Formation des noms d’action du grec ancien

Michel Bréal, Essai de sémantique (science des significations), 3e éd. revue, corrigée et augmentée, Paris : Hachette, 1904, p. 138.
Source : Gallica.

Un nom d’action est un substantif abstrait formé sur une racine verbale ou un radical verbal, qui désigne une activité (« le fait de… »). Il peut aussi désigner le résultat de l’action (« ce qui… »).

Rem. En français, les noms d’action sont formés par divers suffixes (p. ex. cassage, cassement, cassation), par dérivation inverse (la/le casse, l’appel), ou par dérivation implicite (le boire et le manger, le savoir)1.

● Substantifs masculins en ‑ος, ου [-os, –ou] avec racine au degré o et ton (accent) sur la racine (CóCo-) : type ancien, bien représenté en grec.

  • ὁ λόγος, ου [logos] « fait de parler, faculté de parler, parole », ou résultat : « parole [prononcée], discours » (λέγω [legō] « rassembler, cueillir, choisir »)
  • ὁ τρόπος, ου [tropos] « tour, d’où habitude, manière, conduite… » (τρέπω « tourner »)
  • ὁ τρόχος, ου [trokhos] « course » (τρέχω [trekhō] « courir »)
  • ὁ νόμος, ου [nomos] (résultat de l’action) « ce qui est conforme à la règle, usage », puis « loi » (νέμω [nemō] « attribuer, répartir selon l’usage », moy. « avoir sa part »)
  • ὁ τόμος, ου [tomos] (résultat de l’action) « morceau coupé, partie », d’où « tome, volume » d’un ouvrage (τέμνω [temnō] « couper »)

‼ Attention ‼ On trouve aussi des dérivés de verbes préverbés, dont le sens se comprend à partir de celui du verbe préverbé :

  • ὁ διάλογος, ου [dialogos] « dialogue » (διαλέγομαι [dialegomai] « converser, s’entretenir »)
  • ὁ πρόλογος, ου [prologos] « prologue » (προλέγω [prolegō] « dire auparavant »)

Le sens de διάλογος et de πρόλογος ne peut donc se déduire de celui du substantif simple λόγος et de διά ou de πρό : il faut revenir aux verbes correspondants, où διά et πρό ont la fonction de préverbes2.

Rem. Seul le sens permet de distinguer ces dérivés de verbes préverbés fonctionnant comme noms d’action des dérivés de verbes préverbés fonctionnant comme noms d’agent (ἀμφίλογος « qui dispute » / « disputé », ἀντίλογος « contradictoire »)3.

● Substantifs féminins en *‑ᾱ > -ά/‑ή, ‑ᾶς/‑ῆς [‑a/‑ē, ‑as/‑ēs] (CoCá-) avec racine au degré o et ton (accent) sur le suffixe ‑ᾱ/-η : type ancien, bien représenté en grec.

  • ἡ ἀγορά, ᾶς [agora] (résultat de l’action) « assemblée », d’où « place publique, marché » (ἀγείρω [ageirō] « rassembler »)
  • ἡ σπορά, ᾶς [spora] « ensemencement », ou résultat : « semence » (σπείρω [speirō] « semer »)
  • ἡ ᾠδή, ῆς [ōidē] « chant, ode » (ἀείδω, ᾄδω [aeidō, aidō] « chanter », cf. ἀοιδός [aoidos] « chanteur, aède »)

‼ Attention ‼ On trouve aussi des dérivés de verbes préverbés, dont le sens se comprend à partir de celui du verbe préverbé (voir remarque supra) :

  • ἡ παραβολή, ῆς [parabolē] « rapprochement, comparaison », ou résultat : « récit allégorique » / « opération consistant à appliquer une aire à un segment de droite » (παραβάλλω [paraballō] « mettre à côté, comparer, appliquer [une aire à un segment de droite] »)
  • ἡ μεταφορά, ᾶς [metaphora] « transport, métaphore » (μεταφέρω [metapherō] « transporter, employer métaphoriquement »)

Rem. On trouve des noms d’action en ‑ᾱ/‑η, avec ton (accent) sur le suffixe, sur d’autres types de racines verbales :

