Formation des noms d’agent du grec ancien

Ernst Fraenkel, Geschichte der griechischen Nomina agentis auf -τήρ, -τωρ, -της (-τ-). Erster Teil, Strassburg : Trübner, 1910, p. 1.
Source : archive.org.

Un nom d’agent adjectif qualifie une personne (« qui… ») ou un instrument (« qui… »), un nom d’agent substantif désigne une personne (« celui qui… ») ou un instrument (« ce qui… ») … fait une action ; cf. suffixe fr. ‑eur. En grec ancien, trois types de formations coexistent, et font l’objet d’emplois bien différenciés.

Substantifs et adjectifs thématiques en -ος, -ου [-os, –ou] avec racine au degré o et ton (accent) sur la voyelle thématique (CoCó-) : type ancien, bien représenté en grec, en particulier en composition ; l’agent effectue une activité en rapport avec la racine verbale (parfois avec sens passif).

  •  ἀοιδός, οῦ [aoidos] « chanteur, aède » (ἀείδω, ᾄδω [aeidō, aidō] « chanter »)
  • ὁ τροχός, οῦ « ce qui court (en rond) », « roue » (τρέχω « courir »)
  • -λόγος [-logos] « qui dit… » (λέγω [legō] « dire »), -φόρος [-phoros] « qui porte… » (φέρω [pherō] « porter »)…1
  • τομός « coupant » (τέμνω « couper ») ; hom. ὁ δρυτόμος, ου « coupeur de bois, bûcheron » (ἡ δρῦς, υός « chêne »)

uersus

  • ἄτομος [atomos] « non coupé, qui ne peut être coupé, indivisible » (τέμνω [temnō] « couper »)
  • λοιπός « laissé, qui reste » (λείπω « laisser »)

Remarques d’accentuation

  • sur le déplacement du ton, en composition, sur la syllabe pénultième lorsque celle-ci est légère (« loi de Wheeler » : -λόγος, -φόρος uersus ‑πομπός), et sur la remontée de l’accent le plus haut possible lorsque le second élément de composé a un sens passif (ὀρεσίτροφος « nourri dans les montagnes ») ou lorsque le premier élément de composé est une particule ou un adverbe (ce qui neutralise la distinction entre sens actif et passif : cf. ἄτροφος « qui n’est pas nourri / qui ne nourrit pas »), voir « Formation des mots composés du grec ancien » (composés à rection verbale à second élément régissant).
  • comme les composés dont le premier élément est une particule ou un adverbe (ἄτροφος « qui n’est pas nourri / qui ne nourrit pas »), les dérivés de verbes préverbés voient leur accent remonter le plus haut possible, de sorte que la distinction entre sens actif et passif y est également neutralisée (ἀμφίλογος, dérivé du verbe ἀμφιλέγω « disputer », signifie à la fois « qui dispute » et « disputé »)2.
    • Rem. Seul le sens permet donc de distinguer ces dérivés de verbes préverbés fonctionnant comme noms d’agent des dérivés de verbes préverbés fonctionnant comme noms d’action (διάλογος « dialogue », πρόλογος « prologue »)3.

Substantifs et adjectifs en -τήρ, ‑τῆρος [-tēr, -tēros] (ton [accent] sur le suffixe, avec généralisation de la voyelle longue) et ‑´τωρ, -τορος [-tōr, -toros] (ton [accent] sur la racine) continuant le suffixe indo-européen alternant *‑ter‑ -tor- (cf. lat. genitor) : à l’origine, le premier, plus fréquent, apparaît dans les dérivés de verbes simples, par opposition à un tout autre suffixe, -της, -του [-tēs, -tou] (où -tēs continue un ancien -tās : voir infra), réservé aux composés à second terme verbal ; cependant, en ionien-attique, ‑της, ‑του a remplacé partout -τήρ, ‑τῆρος, qui ne subsiste guère que dans les noms d’instrument, ainsi qu’indirectement dans les noms d’agent féminins en τριᾰ [-tria] et τρίς [-tris] et dans les noms de lieux en τήριον [-tērion]. Les deux suffixes anciens -τήρ, ‑τῆρος et ´‑τωρ, -τορος s’observent également dans la tragédie, qui reprend le vocabulaire « dorien » de la lyrique chorale, mais a visiblement aussi largement étendu l’emploi de ces suffixes sentis comme archaïques, p. ex. en les faisant figurer dans des composés.

