Principaux traits de la prose ionienne

Un passage du traité Maladies I (§ 22, 6.184 Littré) dans l’« Aldine », édition princeps de la Collection hippocratique, parue à Venise en 1526. En bas de l’image, sur la même ligne, le verbe qui signifie « être malade », dérivé de νόσος « maladie », apparaît à la fois sous la forme νοσέω et νουσέω.
Source : Münchener DigitalisierungsZentrum. Digitale Bibliothek (p. 58 v, Scan 144).

Phonétique

Voyelles
  • *ᾱ (ancien) > η, même après ρ ε ι1
  • un allongement compensatoire en plus de ceux qui existent déjà en attique2 : la chute d’un *w dans un groupe de consonnes donne une voyelle longue ᾱ ει ῑ ου ῡ (κᾱλός, ξεῖνος, μοῦνος uersus att. κᾰλός, ξένος, μόνος)3
  • γῑ́νομαι, γῑνώσκω avec ῑ après amuïssement du γ (att. γίγνομαι, γιγνώσκω)
  • rencontres de voyelles
    • abrégement en hiatus : gén. sing. νεός, βασιλέος, gén. pl. ἡμερέων (cf. hom. arch. νηός, βασιλῆος, éol. -ᾱ́ων) [voir infra, « Morphologie »]
    • deux voyelles de même timbre se contractent après chute d’un *s ou d’un *y : φιλεῖτε (verbe contracte en *-ye/o-) mais γένεος, γένεα… (substantif en *‑es-/-os-)
    • → hyperionisme (homérisme) : pas de contraction entre deux voyelles de même timbre (ἀπικνέεσθαι)
    • pas de contraction après chute d’un *w : nom. pl. βασιλέες [voir infra, « Morphologie »]
    • diphtongaison *e + > ευ : ποιεύμενος, ποιεῦντες, ποιεῦσι…
Consonnes
  • psilose (perte de l’aspiration à l’initiale) : dans le texte d’Hérodote, les mots commençant par voyelle portent l’esprit rude qu’ils auraient en attique, mais la psilose est visible dans les règles d’euphonie : l’élision d’une préposition ou d’un préverbe n’entraîne pas d’aspiration de la consonne qui précède (ἀπ-ικνέεσθαι [att. ἀφ-ικνεῖσθαι], ἀπ’ ἧς, οὐκ ὁμολογέουσι)
  • labiovélaires4 : *k> κ dans certaines formes pronominales interrogatives et indéfinies (att. π) : κῶς / κως (att. πῶς / πως), ὁκόσος, ὁκότε, ὁκότερος, ὁκου, ὅκως,…
  • groupe *-rs- : subsiste dans de vieux mots (ἄρσην, θάρσος et dérivés… [att. ἄρρην, θάρρος])
  • *-ty– (+ *-thy-, *-ky-, *-khy5 et *-tw– > *-ty-) > *-ts– > -σσ- en ionien (-ττ- en attique)

