεσσι(ν) / ἔπεσιν10, ποσσί(ν) / ποσί(ν), aor. τέλεσσα / τέλεσα
  • par extension, présence analogique d’une géminée même là où elle n’est pas étymologique : « aoristes en -σσα » dont l’éolien a pu fournir le modèle (ἐκάλεσσα)

Morphologie

● emploi du -ν éphelcystique (ionien)11

Nominale

● désinences particulières

  • deux désinences d’abord associées à des thèmes athématiques mais parfois étendues aux thèmes thématiques :
    • l’ancienne désinence d’instrumental -φι, employée en fonction d’instrumental ([*ϝ]ἶφι μάχεσθαι « combattre avec force »), mais aussi, plus généralement, pour tout génitif et datif singulier et pluriel (archaïsme), avec -ν éphelcystique
    • le datif pluriel -εσσι éolien
  • formation d’adverbes en -θι (lieu où l’on est : ubi ?), -δε (où l’on va : quo ?), -θεν (d’où l’on vient : unde ?) : archaïsme

● thèmes en *-ā-

  • génitif pluriel -έων monosyllabique par synizèse12) (ionien) uersus -ᾱων (éolien)
  • datif pluriel -ῃσι (*-ησι + ajout du iota souscrit par analogie avec -αις) ; on trouve aussi -ῃς (issu de l’élision de -ῃσι devant voyelle) en ionien
  • + masc. en *-ᾱς > -ης : gén. sg. -εω (< *-ηο) monosyllabique par synizèse (ionien) uersus -ᾱο (éolien)

● thèmes en *-o- (décl. thématique)

  • génitif singulier -ου (ionien) uersus -οιο (éolien)
  • datif pluriel -οισι (désinence ancienne conservée en ionien, mais aussi en éolien) : dans les textes homériques, la plupart des formes -οις peuvent se comprendre comme -οισ’ avec élision devant voyelle (un vrai -οις, devant consonne, est rare, sauf démonstratif τοῖς)
  • génitif-datif duel -οιιν (homérique)

● thèmes en *-i-

  • ι- dans toute la flexion en ionien (comme dans d’autres dialectes) ; ex. : génitif πόλιος (dissyllabique) uersus πόληος (ionien ancien

● noms de parenté en -τερ- + ἀνήρ

  • -τερ- partout + ἀνέρες en éolien

● thèmes en *-ēw– 

  • déclinaison archaïque acc. sg. βασιλῆα, gén. sg. βασιλῆος, nom. pl. βασιλῆες, acc. pl. βασιλῆας…

● thèmes *nāw– « navire »

  • déclinaison archaïque acc. sg. νῆα (att. ναῦν), gén. sg. νηός (att. νεώς), acc. pl. νῆας (att. ναῦς), + nom. sg. νηῦς (monosyllabique) et dat. pl. νηυσί où diphtongue -ηυ- réintroduite par analogie, uersus ionien avec abrégement en hiatus gén. sg. νεός, acc. pl. νέας
Pronominale
  • pronoms personnels : ἐγών (archaïsme), génitifs ἐμεῖο, σεῖο (ionien) uersus ἐμέθεν, σέθεν (éolien) ; datifs ὔμμι, ὔμμιν avec ῐ (éolien)
  • adjectifs possessifs au singulier : 1e pers. ἐμός, 2e pers. *t(e)wo– > σός (ionien) uersus τεός (éolien), 3e pers. *s(e)wo– > ὅς (ionien) uersus ἑός (éolien)
  • pronom anaphorique acc. masc. et fém. μιν « le/la » (archaïsme)
  • démonstratif en *so-/*to– (ὁ, ἡ, τό) : nominatif pluriel masc. τοί, fém. ταί (éolien : archaïsme)
  • pronom démonstratif κεῖνος (ionien)
  • pronoms corrélatifs ὅσσος, τόσσος (éolien) uersus ὅσος, τόσος (ionien) [voir supra, phonétique, sifflantes géminées]
  • pronoms et adverbes interrogatifs indirects : formes à géminée n. ὅττι, ὁππότερος, ὅππως (éolien) uersus ὅ τι, ὅπως (ionien) [att. ὁπότερος est amétrique]
Verbale
  • verbe « être » : participe présent ἐών, ἐοῦσα (forme héritée : archaïsme), 2e pers. sg. ind. présent ἐσσι (hom.) ; 3e pers. sg. ind. imparfait ἦεν (ionien)
  • aoriste des verbes en -μι : extension de -κα + radical long au pluriel (ionien récent) : par ex., 3e pers. pl. θῆκαν uersus ἔθεσαν
  • aoristes à voyelle longue : 3e pers. pl. avec voyelle brève + désinence ν (éolien) : par ex., ἔβαν (att. ἔβησαν), ἔσταν (att. ἔστησαν)
  • désinences de moyen : 1e pers. pl. en -μεσθα (par analogie avec -σθε : allongement métrique) [att. ‑μεθα] ; 3e pers. pl. -αται et -ατο (ionien) [att. -νται et -ντο]
  • pas d’augment à l’imparfait et à l’aoriste (archaïsme)
  • imparfait itératif en -σκον, sans augment (ionien)
  • aoristes à redoublement : πεπιθεῖν, aor. de πείθειν (archaïsme)
  • subjonctifs :
    • à voyelle brève prés. ἴομεν, aor. βήσομεν, parf. εἴδομεν (archaïsme)
    • subjonctif 1e pers. sg. en -ωμι, 2e en -ῃσθα, 3e en -ῃσι (éolien)
  • infinitifs athématiques en -ναι (ionien) uersus -μεν et -μεναι (éolien), ces derniers étendus aux thèmes thématiques : -έμεν et -έμεναι

