Alternances vocaliques en grec ancien

F. de Saussure, Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes, Leipsick : Teubner, 1879 (ici p. 8), où l’auteur déduit de l’observation de la régularité des alternances vocaliques, contraintes par la morphologie, l’existence de phonèmes indo-européens qui seront plus tard appelés « laryngales »1.
Source : Gallica.

Le grec conserve de nombreuses traces d’« alternances vocaliques », héritées de l’indo-européen, selon lesquelles, dans un élément donné (suffixe, voyelle thématique, désinence, radical nominal, radical verbal), une voyelle change de timbre (« degré e » ou « degré o ») ou bien disparaît (« degré zéro », noté ø) selon la fonction morphologique de cet élément : ce phénomène est appelé apophonie (all. Ablaut, angl. vowel gradation).

Suffixes

degré e (et degré ē)degré o (et degré ō)degré ø
*‑es-/‑os-
(neutres sigmatiques)
aux autres cas
hom. γένεος, att. γένους < *γέν‑εσ‑ος
dans les composés
εὐγεν‑ής, ής, ές « bien né »
au nom.‑acc.
γέν‑ος
*‑ter-
(noms de parenté)
aux autres cas
πά‑τερ, πα‑τέρ‑α
(nom. πα‑τήρ)
dans les composés
ὁμοπά‑τωρ, ορος
« né du même père »
πα‑τρ‑ός
πα‑τρ‑ί
πα‑τρά‑σι
*‑er-voc. ἄν‑ερ
(nom. ἀν‑ήρ)
dans les composés
ἀγήν‑ωρ « meneur d’hommes »
ἀνήν‑ωρ « lâche »
ἀνδρός
< *ἀν‑ρ‑ός

Voyelle thématique

degré edegré o
dans la déclinaison thématiqueδῆμ‑εδῆμ‑ο‑ς, δῆμ‑ο‑ν
dans la conjugaison thématiqueλύ‑ε‑τε
λύ‑ε‑ται, λύ‑ε‑σθε
λύ‑ο‑μεν
λύ‑ο‑μαι, λυ‑ό‑μεθα

Désinences

degré odegré ø
génitif singulierhom. γένεος, att. γένους < *γέν‑εσ‑ος
κόρακ‑ος
ἡμέρα‑ς

Formation des noms

  • gén. ποδ‑ός « pied » : degré o
  • πεζός (adj.) « qui va à pied », τὸ πέδον « sol » : degré e
Substantifs neutres en *‑es-/‑os-: racine au degré e
  • *genh1– « engendrer » : τὸ γέν‑ος
  • *klew- « entendre » : τὸ *κλέϝος > κλέος
Adjectifs verbaux en *‑to- : racine au degré ø
  • *klew- « entendre » : *klu‑to > κλυτός « célèbre, glorieux, illustre »
  • *segh « tenir (fermement), retenir » : ἄσχετος « irrésistible, intolérable »
  • *mer- « disparaître, mourir » : ἄμβροτος < *ἄμροτος < *n̥-mr̥-to- « qui ne meurt pas / qui ne peut pas mourir, immortel » ; hom. βροτός « qui peut mourir, mortel »

Remarque sur le sens du suffixe -τό- : à côté de son sens passif originel, attesté dans d’autres langues indo-européennes, -τό- a également pris en grec un sens de possibilité, vraisemblablement à partir des formes négatives de type ἄλυτος (« non délié, non dissous » d’où « que l’on ne peut délier, indestructible, indissoluble »). Par ailleurs, un adjectif en -τό- peut toujours recevoir une valeur active : ἀδύνατος signifie à la fois « impossible » et « impuissant, incapable » (cf. δύναμαι « pouvoir, être capable ») ; πιστός « que l’on peut croire, digne de foi » et « qui croit, qui a foi » (cf. πείθομαι « se fier à, faire confiance [puis obéir] ») ; συνετός « facile à comprendre, intelligible » et « qui comprend, intelligent » (cf. συνίημι « comprendre »)2.