  • mots anciens, en particulier juridiques ou religieux, conservés par l’usage
    • σωτήρ, ῆρος [sōtēr] « sauveur » (σῴζω < *σω-ίζω « sauvegarder, sauver », formé à partir de σάος‑σῶς « intact »)
    • ὁ ῥήτωρ, ορος [rhētōr] « orateur » (racine *werh1-, cf. parf. εἴρηκα « dire », τὸ ῥῆμα, ατος [rhēma] « mot, parole / verbe »)
    • ὁ ἵστωρ, ορος [histōr] « qui sait », « juge » (béotien ϝιστωρ : racine *weyd– « voir », cf. latin uideō « je vois », sanskrit veda « je sais », aor. εἶδον < *ἔϝιδον [inf. ἰδεῖν])4.
  • noms d’instrument en -τήρ, ‑τῆρος
    • ὁ κρατήρ, ῆρος [kratēr] « vase servant à mélanger, cratère » (cf. parf. pass. κέκραμαι de κεράννυμι « mélanger »)
    •  καυτήρ, ῆρος [kautēr] « instrument servant à brûler, cautère » (cf. aor. ἔκαυσα de καίω « brûler » ; καυστικός [kaustikos] « brûlé [par la fièvre] », « que l’on peut brûler, combustible », « qui a la propriété de brûler, caustique »)
    • ὁ κλυστήρ, ῆρος [klustēr] « instrument servant à nettoyer, à purger, clystère » (à partir de κλύζω [kluzdō] « laver, nettoyer, purger »), puis « liquide placé dans l’instrument, lavement »5
  • trace du suffixe -τήρ, ‑τῆρος dans des suffixes qui en sont dérivés
    • à ὁ δικαστής, οῦ [dikastēs] « juge » (δικάζω [dikazdō] « juger ») répond τὸ δικαστήριον, ου [dikastērion] « tribunal » (cf. dor. ὁ δικαστήρ, ῆρος)
    • à ὁ ψάλτης, ου [psaltēs] « joueur de harpe » (cf. ψαλμός [psalmos] « action de tirer ou de pincer une corde » puis « air joué sur la lyre avec ou sans accompagnement de chant », « psaume ») répondent ἡ ψάλτρια, ας [psaltria] (sic, contra Bailly) « joueuse de harpe » et τὸ ψαλτήριον, ου [psaltērion] « instrument à cordes, harpe, psaltérion»6
    • à ὁ ὀρχηστής, οῦ [orkhestēs] « danseur » (ὀρχέομαι‑οῦμαι « danser ») répondent ἡ ὀρχηστρίς, ίδος [orkhestris] « danseuse » et ἡ ὀρχήστρα, ας [orkhestrā] « partie du théâtre (entre les acteurs et les sièges des spectateurs) où évolue le chœur »7

Substantifs et adjectifs en -της, -του [-tēs-tou] (fém. –τις, –τιδος) [-tis-tidos], mais aussi en άτης[‑atēs], έτης [‑etēs], ίτης [‑itēs], ‑(ι)ώτης [‑(i)otēs]… (finales issues de la réinterprétation de termes où -της était associé à une voyelle longue) : ces noms de fonction expriment l’appartenance à une classe ou à une catégorie :

  • ex. : ἰδιώτης [idōtēs] (formé sur ἴδιος [idios] « propre à, particulier, privé ») désigne un « simple particulier » par opposition à la cité, quelqu’un d’ « étranger à un métier, ignorant, novice » par opposition à l’homme de l’art (médecin, orateur)…

À l’origine, le suffixe entre dans la formation (1) de dérivés de noms et (2) de composés à rection verbale (avec l’élément verbal en second terme), avant de (3) remplacer ‑τήρ, ‑τῆρος dans les dérivés de verbes simples.

