Etymologika: ce que suggère l’orthographe

Claude Lancelot, Nouvelle methode pour apprendre facilement la langue grecque contenant les regles des declinaisons, des conjugaisons, de l’investigation du theme, de la syntaxe, de la quantité, des accens, des dialectes, & des licences poëtiques. Mises en françois dans un ordre trés-clair & trés-abregé […], Neuviéme edition, revûë, corrigée, & augmentée de nouveau. A Paris, chez Florentin & Pierre Delaulne ruë Saint Jacques, au dessus de la ruë de Mathurins, à l’Empereur, 1696. Source : archive.org.

Le titre Etymologika choisi pour ce carnet illustre en lui-même, dans toute sa complexité, la place des mots grecs dans nos langues modernes.

Un y, un k ? Voilà donc un mot grec ! On aurait pu ajouter un ou deux h… Avec une finale pareille, en tout cas, ce n’est ni du français, ni du latin !

La langue française n’a hérité de mots grecs que par l’intermédiaire du latin, dont elle constitue une forme continuée. Un mot grec emprunté par le latin puis hérité par le français n’est plus reconnaissable : sauf à en connaître l’étymologie, on ne peut deviner que le français église est hérité du latin ecclesia, lui-même emprunté au grec ἐκκλησία.

Un emprunt à une langue étrangère, en effet, se signale par sa proximité phonétique avec le terme emprunté : le but est de rester au plus près de la langue d’origine, dans la mesure où le permet la langue emprunteuse – ce qui était le cas pour le latin ecclesia, qui a été versé à la « première déclinaison » (rosa, rosa, rosam…), dont les locuteurs du latin avaient bien vu la ressemblance avec la « première déclinaison » grecque, même sans les outils de la grammaire comparée.

En revanche, il est courant qu’un terme hérité, qui a traversé les siècles, ait vu sa prononciation très modifiée. Entre le latin ecclesia et le français église, presque deux millénaires ont passé : soumis aux mêmes aléas de l’évolution phonétique que les autres termes de la langue latine hérités par le français, le terme ecclesia s’est progressivement transformé en église, de même que l’accusatif singulier legem devenu loi ou que l’accusatif pluriel oculos devenu yeux.

Jusque là, rien que de très semblable à ce que l’on connaît pour les langues modernes, qui peut être illustré par l’exemple classique du français tennis, emprunt à l’anglais tennis, lui-même issu d’une évolution phonétique de la forme de moyen-anglais tenetz (v. 1400), lui-même emprunt à la forme d’impératif français tenez (anglo-normand tenetz), exclamation du joueur qui lançait la balle au jeu de paume1.

Toutefois, la particularité des langues anciennes est d’être restées constamment lues et pratiquées depuis l’Antiquité : loin d’être « mortes », selon une expression que l’on peut récuser, elles sont demeurées une source vive à laquelle ont continûment puisé nos langues modernes. Elles ont même constitué un socle solide permettant la circulation du vocabulaire intellectuel au sens large entre ces différentes langues : ainsi, un mot « grec » en français a pu être emprunté directement au grec, mais tout aussi bien au latin, qui est resté longtemps une langue de communication érudite et scientifique, ou encore à une autre langue moderne.

Dès lors, ouvrir le fameux « dictionnaire Bailly » pour chercher le sens d’un mot moderne d’après celui du grec ancien ne donne qu’une partie des clefs pour comprendre ce mot : il est tout aussi indispensable de retracer son histoire et de mettre au jour les chemins par lesquels il est arrivé jusqu’à nous. L’étymologie est indissociable de l’histoire des mots, comme l’exprime si bien le sous-titre du Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Pierre Chantraine, Histoire des mots.

Dans cette enquête, l’orthographe peut donner les premiers indices. Un y, ou encore un h à l’initiale ou dans les groupes ch, ph, th, et voilà du grec ? Oui, sans doute, dans le français contemporain ; mais l’orthographe des mots français empruntés au grec a pu varier tout autant que celle des autres mots de la langue française ; de surcroît, dans la mesure où leur lien avec le grec restait évident, ils ont pu connaître aussi bien des modifications destinées à leur donner une apparence plus grecque, que d’autres destinées à leur donner un air moins ardu : elefant, sporadiquement attesté depuis le XIIe siècle en face du plus courant olifant, est devenu éléphant ; rithme, attesté au XIVe siècle chez Oresme, concurrencé par rythme et rhythme au XVIe siècle, a définitivement été abandonné par la suite ; le Dictionnaire de l’Académie française, depuis l’apparition du terme dans la 4e édition (1762), cite les deux formes, d’abord en donnant rhythme pour plus courant, jusqu’à la 6e édition (1835), puis en inversant les priorités dans la 7e (1878), avant que la 8e édition (1835) ne consacre le seul rythme.

Pour autant, il n’est pas si difficile de repérer les quelques fluctuations qui ont pu affecter l’orthographe des mots grecs empruntés par la langue française. Le tableau que donne la Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue grecque de Claude Lancelot, qui a connu un grand succès et de nombreuses rééditions pendant plus d’un siècle et demi2, en fournit paradoxalement une bonne illustration (voir ci-contre). En effet, le titre de la colonne de doite, « Valeur », semble lui donner pour but de présenter en face de chaque lettre grecque la lettre latine dont la prononciation est la plus approchante. Cependant, en ne distinguant pas clairement transcription et valeur phonétique, et en proposant plusieurs transcriptions pour une même lettre grecque, « k, c » pour la lettre n° 10, kappa, et « y, u François » pour la lettre n° 20, upsilon, ce tableau met précisément en évidence les points sur lesquels la graphie des mots français empruntés au grec a pu varier.