Morphologie

  • emploi du -ν éphelcystique (ionien) : dans les textes hippocratiques, mais pas chez Hérodote
Nominale
  • thèmes en *-ā-
    • génitif pluriel -έων monosyllabique par synizèse6
    • datif pluriel -ῃσι (*-ησι + ajout du iota souscrit par analogie avec -αις)
    • + masc. en *-ᾱς > -ης : gén. sg. -εω (< *-ηο) monosyllabique par synizèse
  • thèmes en *-o- (décl. thématique)
    • datif pluriel -οισι à côté de -οις
  • thèmes en *-i-
    • -ι- dans toute la flexion en ionien (comme dans d’autres dialectes) ; ex. : génitif singulier πόλιος (dissyllabique) ; noter le datif singulier πόλῑ < *πόλιι
  • thèmes en *-ēw
    • déclinaison sans contraction, avec abrégement en hiatus : βασιλέα, -έος, -έες…
  • thème *nāw– « navire »
    • déclinaison avec abrégement en hiatus : νέα, νεός, νέες, νέας, mais aussi (cf. hom.) nom. sg. νηῦς (monosyllabique), dat. pl. νηυσί
Pronominale
  • pronoms personnels : génitifs ἐμέο (ἐμεῦ), σεῖο (σεῦ)
  • pronom anaphorique acc. masc. et fém. μιν « le/la »
  • attention aux formes souvent classées, pour la prose classique, dans la catégorie des « pronoms réfléchis simples » (Ragon § 84) : dans la langue homérique comme chez Hérodote, lorsqu’ils sont enclitiques (non accentués), ἑ, οἱ, σφας, σφισιν, σφι(ν)… servent de pronom personnel de 3e personne, non réfléchi (voir Ragon § 83, Rem. II ; § 398, 15°, Rem.) [avec la même fonction que l’anaphorique αὐτόν, αὐτήν, αὐτοῦ… en attique]
  • pronom démonstratif κεῖνος à côté de ἐκεῖνος
Verbale
  • verbe « être » : participe présent ἐών, ἐοῦσα (att. ὤν, οὖσα)
  • verbes contractes en -άω : passage à la conjugaison en -έω (ὁρῶ, -εῖς, -εῖ…)
  • verbes en -μι :
    • désinences empruntées aux verbes contractes (τιθεῖς, τιθεῖ, διδοῖς, διδοῖ…)
    • extension de -κα + radical long au pluriel : par ex., 3e pers. pl. ἔθηκαν (att. ἔθεσαν)
  • désinences de moyen :  3e pers. pl. -αται et -ατο [att. -νται et -ντο]
  • augment syllabique (allongement de la voyelle initiale) pas systématique
  • imparfait itératif en -σκον, sans augment

Syntaxe

  • article (ancien démonstratif *so– / *to-) employé en fonction de relatif

Vocabulaire

prépositions / préverbes / adverbes :

  • ἐσ-, ἐς
  • ξυν-, ξύν (archaïsme) uersus συν-, σύν (ionien)
Pour en savoir plus

Pour une première approche, consulter Ragon & Dain, Grammaire grecque, Appendices, § I « Principales particularités de la langue homérique » et § II « Quelques traits de l’ionien d’Hérodote ».

Pour approfondir la recherche, voir :

  • Ph.-E. Legrand, Introduction à l’édition d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres (CUF 73), p. 194‑224 (aperçu des questions qui se posent à l’éditeur) ; H. B. Rosén, Eine Laut- und Formenlehre der herodotischen Sprachform, Heidelberg, 1962 (ouvrage de référence).
  • J. Jouanna, Notice à l’édition de la Nature de l’homme d’Hippocrate, 2e éd., Berlin, Akademie Verlag (CMG I 1, 3), 2002, p. 133-155 (aperçu des questions qui se posent à l’éditeur, en ligne : http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cmg_01_01_03.php).
Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Principaux traits de la prose ionienne », dans Etymologika, 04/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1805, consulté le 01/07/2022.
Notes
  1. On trouve parfois des hyperionismes (η là où on attendait ᾱ récent, qui reste ᾱ en ionien). Sur *ᾱ ancien uersus récent, voir « Vocalisme du grec ancien », « Origine des voyelles longues ». []
  2. Voir « Vocalisme du grec ancien », « Origine des voyelles longues ». []
  3. On trouve parfois des incohérences au sein d’une même famille de mots (p. ex., νοῦσος mais νοσέω, νόσημα employés au sein d’une même phrase, dans les textes hippocratiques). []
  4. Voir « Consonantisme du grec ancien », « Traitement des occlusives labiovélaires ». []
  5. Ces deux derniers éventuellement issus de respectivement *kw et *gwh devant : voir « Consonantisme du grec ancien », « Traitement des occlusives labiovélaires » []
  6. « On appelle synizèse l’articulation occasionnelle en une seule syllabe de deux voyelles en hiatus, dont la première est le plus souvent un ε. La synizèse n’est pas notée dans l’écriture ; elle n’est mise en évidence que dans la scansion des textes poétiques. » (Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris, 1972, p. 257 § 285) []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 29/08/2021

    […] [glōssa] en dialecte ionien, et γλῶττα [glōtta] en dialecte attique (voir « Principaux traits de la prose ionienne ») ; la forme attique πολύγλωττος, ος, ον [poluglōttos] […]

  2. 08/01/2022

    […] du point de vue linguistique, puisque -σσ- voisine avec -ττ- : voir « Principaux traits de la prose ionienne ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search