1 – dérivés de noms

  • ὁ ναύτης, ου [nautēs] « marin, navigateur » (ἡ ναῦς, νεώς [naus] « navire ») [lat. nautaae est un emprunt au grec]
  • ὁ οἰκέτης, ου [oiketēs] « serviteur » (ὁ οἶκος, ου [oikos] « maison »)
  • ὁπλίτης, ου [hoplitēs] « armé » [adj.], « soldat pesamment armé, hoplite » [subst.] (τὰ ὅπλα, ων [hopla] « armes »)
  • ὁ πολίτης, ου [politēs] « citoyen » (ἡ πόλις, εως [polis] « cité »)
  • πρεσβύτης, ου [presbutēs] « vieux » [adj.], « vieillard » [subst.] (πρέσβυς [presbus] « vieux, âgé, ancien »)
  • ὁ στρατιώτης, ου [stratiotēs] « soldat » (ἡ στρατιά, ᾶς « armée »)

En particulier, ίτης, -(ι)άτης et ‑(ι)ώτης se retrouvent dans des dérivés de noms de pays ou de région indiquant l’appartenance à ce pays ou à cette région (ethniques ou gentilés) :

  • Συβαρίτης [Subaritēs] « Sybarite » (Σύβαρις « Sybaris »)
  • Σπαρτιάτης [Spartiatēs] « Spartiate » (Σπάρτη « Sparte »)
  • Ἰταλιώτης [Italiōtēs] « Italiote » (Ἰταλία « Italie »)
  • Σικελιώτης [Sikeliōtēs] « Sicilien » (Σικελία « Sicile »)

Sybarite et spartiate, p. ex., sont entrés dans le lexique français (dès le XVIe s.) pour qualifier (adj., sans majuscule) ou désigner (subst., avec majuscule) des personnes s’adonnant au luxe et au confort, ou inversement à l’austérité et à la frugalité, conformément à la réputation respective des habitants de Sybaris (ville de Grande-Grèce) et de Sparte.

→ Les suffixes -ite et -ote forment en français des dérivés de noms étrangers8 : moscovite, cairote.

L’expression de l’appartenance à un groupe a donné lieu à des noms d’adeptes d’une doctrine philosophique, religieuse ou politique en –ίτης (empruntés par le latin -ita), formés sur le nom du chef ou de la doctrine :

  • μονοφυσίτης [monophusitēs] « partisan d’une seule nature [dans la personne du Christ] » (μόνος, η, ον « seul » et ἡ φύσις, εως « nature »)

→ Le suffixe -ite (moins fréquent que -iste) se retrouve en français dans des emprunts au grec (monophysite) et dans de nouveaux dérivés (jésuite, sunnite).

Au féminin, le suffixe -ῖτις [-itis] a donné lieu à des noms de maladies par « dérivation implicite »9.

2 – composés à second terme verbal [voir « Formation des mots composés du grec ancien »]

  • ὁ εὐεργέτης, ου [euergetēs] « bienfaiteur, évergète » (adverbe εὖ [eu] « bien » et verbe signifiant « agir », cf. τὸ ἔργον, ου [ergon] « acte »)
  • ὁ κυνηγέτης, ου [kunēgetēs] « qui mène les chiens, chasseur » (ὁ κύων, κυνός [kuōn, kunos] « chien » et ἄγω [agō] « conduire »)

3 – dérivés de verbes simples

Outre δικαστής, ὀρχηστής et ψάλτης (voir supra), p. ex. :