Syntaxe

  • pas d’article : les formes en *so-/*to– plus tard employées en fonction d’article ont encore une fonction de démonstratif (archaïsme) ; en ionien, elles sont aussi employées en fonction de relatif
  • emploi du duel, qui n’a pas été conservé en ionien : archaïsme (+ emploi des désinences éoliennes)
  • emploi de φίλος pour exprimer la possession (homérisme)
  • compléments de lieu : accusatif et datif sans préposition (archaïsme)
  • le préverbe n’est pas nécessairement associé au verbe (archaïsme) [= « tmèse »13]
  • infinitif pour exprimer le but (archaïsme)
  • αἰ… κε ou κεν (κε éolien + ν éphelcystique ionien), correspondant à ion.-att. εἰ… ἄν (éolien) ; mais subjonctif éventuel dans les comparaisons introduites par ὡς : le plus souvent sans ἄν ou κε(ν)

Vocabulaire

  • prépositions / préverbes / adverbes14
    • ἐσ-, ἐς (ionien)
    • ἐνί au lieu de ἐν (usage homérique)
    • ζα- (δα-) < δια- (éolien)
    • ποτί, correspondant à att. πρός (éolien)
    • ξυν-, ξύν (archaïsme) uersus συν-, σύν (ionien)
    • apocope15 qui donne les monosyllabes πὰρ, κὰτ, ἀν (éolien : ἀν est la forme ionisée de éol. ὀν)
  • mots anciens (« achéens »)
    • αἶσα, ἄναξ, βασιλεύς, δῶμα, ἦμαρ (pluriel ἤματα), λαός, λεύσσω, μῆτις, ὄσσε « les yeux » (duel)…
    • formes à πτ- initial : πτόλις, πτόλεμος
    • adjectifs en *-ϝεντ- « bien pourvu de » : ἔπεα πτερόεντα προσηύδα #, ἀσπίδα (…) ὀμφαλόεσσα #
    • αὐτάρ, ἰδέ, particule νυ…

Métrique : existence de différentes couches chronologiques

● la plupart du temps, il faut restituer *ϝ (archaïsme) pour que le vers (hexamètre dactylique) soit juste : un *ϝ- initial au lieu d’une voyelle dans un mot explique qu’à la fin du mot qui précède une voyelle brève en hiatus ne soit pas élidée, une voyelle longue en hiatus ne soit pas abrégée, ou encore une syllabe fermée avec voyelle brève soit comptée comme longue.

ἐσθλὸν δ᾿ οὔτέ τί πω (ϝ)εἶπας (ϝ)ἔπος οὔτ᾿ ἐτέλεσσας· (Il. 1.108)

ˉ ˉ / ˉ ˘ ˘ / ˉ ˉ / ˉ ˘˘ / ˉ ˘ ˘ / ˉ ˉ/˘

« jamais rien de bon ne sort de tes paroles (litt. tu ne dis ni ne réalises jamais aucune bonne parole) »

● parfois, en revanche, il est nécessaire de ne pas restituer *ϝ (innovation) :

καί μιν φωνήσασ᾿ ἔπεα πτερόεντα προσηύδα· (Il. 15.35)

ˉ ˉ / ˉ ˉ / ˉ ˘ ˘ / ˉ ˘ ˘ / ˉ ˘˘ / ˉ ˉ/˘

« et elle lui répondit, en prononçant ces paroles ailées » : l’élision du participe féminin à l’aoriste φωνήσασ᾿ suppose une initiale vocalique pour le mot qui suit, donc ἔπεα et non (ϝ)ἔπεα

Remarque : il s’agit d’une réinterprétation de la formule très courante dans les poèmes homériques (une cinquantaine d’occurrences) καί μιν φωνήσας (ϝ)ἔπεα πτερόεντα προσηύδα « et il lui répondit, en prononçant ces paroles ailées », avec un participe masculin à l’aoriste φωνήσᾱς terminé par une consonne16.

Pour en savoir plus

Pour une première approche, consulter :

  • Homère, Odyssée. Chants I, V à VII, IX à XII, XIV, XXI à XXIII, présentés par Jean Bérard, Henri Goube et René Langumier, 4e éd., Paris : Hachette (Classiques grecs), 1969, p. 62-72 (« Introduction. La langue homérique ») et 406-448 (« Appendice grammatical ») ;
  • E. Ragon & A. Dain, Grammaire grecque, Paris : J. de Gigord, 1961, § 398 (« Appendices. I. Principales particularités de la langue homérique ») ;
  • A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque, 8e éd. révisée, avec une bibliographie complétée par Olivier Masson, Paris, Klincksieck, 1975 [1re éd. : 1913 ; 4e éd. : 1935], p. 157-193.