  • ἡ ἀρχή, ῆς [arkhē] « commandement, commencement » (ἄρχω [arkhō] « marcher en tête, commander, commencer »)
  • ἡ γραφή, ῆς [graphē] « action d’écrire, de dessiner, d’assigner quelqu’un (action publique) », ou résultat : « dessin, peinture, pièce judiciaire » (γράφω [graphō] « écrire, dessiner, proposer une motion ou une loi, assigner [par écrit] en justice »)
  • ἡ παρασκευή, ῆς [paraskeuē] « préparation, préparatifs » (παρασκευάζομαι [paraskeuazdomai] « [se] préparer, [se] disposer »)

● Substantifs féminins en ‑ίᾱ, ‑ίᾱς [-ia-ias] dérivés de noms :

  • ἡ ἱστορία, ας [historia] « recherche, enquête », d’où « récit de ce que l’on a appris » (ὁ ἵστωρ, ορος [histōr] « qui sait, qui connaît »)
  • ἡ ἡγεμονία, ας [hēgemonia] « direction, autorité, prééminence » (ὁ ἡγεμών, όνος [hēgemōn] « qui conduit, qui commande, chef »)

Rem. Il arrive souvent que le substantif en ‑ίᾱ voisine avec un verbe dérivé du même nom4 :

  • ἡ εἰρωνεία, ας [eirōneia] « action d’interroger en feignant l’ignorance, ironie (socratique) » (εἴρων [eirōn] « qui interroge en feignant l’ignorance », cf. εἰρωνεύομαι [eirōneuomai] « faire l’ignorant »)5
  • ἡ ἐπιδημία, ας [epidēmia] « séjour », d’où « maladie qui séjourne, maladie épidémique, épidémie » (ἐπιδήμιος [epidēmios] et ἐπίδημος [epidēmos] « qui est dans le pays, local, résident », cf. ἐπιδημέω‑ῶ [epidēmeō] « résider »)
  • ἡ κεφαλαλγία, ας [kephalalgia] « céphalalgie, mal de tête » (κεφαλαλγής [kephalalgēs] « qui souffre de la tête », cf. κεφαλαλγέω‑ῶ [kephalalgeō] « souffrir de la tête »)
  • ἡ φιλολογία, ας [philologia] « activité du philologue, philologie » (φιλόλογος [philologos] « qui aime le λόγος, bavard » puis « érudit, savant », cf. φιλολογέω‑ῶ [philologeō] « agir en philologue, s’occuper d’érudition »)
  • ἡ φιλοσοφία, ας [philosophia] « activité du philosophe, philosophie » (φιλόσοφος [philosophos] « philosophe », cf. φιλοσοφέω‑ῶ [philosopheō] « être philosophe, pratiquer la philosophie »)

● Substantifs masculins en ‑μός, ‑μοῦ [‑mos, ‑mou] dérivés de verbes :

  • ὁ σπασμός, οῦ [spasmos] « spasme, convulsion » (σπάω‑ῶ [spaō] « tirer, arracher »)
  • ὁ πλεονασμός, οῦ [pleonasmos] « surabondance, excès » (πλεονάζω [pleonazdō] « être surabondant, excessif », cf. πλέον « plus »)
  • ὁ παροξυσμός, οῦ  [paroxusmos] « irritation, exaspération », par ailleurs « paroxysme d’une maladie » (παροξύνω  [paroxunō] « exciter, irriter, exacerber » [= « aiguiser contre »], cf. ὀξύς, εῖα, ύ  [oxus] « aigu, pointu, piquant »)
  • ὁ κατακλυσμός, οῦ [kataklusmos] « inondation », et dans la Septante, « déluge » (κατακλύζω [katakluzdō] « inonder, submerger »)

En particulier, substantifs en ‑ασμός [‑asmos] et ‑ισμός [‑ismos] dérivés de verbes en ‑άζω [‑azdō] et ‑ίζω [‑izdō], en face de noms d’agent en ‑αστής [‑astēs] et ‑ιστής [‑istēs] :