  • ὁ βουλευτής, οῦ [bouleutēs] « membre du Conseil » (βουλεύω [bouleuō] « tenir conseil, délibérer »)
  • ὁ θεραπευτής, οῦ [therapeutēs] « serviteur », puis « médecin » (θεραπεύω [therapeuō] « prendre soin de », puis « soigner, traiter »)
  • ὁ κυβερνήτης, ου [kubernētēs] « pilote, chef de timonerie », puis « commandant en second d’un navire » (κυβερνάω‑ῶ [kubernaō] « diriger, conduire », en particulier un vaisseau)
  • ὁ ποιητής, οῦ [poiētēs] « auteur, créateur / qui compose en vers, poète » (ποιέω‑ῶ [poieō] « fabriquer, créer / inventer, composer »)
  • rem. : ὁ αἰσθητής, οῦ [aisthētēs] « qui perçoit par les sens » (αἰσθάνομαι [aisthanomai] « sentir, remarquer ») n’est attesté en grec que dans le Théétète de Platon

Déjà à l’époque classique, de nombreux substantifs en -αστής [‑astēs] et -ιστής [‑istēs] répondent aux finales verbales –άζω [-azdō] et –ίζω [-izdō], en face de noms d’action en ‑ασμός [-asmos] et ‑ισμός [‑ismos] (sans que les trois éléments du système soient nécessairement attestés) :

  • ὁ γυμναστής, οῦ [gumnastēs] « maître de gymnastique, entraîneur » / γυμνάζω [gumnazdō] « entraîner, exercer »
  • ὁ ἐκκλησιαστής, οῦ [ekklēsiastēs] « membre de l’assemblée du peuple » / ἐκκλησιάζω [ekklēsiazdō] « assister à une assemblée (ἐκκλησία [ekklēsia]) »
  • ὁ σοφιστής, οῦ [sophistēs] « homme habile, sophiste » / σοφίζομαι [sophizdomai] « agir ou parler en sophiste »
  • ὁ ἀττικισμός, οῦ [attikismos] « attachement au parti des Athéniens » (class.) puis « emploi de la langue attique, atticisme » (rom.) / ἀττικίζω [attikizdō] « être du parti des Athéniens »
  • ὁ ξενισμός, οῦ [xenismos] « réception d’un étranger » / ξενίζω [xenizdō] « accueillir en hôte, traiter de façon hospitalière »
  • ὁ ὀστρακισμός, οῦ [ostrakismos] « bannissement par ostracisme » / ὀστρακίζω [ostrakizdō] « frapper d’ostracisme » (cf. ὄστρακον [ostrakon] « tesson » sur lequel était écrit le nom des personnes vouées au bannissement)
  • ὁ βαρβαρισμός, οῦ [barbarismos] « langage inintelligible, barbarisme » / βαρβαρίζω [barbarizdō] « agir ou parler comme un étranger, un barbare » (à partir de βάρβαρος, ος, ον [barbaros]).

Ce système s’est beaucoup développé à l’époque hellénistique puis romaine, et a pu donner lieu à des noms d’adeptes d’une doctrine philosophique, religieuse ou politique en -ιστής (empruntés par le latin ‑ista) :

  • ὁ βαπτιστής, οῦ [baptistēs] « “immergeur”, qui baptise » / βαπτίζω (class.) [baptizdō] « plonger, immerger » / ὁ βαπτισμός, οῦ [baptismos] « ablution, immersion, baptême »
  • ὁ ἑλληνιστής, οῦ [hellēnistēs] « partisan de la langue, des coutumes grecques » / ἑλληνίζω [hellēnizdo] (class.) « parler grec, parler ou écrire correctement en grec », ou « helléniser = rendre grec, traduire en grec » / ὁ ἑλληνισμός, οῦ [hellēnismos] « emploi correct de la langue grecque » ou « imitation de la langue ou des coutumes grecques », puis « action de professer les croyances grecques, le paganisme »
  • ὁ εὐαγγελιστής, οῦ [euangelistēs] « évangéliste » / εὐαγγελίζομαι [euangelizdomai] (class.) « annoncer une bonne nouvelle » (cf. τὸ εὐαγγέλιον, ου [euangelion] « récompense, action de grâces ou sacrifice offert pour une bonne nouvelle »)
  • ὁ ἰουδαϊσμός, οῦ [ioudaïsmos] « action de professer la religion juive, judaïsme » / ἰουδαΐζω [ioudaïzdō] « se conformer aux croyances juives »
  • ὁ χριστιανισμός, οῦ [khristianismos] « action de professer la religion chrétienne, christianisme » / χριστιανίζω [khristianizdō] « se conformer aux croyances chrétiennes »

