Principes de base en phonétique historique

Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale publié par Charles Bally et Albert Sechehaye, avec la collaboration de Albert Riedlinger, 3e édition, Paris : Payot, 1931 [1re éd. : 1916], p. 222.
Source : Gallica.

Synchronie et diachronie

Cette distinction devenue classique en linguistique est due à Ferdinand de Saussure :

Les termes d’évolution et de linguistique évolutive sont plus précis [que ceux d’histoire et de linguistique historique], et nous les emploierons souvent ; par opposition on peut parler de la science des états de langue ou linguistique statique. Mais pour mieux marquer cette opposition et ce croisement de deux ordres de phénomènes relatifs au même objet, nous préférons parler de linguistique synchronique et de linguistique diachronique. Est synchronique tout ce qui se rapporte à l’aspect statique de notre science, diachronique tout ce qui a trait aux évolutions. De même synchronie et diachronie désigneront respectivement un état de langue et une phase d’évolution.

Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale publié par Charles Bally et Albert Sechehaye, avec la collaboration de Albert Riedlinger, 3e édition, Paris : Payot, 1931 [1re éd. : 1916], p. 117.

Constance des lois phonétiques

Aux premiers temps de la grammaire comparée, les contre‑exemples aux évolutions phonétiques constatées ont été considérés comme des exceptions auxquelles on ne pouvait donner d’explication :

La mutation [consonantique] s’affirme dans la plupart des cas, mais elle n’est jamais réalisée de façon complète dans chaque cas individuel ; certains mots conservent la forme qu’ils avaient à l’époque précédente : le courant de l’innovation est passé à côté1.

Jacob Grimm, Deutsche Grammatik. Erster Theil. Zweite Ausgabe, Göttingen, 1822, p. 590 (traduction française : dans John Lyons, Linguistique générale. Introduction à la linguistique théorique, trad. F. Dubois‑Charlier & D. Robinson, Paris, 1970, p. 25 [édition originale parue en anglais : Introduction to Theoretical Linguistics, Cambridge, 1968]).

La notion de loi phonétique, apparue au tournant du dernier quart du XIXe siècle, est due à ceux qui se sont appelés « néogrammairiens » (Junggramatiker) en reprenant à leur compte, par autodérision, la dénomination qui leur avait été attribuée par leurs maîtres.

Les changements phonétiques que nous pouvons constater dans les documents de l’histoire linguistique procèdent selon des lois immuables qui n’admettent de variation qu’en conformité avec d’autres lois2.

Wilhelm Scherer, compte rendu de la traduction allemande (1874) de l’ouvrage de W.D. Whitney, Language and the Study of Language (London, 1867), Preussische Jahrbücher, 35, 1875, p. 107 (traduction française : dans J. Lyons, ibid.).

Antoine Meillet explicite cette notion dans le « principe de la constance des lois phonétiques » :

Les règles suivant lesquelles ont lieu les conservations et les innovations relatives à la prononciation ont été nommées « lois phonétiques ». Si une articulation est conservée dans un mot, elle est conservée également dans tous les mots de la même langue où elle se présente dans les mêmes conditions […]. Au moment où l’innovation apparaît, il arrive parfois qu’elle se manifeste d’abord dans quelques mots seulement ; mais comme elle porte sur le procédé d’articulation et non sur tel ou tel mot, elle ne manque bientôt en aucun cas, et, pour les longues périodes qu’étudie la grammaire comparée, ce flottement des premières générations où se manifeste l’innovation est indiscernable. […] Tel est le principe de la constance des lois phonétiques, qu’on nomme plus exactement régularité des correspondances phonétiques.

Antoine Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, 5e édition revue, corrigée et augmentée, 1922, Paris, p. 123.

Remarque : la précision « dans tous les mots de la même langue » (nous soulignons) est importante : elle rend compte de l’observation que les emprunts ne constituent pas des exceptions aux lois phonétiques de la langue emprunteuse, puisqu’ils obéissent aux lois de la langue à laquelle ils ont été empruntés4.