Substantifs thématiques : racine au degré o (verbes thématiques : racine au degré e)3
noms d’action
(ou de résultat de l’action)
ton sur la racine
noms d’agent
ton sur voyelle thématique
(mais le ton change en composition)
τρέχω
« courir »
τρόχος « la course »τροχός « ce qui court (en rond), la roue »
τρέπω
« tourner »
τρόπος « le tour, d’où l’habitude, la manière, la conduite… »τροπός « ce qui tourne, la courroie »
τέμνω
« couper »
τόμος [résultat de l’action] « morceau coupé, partie », d’où « volume »τομός (adj.) « qui coupe, coupant » ; myc. du-ru-to-mo, hom. δρυτόμος « le coupeur de bois, le bûcheron »

Autres exemples :

  • noms d’action (ou de résultat de l’action) avec ton sur la racine :
    • *leg- « rassembler, cueillir, choisir » (cf. λέγω) : λόγος (ὁ) « le fait de parler, la faculté de parler, la parole » ou [résultat de l’action] « la parole (prononcée), le discours »
    • *gwhen- « frapper » (cf. θείνω « frapper, tuer ») : φόνος (ὁ) « le fait de tuer, le meurtre »
    • νέμω « attribuer, répartir selon l’usage », moy. « avoir sa part » : νόμος (ὁ) [résultat de l’action] « ce qui est conforme à la règle, usage, puis loi »
  • noms d’agent avec ton sur la voyelle thématique (mais le ton change en composition) :
    • τρέφω « nourrir » : τροφός (ἡ) « celle qui nourrit, la nourrice » ; κουροτρόφος « qui nourrit les jeunes garçons »
    • *segh « tenir (fermement), retenir » (cf. ἔχω) : hom. ἡνίοχος (ὁ) « celui qui tient les rênes (ἡ ἡνία), cocher » ; μέτοχος « qui participe » (cf. μετέχω « participer, avoir part à »)
    • *bher- « (ap)porter » (cf. φέρω) : μισθοφόρος « qui touche un salaire, mercenaire »
    • *χέϝω > χέω « verser » : *‑χόϝος > -χόος « qui verse »
    • *kwel- « circuler » (cf. hom. et trag. πέλομαι « se mouvoir ») : αἰπόλος (ὁ) « chevrier », ἀμφίπολος (ἡ) « servante », βουκόλος (ὁ) « bouvier »

Formation des thèmes verbaux

racineprésent thématique
degré e
parfait
degré o
aoriste
degré ø
*segh « tenir »ἔχωἔσχον (inf. σχεῖν)
*sekw « suivre »ἕπομαιἑσπόμην (inf. σπέσθαι)
« faire coaguler/cailler, donner corps, nourrir, élever » ; intr. « (se) coaguler, cailler, prendre corps »4τρέφωintr. τέτροφα « se solidifier »[intr./pass. en *-ē- ἐτράφην « être élevé, grandir »]
« souffrir »πέπονθαἔπαθον (inf. παθεῖν)
*weyd- « voir »οἶδαεἶδον < *ἔϝιδον
(inf. ἰδεῖν)
*leykw« laisser »λείπωλέλοιπαἔλιπον
*bheydh « se fier à, faire confiance »πείθομαι intr. πέποιθαἐπιθόμην
*bhewdh « être éveillé, attentif »hom. πεύθομαιἐπυθόμην
*derk- « voir, apercevoir »δέρκομαιδέδορκαἔδρακον

Racines comportant une laryngale

Dans les exemples considérés jusqu’à présent, l’apophonie est un phénomène qualitatif, à savoir la présence d’une voyelle de timbre ou o, combiné à une opposition privative (= présence/absence de ladite voyelle) dans le cas d’une alternance e/zéro ou o/zéro. Mais bon nombre de racines indo-européennes présentent une alternance quantitative, à savoir une opposition entre voyelle longue et voyelle brève. C’est le cas, notamment, de plusieurs racines verbales en grec, ainsi θη-/θε- « poser », στᾱ-/στα- « se tenir debout », φᾱ-/φα- « dire », δω-/δο- « donner ». Comment rendre compte de ces alternances ? Saussure estime que pour répondre à cette question il faut considérer la manière dont elles fonctionnent dans les paradigmes morphologiques. Il est, en effet, persuadé, à juste titre, qu’il y a une hiérarchie des niveaux en linguistique, et que donc la phonétique ne vaut ici que comme servante de la morphologie ; dans la ligne de Saussure, on dit communément aujourd’hui que l’apophonie relève de la morphonologie.[…]