→ Le suffixe -iste se retrouve en français dans des noms de personne pratiquant une activité, empruntés au grec (helléniste) ou non (pianiste) ; ceux-ci peuvent être associés à un verbe d’action en ‑iser et à un nom d’action en -isme (catéchiste / catéchiser / catéchisme, sur un nom d’action κατήχησις [katēkhēsis] « instruction de vive voix, catéchèse »)10

→ Les termes en -iste qui désignent en français « celui qui adhère à une doctrine, une croyance, un système, un mode de vie, de pensée ou d’action, ou exprime l’appartenance à ceux-ci » (TLFi) sont le plus souvent associés à un nom de doctrine en -isme (indépendantiste / indépendantisme, pessimiste / pessimisme)11.

Rem. : comme toujours, un même terme a pu connaître plusieurs sens au cours de son histoire, et faire l’objet de re‑créations ou de réinterprétations : p. ex., si ἑλληνιστής est le nom du « partisan du paganisme » dans l’Antiquité tardive, helléniste est un nom d’activité en français moderne.

Pour en savoir plus

Voir la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Formation des noms d’agent du grec ancien », dans Etymologika, 04/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1780, consulté le 18/08/2022.
Notes
  1. Voir ibid. []
  2. Voir Ch. de Lamberterie, article « λέγω » de la « Chronique d’étymologie grecque n° 14 (CEG 2015) », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 87–2, 2013 [2016], p. 178-184 [DOI : 10.3917/phil.872.0157], auquel nous reprenons cet exemple (p. 182). []
  3. Sur lesquels voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  4. ἵστωρ < *ϝιδ-τoρ- : lorsque deux dentales (anciennes) entrent en contact, la première se transforme en sifflante : voir « Consonantisme du grec ancien ». []
  5. L’emprunt latin clystēr (cf. fr. clystère) connaît la même polysémie. Cependant, contrairement à ce que suggère le Trésor de la langue française (http://atilf.atilf.fr/), le sens « contenu placé dans l’instrument » est nécessairement secondaire : chez Hérodote (2.87, dans un passage décrivant les techniques d’embaumement des Égyptiens), ou dans la Collection hippocratique, c’est le nom de résultat de l’action κλύσμα « (chose) servant à purger, lavement » qui désigne ce contenu, par opposition au nom d’action κλυσμός « fait de purger, lavement », tandis que κλυστήρ désigne toujours l’instrument. []
  6. Le suffixe -τήριον [-tērion] sert surtout à former des noms de lieux, mais aussi quelques noms d’instruments. []
  7. Il n’existe que quelques autres noms de lieux en -τρᾱ [-trā] (ex. : παλαίστρα [palaistrā] « palestre », où s’exerce le « lutteur », παλαιστής [palaistēs]). []
  8. En regard des suffixes les plus usités –ais (français), –ois (aixois), –ien (parisien), issus du latin *-ensem et –ianum. Voir J. Dubois & F. Dubois-Charlier, La dérivation suffixale en français, Paris, 1999, p. 154. []
  9. P. ex. ἡ ἀρθρῖτις, ιδος [arthritis] « (la maladie) des articulations (ἄρθρα) » : voir « La dérivation implicite en grec ancien ». []
  10. Voir M. Roché, « Quel traitement unifié pour les dérivations en –isme et en –iste ? », dans M. Roché, G. Boyé, N. Hathout, S. Lignon & M. Plénat, Des unités morphologiques au lexique, Paris, 2011, p.69-143. []
  11. Voir ibid. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 29/08/2021

    […] Formation des noms d’agent du grec ancien […]

  2. 29/08/2021

    […] « Formation des noms d’agent du grec ancien ». […]

  3. 29/08/2021

    […] Formation des noms d’agent du grec ancien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search