Phonétique uersus analogie : du bon usage du chevron

La langue est perçue par les sujets parlants en tant que système. Au fil du temps, les changements phonétiques qui s’imposent à tous donnent lieu à ce qui apparaît comme des irrégularités au sein de ce système ; les sujets parlants peuvent alors tenter de corriger ces irrégularités en créant de nouvelles formes d’après le modèle de paradigmes qui apparaissent plus réguliers : c’est ce que l’on appelle l’ « analogie ». L’existence d’un modèle est absolument nécessaire pour parler d’analogie, comme l’illustre l’explication de F. de Saussure par l’image du « calcul de la quatrième proportionnelle » :

L’analogie suppose un modèle et son imitation régulière. Une forme analogique est une forme faite à l’image d’une ou plusieurs autres d’après une règle déterminée.

Ainsi le nominatif latin honor est analogique. On a dit d’abord honōs : honōsem, puis par rotacisation de l’s honōs : honōrem. Le radical avait dès lors une double forme ; cette dualité a été éliminée par la forme nouvelle honor, créée sur le modèle de ōrātōr : ōrātōrem, etc., par un procédé que nous étudierons plus bas et que nous ramenons dès maintenant au calcul de la quatrième proportionnelle :

ōrātōrem : ōrātōr = honōrem x.
= honor.

On voit donc que, pour contrebalancer l’action diversifiante du changement phonétique (honōs : honōrem), l’analogie a de nouveau unifié les formes et rétabli la régularité (honor : honōrem).

En français on a dit longtemps : il preuve, nous prouvons, ils preuvent. Aujourd’hui on dit il prouve, ils prouvent, formes qui ne peuvent s’expliquer phonétiquement ; il aime remonte au latin amat, tandis que nous aimons est analogique pour amons ; on devrait dire aussi amable au lieu de aimable. En grec, s a disparu entre deux voyelles : ‑eso‑ aboutit à ‑eo‑ (cf. géneos pour *genesos). Cependant on trouve cet s intervocalique au futur et à l’aoriste de tous les verbes à voyelles : lūsō, élūsa, etc. C’est que l’analogie des formes du type túpsō, étupsa, où s ne tombait pas, a conservé le souvenir du futur et de l’aoriste en s.

Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale cité supra, p. 221‑222.

Conséquence : il est absolument nécessaire de distinguer une évolution phonétique d’une réfection d’une forme plus ancienne par analogie. On réservera l’usage du chevron au premier phénomène :

  • > signifie « s’est transformé phonétiquement en » : *honōsem > honōrem ;
  • < signifie « est phonétiquement issu de » : honōrem < *honōsem.

On pourra utiliser d’autres moyens pour symboliser une action analogique, par exemple une flèche : honōs → honor.

Formes attestées uersus restituées : du bon usage de l’astérisque

La grammaire comparée, par la rigueur de sa méthode, et le fait qu’elle s’appuie sur la comparaison non pas de formes qui se ressemblent, mais de formes qui se correspondent par le sens comme par la structure morphologique, aboutit à des résultats solides. Ces résultats permettent d’expliquer les formes attestées (présentes dans les textes) de différentes langues en retraçant leur évolution divergente à partir d’une origine commune. Toutefois, les reconstructions auxquelles la grammaire comparée aboutit doivent toujours être accompagnées d’un astérisque : en effet, comme le souligne A. Meillet,

les correspondances sont les seuls faits positifs, et les « restitutions » ne sont que les signes par lesquels on exprime en abrégé les correspondances.

A. Meillet, ibid., p. 25.

Cet usage de l’astérisque permet, par exemple, de conserver les notations traditionnelles des consonnes malgré les progrès remarquables dans la compréhension du système des consonnes de l’indo‑européen qui ont été réalisés depuis le XIXe siècle5 : *dh continue de symboliser la correspondance entre gr. θ, lat. f, sk. dh, même s’il ne s’agissait visiblement pas en indo‑européen d’une sonore aspirée, mais plutôt d’une sourde aspirée (qui serait donc mieux symbolisée par *th) ; *d continue d’être employé même s’il y a de très bons arguments qui permettent de poser une ancienne consonne « préglottalisée », fonctionnant dans certains contextes comme une laryngale (qui serait donc mieux symbolisée par *’t / *t’ / *t‘).