  • ὀστρακισμός [ostrakismos], ἑλληνισμός [hellēnismos]…6

● Substantifs féminins en ‑σις, ‑σεως [‑sis, ‑seōs] désignant l’action (de façon abstraite) en regard de neutres en ‑μα, -ματος [‑ma‑matos], désignant le résultat de l’action, dérivés du même verbe :

racine / radicalféminin en ‑σιςneutre en ‑μα
ἕλκόω‑ῶ [helkoō]
« ulcérer, faire suppurer »
ἡ ἕλκωσις, εως [helkōsis]
« ulcération »
τὸ ἕλκωμα, ατος [helkōma]
« ulcère » qui en résulte
κτάομαι‑ῶμαι [ktaomai] « acquérir »ἡ κτῆσις, εως [ktēsis] « acquisition »τὸ κτῆμα, ατος [ktēma] « bien (acquis) »
aor. ἔμαθον [emathon] « apprendre »ἡ μάθησις, εως [mathēsis] « apprentissage »τὸ μάθημα, ατος [mathēma]
« savoir, science »
οἰδέω‑ῶ [oideō]
« enfler, gonfler »
ἡ οἴδησις, εως [oidēsis] « fait d’enfler, enflure, gonflement »τὸ οἴδημα, ατος [oidēma] « gonflement, œdème » qui en résulte
ποιέω‑ῶ [poieō] « fabriquer, créer / inventer, composer »ἡ ποίησις, εως [poiēsis] « création / composition d’œuvres poétiques, art de la poésie »τὸ ποίημα, ατος [poiēma] « ouvrage / poème »
πράττω [prattō]
« agir, accomplir »
ἡ πρᾶξις, εως [praxis] « fait d’agir, action »τὸ πρᾶγμα, ατος [pragma] « ce qui est fait, affaire »
χρήομαι‑ῶμαι [khrēomai] « user de »ἡ χρῆσις, εως [khrēsis]
« usage, emploi »
τὸ χρῆμα, ατος [khrēma]
« ce dont on se sert, chose »
ἀσκέω‑ῶ [askeō] « s’exercer »ἡ ἄσκησις, εως [askēsis] « exercice »
aor. ἐγενόμην [egenomēn] « naître, devenir »ἡ γένεσις, εως [genesis] « origine, naissance »
θρομβόω‑ῶ [thromboō] « faire coaguler, provoquer un caillot », cf. ὁ θρόμβος, ου [thrombos] « caillot »ἡ θρόμβωσις, εως [thrombōsis] « coagulation (de lait ou de sang) »
κρίνω [krinō]
« décider, trancher »
ἡ κρίσις, εως [krisis] « décision, jugement / phase décisive (d’une maladie) »
ὑποτίθημι [hupotithēmi] « placer en dessous »ἡ ὑπόθεσις, εως [hupothesis] « fondement, principe, sujet, hypothèse »
φύομαι [phuomai] « naître »,
cf. τὸ φυτόν, οῦ [phuton] « la plante »
ἡ φύσις, εως [phusis] « nature »
παραδείκνυμι [paradeiknumi]
« montrer, exposer »
τὸ παράδειγμα, ατος [paradeigma]
« modèle, exemple, paradigme »
cf. ὁ ῥήτωρ, ορος [rhētōr] « orateur »,
parf. εἴρηκα « dire »
τὸ ῥῆμα, ατος [rhēma] « mot, parole / verbe »
σοφίζομαι [sophizdomai] « agir / parler en sophiste », cf. ὁ σοφιστής, οῦ [sophistēs] « l’homme habile / le sophiste »τὸ σόφισμα, ατος [sophisma]
« invention ingénieuse, expédient, ruse »
ἔχω, aor. ἔσχον [eskhon] « être dans telle disposition »τὸ σχῆμα, ατος [skhēma] « manière d’être, forme, figure »
σχίζω [skhizdō]
« fendre, séparer »
τὸ σχίσμα, ατος [skhisma] « fente » puis « scission, dissentiment, schisme »

→ Certains mots français en ‑isme continuent non pas un nom d’action en ‑ισμός [‑ismos], mais un nom de résultat de l’action en ‑ισμα [‑isma], forme que peut prendre le dérivé en ‑μα [‑ma] d’un verbe en ‑ίζω [‑izdō]. Si, au départ, ces deux suffixes ont une fonction bien différente (on trouve p. ex. chez Thucydide, formés à partir de τειχίζω [teikhizdō] « construire un mur », à la fois τειχισμός [teikhismos] « action de construire un mur, construction d’un mur » et τείχισμα [teikhisma] « résultat de l’action de construire un mur, mur construit »), la distinction a pu se brouiller par la suite.