On constate d’ailleurs, par la même occasion, que la plupart des correspondances entre lettres grecques et lettres latines sont tout à fait évidentes : l’alphabet latin résulte en effet d’une adaptation de l’alphabet étrusque qui est lui-même adapté d’un alphabet grec (différent toutefois de celui qui a servi jusqu’à nos jours pour noter le grec ancien) – ce qui rend l’alphabet grec, en réalité, facile d’accès : une fois passé l’étonnement face à l’aspect de certaines lettres qui ont le même nom que les nôtres, mais une forme quelque peu différente, il suffit de concentrer son attention sur un petit nombre de lettres qui soit ont changé de valeur, soit n’existent pas dans notre alphabet latin.

Les deux flottements mis en évidence dans le tableau de Claude Lancelot n’ont pas la même origine.

Celui qui concerne la lettre n° 20, upsilon, dont la graphie minuscule υ ressemble à notre u, et la graphie majuscule Υ à notre y, est dû à une évolution phonétique qui a eu lieu en grec ancien : alors qu’à la période classique, à Athènes, au Ve siècle avant notre ère, cette lettre était prononcée comme notre « u françois », elle a ensuite été prononcée i, suite à un changement de prononciation de plusieurs voyelles grecques, nommé iotacisme, qui s’est maintenu jusqu’au grec moderne. C’est ce qui explique que l’alphabet cyrillique, qui résulte d’une adaptation de l’alphabet grec, lui donne la même valeur, et que l’alphabet français la nomme « i grec ».

Le flottement concernant la lettre n° 10, kappa, s’explique en revanche par les hasards de l’usage. Comme, dans l’alphabet latin, la 3e lettre n’a pas la valeur g, comme en grec, mais la valeur k, il se trouvait dans cet alphabet deux lettres disponibles, c et k, pour transcrire le kappa grec ; c’est le c qui a été choisi. Le fait que de nombreux emprunts du français au grec ont été effectués par l’intermédiaire de la langue de communication qu’est longtemps resté le latin a fait le reste : en français, c’est avec un c que commence le premier élément du composé cinématographe désignant l’appareil qui sert à enregistrer le « mouvement »3, κίνημα en grec ; tandis qu’un mot reposant sur le même terme mais comportant un k- initial, comme kinesthésie, fait immédiatement penser à un emprunt à une autre langue moderne (ici, en l’occurrence, un mot anglais, kinaesthesis, créé par H.C. Bastian en 1880)4.

Ce billet est loin d’avoir épuisé les questions de graphie et de prononciation du grec et des mots empruntés au grec – ou formés à partir d’éléments empruntés au grec – à travers les âges. Il s’agissait seulement de faire entrevoir la complexité des modes de présence du grec ancien dans nos langues modernes, qui est l’un des thèmes de ce carnet, à partir d’un élément symbolique, le choix d’un titre, et d’une graphie pour ce titre. En caractères grecs, le terme, dont l’histoire fera l’objet d’un autre billet, s’écrit Ἐτυμολογικά. Une translittération moderne, Etumologika, aurait sans doute trop renvoyé le mot à sa grécité, conformément à l’esprit d’un Leconte de Lisle convoquant les dieux et héros familiers de l’Iliade sous d’étranges graphies, telles que Akhilleus, Apollôn, Hèrè ou Klytaimnestrè5; tandis que Etymologica l’aurait peut-être trop tiré du côté de la latinité. L’orthographe choisie pour le titre de ce carnet vise ainsi à en suggérer sans détour le thème principal, en permettant l’association immédiate avec un terme français familier, tout en suscitant peut-être chez le lecteur la même curiosité et le même enthousiasme qu’éveille le charme mystérieux des mots grecs chez l’auteur de ces pages.

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Etymologika: ce que suggère l’orthographe », dans Etymologika, 17/01/2020, https://etymologika.hypotheses.org/190, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. Voir OED et TLFi. Pour les références bibliographiques de ces deux dictionnaires ainsi que des autres dictionnaires cités dans ce billet, voir « Dictionnaires », dans Etymologika, rubrique Ressources/Bibliographies []
  2. La première édition de cet ouvrage, qui date de 1655, suit la publication de la Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine (1644), qui a connu le même succès. Le pédagogue de Port-Royal, avant tout connu, avec Antoine Arnauld, pour la Grammaire générale et raisonnée (1660), dite « Grammaire de Port-Royal », est aussi l’auteur d’un autre ouvrage à succès, le Jardin des racines grecques (1657), réédité pendant plus de deux siècles, qui « renferme (les Racines) dans de petits vers François divisez par Stances, qui nous enseignent en mesme temps deux ou trois, & quelquefois quatre & cinq significations differentes d’un mesme mot » (Préface). Voir par exemple p. 1. []
  3. Ou, plus exactement, l’« appareil permettant l’enregistrement ou la projection d’une suite de vues donnant l’impression de mouvement » (TLFi s.u.). []
  4. Voir OED et TLFi. []
  5. Homère, Iliade, traduction nouvelle par Leconte de Lisle, Paris, 1867. Notons toutefois que Leconte de Lisle transcrit kappa par k, mais upsilon par y. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search