Syllabe, voyelles, consonnes

Du point de vue acoustique, on peut se représenter, de manière schématique, la syllabe comme une « série continue d’émission linguistique » « comprise entre deux pauses »6, composée :

  • d’une part d’une tenue, « qui correspond […] à un moment d’ouverture relative (cf. rem. 2) des organes articulatoires » : cette tenue est l’élément central (cf. rem. 1) de la syllabe = la voyelle.
  • d’autre part de « mouvements d’ouverture et de fermeture relative » (cf. rem. 3) de ces organes « pour arriver à ce[tte] tenue […] et pour y mettre fin » = les consonnes.

On distingue les syllabes ouvertes, terminées par une voyelle, des syllabes fermées, terminées par une consonne.

Rem. 1 : « le caractère vocalique ou consonantique d’un élément phonétique n’est pas déterminé par la nature propre de cet élément, mais par le rôle qu’il joue une dans une série continue d’émission linguistique »7 : il existe ainsi en indo‑européen six « sonantes » (*m, *n, *r, *l, *y, *w) qui se caractérisent par le fait qu’elles peuvent jouer le rôle, selon leur position, soit de consonne, soit de 2e élément de diphtongue, soit de voyelle (c’est‑à‑dire de centre de syllabe).

Rem. 2 : il existe en grec des voyelles plus ou moins ouvertes (de différents degrés d’aperture), qui, selon leur région articulatoire (antérieure ou postérieure), vont de a (α) à :

  • e ouvert (η), e fermé (ε), puis i (ι) d’une part (voyelles d’avant) ;
  • ouvert (ω), o fermé (o), puis u (υ) d’autre part (voyelles d’arrière) [la voyelle notée υ s’étant ensuite déplacée vers l’avant, avec une prononciation arrondie ü].

Rem. 3 : une diphtongue peut être définie comme une voyelle qui change de timbre au cours de son émission.

Rem. 4 : parmi les consonnes, on distingue les occlusives, prononcées avec une fermeture complète des organes articulatoires, des continues ou spirantes, prononcées avec une fermeture incomplète de ces organes, permettant le passage de l’air. Les nasales (mnŋ respectivement notées μ, ν, γ [devant κ, γ, χ, ξ]) sont à la fois occlusives du point de vue buccal et continues du point de vue nasal.

Rem. 5 : en grec, les traits par lesquels les consonnes se distinguent les unes des autres (traits distinctifs) sont d’une part leur point d’articulation (labiales, dentales, dorsales) et d’autre part leur mode d’articulation :

  • le voisement ou sonorité, provoqué(e) par la vibration des cordes vocales (consonnes sonores uersus sourdes) ;
  • l’ « aspiration », prononciation suivie d’un souffle (consonnes aspirées uersus non aspirées) ;
  • l’éventuelle prononciation d’un appendice labiovélaire (consonnes labiovélaires ou non)8 ;
  • la nasalisation, prononciation accompagnée d’un passage de l’air par les fosses nasales (consonnes nasales uersus orales).
occlusives du grec ancien*sourdessonoressourdes « aspirées »(nasales)
labialesπβφμ
dentalesτδθν
vélaires / dorsalesκγχ[ŋ noté γ devant κ, γ, χ, ξ]