L’ouvrage de référence reste celui de P. Chantraine, Grammaire homérique. I. Phonétique et morphologie, Paris, 1958 [1re éd. : 1942] ; II. Syntaxe, Paris, 1953. Nouvelle édition revue et corrigée par M. Casevitz, I : 2013 ; II : 2015.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Principaux traits de la langue homérique », dans Etymologika, 03/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1627, consulté le 01/07/2022.
Notes
  1. Je remercie Claire Le Feuvre de sa précieuse relecture. []
  2. Comme l’illustre p. ex. cette réflexion de P. Chantraine, Grammaire homérique I (op. cit.), p. 264 § 124 : « Au nominatif le ν qui se trouve à la fin du mot ἐγώ, et qui dans la tradition sert parfois à masquer la chute du *ϝ (cf. ἐγὼν εἴπω Μ 75) est un archaïsme authentique (cf. skr. ahám) et se retrouve en dorien, en lesbien, en béotien ; ce doit être chez Homère un éolisme. » []
  3. Sur *ᾱ ancien uersus récent, voir « Vocalisme du grec ancien ». []
  4. Voir « Vocalisme du grec ancien ». []
  5. Voir « Consonantisme du grec ancien ». []
  6. Dans ce dernier, on reconnaît aussi un υ, caractéristique de plusieurs formes éoliennes. Le texte homérique a aussi τέσσαρες (où α peut être un atticisme : la forme ionienne est τέσσερες). []
  7. Voir « Vocalisme du grec ancien ». []
  8. Cet archaïsme a disparu par la suite, sauf pour ρ (racine *srew– « couler » : ῥέω / ἔρρεον, καλλίρροος « au beau cours »). []
  9. Ces deux derniers éventuellement issus de respectivement *kw et *gwh devant : voir « Consonantisme du grec ancien ». []
  10. On trouve même, pour ces thèmes en *-es-/-os-, une 3e forme ἐπέεσσι, par adjonction de la finale dite « éolienne » en ‑εσσι (ainsi nommée bien que les datifs pluriels de ces thèmes, censés avoir servi de point de départ à la finale ‑εσσι, soient toujours en -εσι chez les poètes lesbiens). []
  11. Remarque : l’ajout du -ν à la fin d’un mot a pu parfois servir à éviter un hiatus créé par la chute d’un *ϝ- au début du mot suivant : ἀνδράσιν ἶφι μάχεσθαι « combattre des hommes avec force » (Il. 1.151) peut recouvrir un plus ancien ἀνδράσι ϝῖφι μάχεσθαι (voir A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque [op. cit.], p. 165-166). []
  12. « On appelle synizèse l’articulation occasionnelle en une seule syllabe de deux voyelles en hiatus, dont la première est le plus souvent un ε. La synizèse n’est pas notée dans l’écriture ; elle n’est mise en évidence que dans la scansion des textes poétiques. » (M. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris, 1972, p. 257 § 285 []
  13. Le terme ancien de tmèse ne rend pas justice à la place très libre du préverbe dans la langue homérique (voir n. 13). []
  14. Ces « petits mots invariables qui viennent préciser l’idée exprimée » (c’est-à-dire la « valeur concrète des cas »), « originellement, sont autonomes. Ils peuvent s’employer soit absolument, soit à côté d’un verbe comme adverbes ou comme préverbes, soit à côté d’un nom comme prépositions. Le texte homérique, fort archaïque, permet particulièrement bien de montrer avec quelle souplesse s’emploient ces mots et comment leur emploi dans la phrase peut varier. » « La place du préverbe comme celle de la préposition était originellement fort libre. » « Dans beaucoup d’expressions, l’emploi adverbial de la préposition apparaît net » ; mais il arrive que « le mot porte d’une manière définie sur l’action verbale ». « Lorsque l’ “adverbe” s’associe avec un cas, il devient une préposition. Dans l’expression ἤλυθον ἐς Τροίην (Κ 28), l’accusatif était originellement le régime de ἤλυθον et ἐς apportait une précision accessoire. Mais bientôt la préposition a été sentie comme indispensable avec l’accusatif. » Ainsi, « le texte homérique offre de nombreux exemples où la construction prépositionnelle est en train de se constituer et où l’on peut se demander si nous avons affaire à une préposition, ou à un adverbe, ou un préverbe » (P. Chantraine, Grammaire homérique II [op. cit.], p. 82-85 § 113-117). []
  15. L’apocope est une perte de la voyelle finale qui, à la différence de l’élision, ne dépend pas de la nature de l’initiale (voyelle ou consonne) du mot qui suit : voir Lejeune, Phonétique historique (op. cit. n. 10), p. 224 § 232. []
  16. Voir A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque (op. cit.), p. 166. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search