La dérivation implicite en grec ancien

La souplesse avec laquelle le substantif τέχνη peut rester associé à un adjectif en ‑ική, même si ce dernier apparaît par ailleurs déjà substantivé, peut être illustrée par le rapprochement du célèbre incipit de la Rhétorique d’Aristote (Ἡ ῥητορική ἐστιν ἀντίστροφος τῇ διαλεκτικῇ) avec le titre de ce texte tel qu’il apparaît dans plusieurs manuscrits, comme le très beau Laurentianus Plut. 60.18, copié en mai 1427 à Constantinople1 (ici en encre très claire : Ἀριστοτέλους τέχνης ῥητορικῆς πρῶτον)2.
Source : Biblioteca Medicea Laurenziana.

La dérivation est le procédé par lequel un mot est formé à partir d’un autre. On nomme généralement dérivation, par raccourci, la dérivation suffixale, qui consiste en l’ajout au radical d’un suffixe pourvu de deux fonctions3 :
– fonction syntaxique : le suffixe définit la catégorie grammaticale du terme qu’il sert à former (adjectif, substantif, adverbe, verbe…) ;
– fonction sémantique : le suffixe modifie le sens du radical.

Toutefois, ces deux transformations, syntaxique et sémantique, peuvent aussi avoir lieu sans adjonction de suffixe et donc sans changement de forme : c’est ce que l’on nomme dérivation implicite4.

La présence de l’article le permet à l’adjectif beau de devenir substantif abstrait dans le beau (dérivation implicite), parallèlement à la beauté (adjonction du suffixe abstrait ‑té par dérivation suffixale) ; les infinitifs deviennent substantifs dans le boire et le manger, le savoir ; l’adjectif bas devient adverbe de manière dans il parle bas.

Parmi les différents types de dérivation implicite attestés en grec, la substantivation est particulièrement bien représentée. Grâce à l’article5, la langue grecque a la possibilité de substantiver des formes relevant de toutes sortes de catégories grammaticales, et même des propositions entières :

  • un adjectif : οἱ καλοὶ κἀγαθοί [hoi kaloi kagathoi] « les honnêtes gens »
  • un substantif au génitif : ὁ Λαερτίου (υἱός) [ho Laertiou (huios)] « le (fils) de Laërte », οἱ Διονυσίου [hoi Dionusiou] « (la famille) de Denys »
  • un syntagme prépositionnel : οἱ ἐν τῇ πόλει [hoi en tēi polei] « les gens de la ville », οἱ ἀμφὶ Σωκράτη [hoi amphi Sōkratē] « l’entourage de Socrate »
  • un adverbe : οἱ πάλαι [hoi palai] « les Anciens »
  • un infinitif : τὸ εἶναι [to einai] « l’être »
  • un participe : ὁ ἀδικῶν [ho adikōn] « le coupable » (c’est‑à‑dire « celui qui commet l’injustice »), τὸ ὄν [to on] « l’étant »
  • une proposition : τὸ τίς ἐστιν ὁ ἀδικῶν [to tis estin ho adikōn] « la question de savoir qui est le coupable » (Platon, Euthyphron, 8 d)
Le sens de la forme substantivée se déduit6 :
1) soit de son genre

Rem. Dans ce cas de figure, il est inutile de supposer que le masculin sous‑entend ἀνήρ [anēr] « homme » ou ἄνθρωπος [anthrōpos] « être humain », et que le féminin sous‑entend γυνή [gunē] « femme », que l’on ne trouve jamais dans les textes : l’article seul suffit à conférer à la forme substantivée le sème /personne/, véhiculé par les genres masculin et féminin, ou le sème /chose [abstraite ou concrète]/, véhiculé par le genre neutre.