Le véritable coup de génie de Saussure est de tenir le raisonnement suivant : puisque l’alternance ᾱ/ᾰ du présent « parler » apparaît dans un paradigme morphologique du même type que celui des présents « être » et « aller », où tout montre qu’il faut partir d’une alternance *es-/*s-, *ei-/*i-, on doit admettre qu’elle procède, elle aussi, d’une alternance de ce type dans son principe ; en d’autres termes, l’opposition non privative repose sur une plus ancienne opposition privative, le quantitatif est l’aboutissement récent du qualitatif. Cela conduit Saussure à reconstruire, d’une manière tout algébrique, un phonème particulier dans l’état le plus ancien de l’indo-européen : phonème auquel il donne le nom de « coefficient sonantique » et qu’il symbolise par *A (Mémoire, p. 127 sqq.).

Charles de Lamberterie, « La théorie des laryngales en indo-européen », CRAI, 151-1, 2007, § 1, p. 143-145. La page 127 du Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes cité ici d’après la pagination du Recueil des publications scientifiques de F. de Saussure (Genève, 1922) correspond à la page 134 de l’édition de 1879.

racinedegré edegré odegré ø
*dheh1« poser, placer »*dheh1– > θη-
τίθημι, ἔθηκα
*dhoh1– > θω-
θωμός « tas »
*dhh1– > θε-
τίθεμεν, ἔθεμεν
θετός « établi »
*steh2-  « placer debout, fixer »*steh2-  > στᾱ-
dor. ἵστᾱμι
*sth2-  > στα-
ἵσταμεν
στατός « qui reste droit »
*bheh2 « parler »*bheh2– > φᾱ-
dor. φᾱμι
*bhoh2– > φω-
φωνή « voix »
*deh3 « donner »*deh3– > δω-
δίδωμι
*doh3– > δω-
δῶρον « cadeau »
*dh3– > δο-
δίδομεν, δοτός « donné »
Pour un aperçu sur le devenir des laryngales en grec ancien, voir « Vocalisme du grec ancien ».
Pour en savoir plus

Voir la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Alternances vocaliques en grec ancien », dans Etymologika, 04/03/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1787, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Sur ce « véritable coup de génie » de Saussure, voir Charles de Lamberterie, « La théorie des laryngales en indo-européen », CRAI, 151-1, 2007, § 1, p. 141-148, qui propose ensuite (§ 2-4, p. 148-162) une synthèse sur le traitement des laryngales en grec (pour un premier aperçu sur ce sujet, voir « Vocalisme du grec ancien »). []
  2. Voir P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 306-307 § 244 ; E. Risch, WHS, p. 19, § 10 a. []
  3. De même en sanskrit : kā́maḥ « amour » et kāmáḥ « aimant ». []
  4. Voir P. Demont, « Remarques sur le sens de τρέφω », Revue des Études Grecques, 91, 1978, p. 358-384 : « Les théories de la conception et du développement du fœtus in utero nous ont montré que les deux sens du verbe τρέφω, celui que définit Benveniste (développer et nourrir) et le sens concret “faire prendre” n’en forment qu’un dans ce cas et que le processus de formation fœtale est essentiellement un processus de coagulation, l’apparition d’un assemblage, d’une constitution qui n’est plus liquide. Ces constatations […] permettent de proposer qu’on fasse plus de place dans la traduction de τρέφω et de ses dérivés au jeu toujours possible de la polysémie dans les emplois intermédiaires : “constituer”, “faire prendre”, “rendre solide”, “former” et surtout “faire prendre corps” peuvent ainsi être préférables à “nourrir” ou à “élever” » (ici p. 381). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search