* Le § 28 de la Phonétique historique de M. Lejeune est désormais totalement périmé : certains groupes de consonnes κτ, χθ et φθ correspondant à sk. kṣ sont désormais expliqués par une métathèse (= interversion) de consonnes qui ont pu se simplifier par ailleurs : ainsi le nom de la « terre », *dhghom- (cf. hitt. tēkán, tokh. A tkaṃ), a donné lieu d’un côté au substantif χθών, gén. χθονός (cf. sk. kṣám-) par métathèse (avec *‑m en position finale passé à ‑ν, ensuite étendu au reste de la flexion), et d’un autre côté à l’adverbe χαμαί « à terre » (cf. locatif lat. humī « sur le sol ») par simplification. On explique de la même façon φθ (d’une racine *dhgwhey- « se consumer, périr ») dans l’adjectif verbal présent au sein de la formule i.‑e. *kléwos n̥dhgwhitom > gr. κλέος ἄφθιτον, sk. śrávaḥ… ákṣitam) « gloire impérissable » (sur le suffixe d’adjectif verbal *‑to-, qui requiert le degré zéro de la racine, voir « Alternances vocaliques du grec ancien »).

Rem. 6 sur la notation :

  • C désigne toute consonne (y compris, le cas échéant, laryngale ou sonante),
  • V toute voyelle,
  • R toute sonante consonne,
  • R̥ toute sonante voyelle,
  • H toute laryngale (qui est une consonne),
  • # le début ou la fin du mot.
Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Principes de base en phonétique historique », dans Etymologika, 05/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1773, consulté le 01/07/2022.
Notes
  1. « die lautverschiebung erfolgt in der masse, thut sich aber im einzelnen niemahls rein ab ; es bleiben wörter in dem verhältnisse der alten einrichtung stehn, der strom der neuerung ist an ihnen vorbeigeflossen. » []
  2. « Die Veränderung der Laute, die wir in beglaubigter Sprachgeschichte beobachten können, vollzieht sich nach festen Gesetzen, welche keine andere als wiederum gesetzmässige Störung erfahren. » Cette phrase que J. Lyons date avec raison de 1875, mais sans en préciser la référence, a été reprise au mot près par W. Scherer dans son chapitre consacré aux « principes de la linguistique » de la 2e édition de son ouvrage Zur Geschichte der deutschen Sprache, 1878, p. 17 (ainsi qu’il s’en explique p. 16, n. 1). Sur le climat intellectuel qui rendait propice l’émergence de la notion de « loi phonétique », voir A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo‑européennes, 5e éd., 1922 (voir infra et n. 3), p. 422‑424 (qui évoque également Scherer et la date de 1875), et plus généralement l’ensemble de l’ « Appendice » intitulé « Aperçu du développement de la grammaire comparée », p. 407‑436, qui constitue une excellente introduction à l’histoire de cette discipline. Pour une étude approfondie de cette question, voir maintenant D. Petit, « Lectures de la linguistique indo‑européenne du XIXe siècle », LALIES. Actes des sessions de linguistique et de littérature à Aussois, 32, Paris, 2012, p. 7‑140. []
  3. On ne saurait trop recommander la lecture de l’ensemble du premier chapitre de cet ouvrage, intitulé « Méthode » (p. 1‑31 de la 5e édition), qui explique de manière claire et précise les fondements de la méthode comparative [N.B. : il est bien préférable de consulter la 7e édition entièrement refondue de 1934, ou encore la 8e édition corrigée de 1937 ; la seule raison pour laquelle la 5e édition est ici citée est sa disponibilité en accès libre]. []
  4. Voir A. Meillet, ibid., p. 13‑14. []
  5. Sur ce point, voir la synthèse de Charles de Lamberterie, « Méthode comparative et approche typologique : regards croisés sur les deux disciplines », La Linguistique, 1998, 34/1, p. 19‑37 (accessible aux lecteurs d’une bibliothèque universitaire). []
  6. A. Meillet, Pour un manuel de linguistique générale, éd. R. Granucci, Rome, Accademia nazionale dei Lincei (Atti della Accademia Nazionale dei Lincei. Memorie della Classe di scienze morali, storiche e filologiche, 9, 6, 1), 1995 [posthume], p. 48. []
  7. Ibid. []
  8. Certaines consonnes labiovélaires sont encore attestées en mycénien : voir « Consonantisme du grec ancien ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search