→ Les finales ‑ωσις [‑ōsis] et ‑ωμα [‑ōma] issues de la réinterprétation de dérivés de verbes en ‑όω‑ῶ [‑oō‑ō] exprimant un processus (comme θρόμβωσις [thrombōsis], issu de θρομβόω‑ῶ [thromboō] : voir supra, ou γλαύκωμα [glaukōma], issu de γλαυκόω‑ῶ [glaukoō] « devenir glauque, γλαυκός [glaukos] »7 ) ont été reprises en particulier dans le vocabulaire médical : -ose, qui exprime un fonctionnement ou un processus (méiose, mitose), qui peut être pathologique (nécrose), a donné lieu à des noms de maladies comprises comme processus (arthrose, névrose, fibrose, adénose), tandis que -ome, désignant le résultat d’un processus (glaucome), s’est spécialisé dans les noms de tumeurs (fibrome, adénome).

Pour en savoir plus

Voir la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Formation des noms d’action du grec ancien », dans Etymologika, 05/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1785, consulté le 18/08/2022.
Notes
  1. Voir J. Dubois & F. Dubois‑Charlier, La dérivation suffixale en français, Paris, 1999, p. 14‑45. []
  2. En grec ancien, les 18 mots traditionnellement dénommés « prépositions » (ἀμφί [amphi], ἀνά [ana], ἀντί [anti], ἀπό [apo], διά [dia], εἰς [eis], ἐκ/ἐξ [ek/ex], ἐν [en], ἐπί [epi], κατά [kata], μετά [meta], παρά [para], περί [peri], πρό [pro], πρός [pros], σύν/ξύν [sun/xun], ὑπέρ [huper], ὑπό [hupo]) peuvent être employés à la fois en tant qu’adverbes, en tant que préverbes, et en tant que prépositions ; c’est pourquoi il convient d’éviter le terme flou de préfixe, qui ne renseigne pas sur leur fonction. []
  3. Sur lesquels voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». Sur la nette distinction entre les types διάλογος, πρόλογος et ἀμφίλογος, ἀντίλογος, voir Ch. de Lamberterie, article « λέγω » de la « Chronique d’étymologie grecque n° 14 (CEG 2015) », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 87–2, 2013 [2016], p. 178-184 [DOI : 10.3917/phil.872.0157], auquel nous reprenons ces exemples (p. 182). []
  4. Voir « Formation des verbes dénominatifs du grec ancien ». []
  5. Sur les substantifs en ‑εία qui répondent aux verbes en ‑εύω, voir P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 88‑90 § 68. []
  6. Voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  7. C’est‑à‑dire bleu‑gris, bleu‑vert, bleuâtre. Comme beaucoup de noms de maladies (voir M. D. Grmek, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale. Recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique, archaïque et classique, Paris, 1983), le terme γλαύκωμα a changé de sens depuis l’Antiquité : il désigne en effet chez les Anciens l’opacification du cristallin, que les Modernes appellent cataracte (voir F. Skoda, « Sens et histoire du mot glaucome », dans M. Biraud [dir.], [Dis]continuité en linguistique latine et grecque. Hommage à Chantal Kircher‑Durand, Paris, 2012, p. 133‑143). []

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. 24/08/2021

    […] « Formation des noms d’action en grec ancien ». […]

  2. 29/08/2021

    […] « Formation des noms d’action du grec ancien ». […]

  3. 29/08/2021

    […] « Formation des noms d’action du grec ancien ». […]

  4. 29/08/2021

    […] Formation des noms d’action du grec ancien […]

  5. 10/10/2021

    […] Formation des noms d’action du grec ancien […]

  6. 08/01/2022

    […] Formation des noms d’action du grec ancien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search