  • au masculin singulier, le terme désigne un homme (« celui qui… »)
    • ὁ καλὸς κἀγαθός [ho kaloskagathos] « l’honnête homme »
    • ὁ φιλόσοφος [ho philosophos] « le philosophe »7
    • ὁ ὑποχονδριακός [ho hupokhondriakos] « malade souffrant aux hypocondres (τὰ ὑποχόνδρια [ta hupokhondria]) »8
    • ὁ μελαγχολικός [ho melankholikos] « malade souffrant de mélancolie (ἡ μελαγχολία [hēmelankholia]) »
    • ὁ μουσικός [ho mousikos] « l’homme apte à pratiquer l’art des Muses » (cf. αἱ Μοῦσαι)9
  • au masculin pluriel, le terme désigne un ensemble de personnes (« les gens qui… »)
    • οἱ καλοὶ κἀγαθοί [hoi kaloi kagathoi] « les honnêtes gens »
  • au féminin singulier, le terme désigne une femme (« celle qui… »)
    • ἡ ὑστερική [hē husterikē] « malade souffrant à la matrice (ἡ ὑστέρα [hē hustera]) »
  • au neutre singulier, le terme désigne une idée, un concept (« l’idée de… », « le concept de… »)
    • τὸ θεῖον [to theion] « le divin »
    • τὸ εἶναι [to einai] « l’être »
    • τὸ ὄν [to on] « l’étant »
  • au neutre pluriel, le terme désigne un ensemble de choses concrètes
    • τὰ κοινά [ta koina] « les biens communs »
    • τὰ παραθαλάττια [ta parathalattia] « les animaux du bord de mer »10
    • τὰ παραθαλάττια [ta parathalattia] « le littoral »
2) soit du sens d’un substantif dont la disparition par ellipse a donné lieu à la substantivation de l’adjectif qui le qualifiait, la forme substantivée reprenant à la fois le genre et les sèmes du substantif disparu par ellipse

Rem. Dans ce cas de figure, le substantif disparu par ellipse reste fréquemment associé aux formes substantivées de façon plus ou moins lâche : à l’époque classique, où les noms d’ « art, science » en ‑ική [-ikē] sont déjà bien répandus, il n’est pas rare de trouver encore un adjectif en ‑ική épithète de τέχνη [tekhnē], ou bien une association explicite de τέχνη à l’adjectif substantivé en ‑ική. Il en est ainsi, par exemple, dans le Gorgias de Platon, à quelques dizaines de lignes d’intervalle (450 c : ἡ ῥητορικὴ τέχνη [hē rhētorikē tekhnē] « l’art rhétorique », puis 453 d : « Allons, parle au sujet de la rhétorique [περὶ τῆς ῥητορικῆς, peri tēs rhētorikēs]. Est‑ce que seule la rhétorique [ἡ ῥητορικὴ μόνη, hē rhētorikē monē] te semble produire la persuasion, ou les autres arts aussi [καὶ ἄλλαι τέχναι, kai allai tekhnai] la produisent-ils ? »).

  • ὁ λόγος, ου [ho logos] « discours »
    • ὁ ἐπιτάφιος, ου [ho epitaphios] « (le discours) prononcé sur le tombeau, l’oraison funèbre »11
  • ἡ ναῦς, νεώς [hē naus] « le navire »
    • ἡ τριήρης, ους [hē triērēs] « (le navire) à trois rangs de rames, la trière »
  • ἡ χώρα, ας / ἡ γῆ, ῆς « la terre, le territoire »
    • ἡ παραθαλαττία, ας « (la terre) située le long de la mer, le littoral »
  • ἡ τέχνη, ης [hē tekhnē] « l’art, la science », en association avec un adjectif féminin en ‑ική [‑ikē] « relatif à »12
    • ἡ λογική, ῆς [hē logikē] « (la science) du raisonnement, la logique » (cf. ὁ λόγος [ho logos])
    • ἡ μουσική, ῆς [hē mousikē] « (l’art) des Muses, la musique » (cf. αἱ Μοῦσαι [hai Mousai])
    • ἡ ποιητική, ῆς [hē poiētikē] « (la faculté) poétique, (le talent) poétique, (l’art) poétique » (cf. ποιητής [poiētēs], ποίησις [poiēsis], ποίημα [poiēma]13)
    • ἡ πολιτική, ῆς [hē politikē] « (la science) relative à la cité, la politique » (cf. ἡ πόλις [hē polis])
    • ἡ ῥητορική, ῆς [hē rhētorikē] « (l’art) de l’orateur, la rhétorique » (cf. ὁ ῥήτωρ [ho rhētōr])14
  • ἡ νόσος, ου [hē nosos] « la maladie », en association avec un adjectif féminin en ‑ῖτις [‑itis] « relatif à »15
    • ἡ ἀρθρῖτις, ιδος [hē arthritis] « (la maladie) des articulations » (cf. τὸ ἄρθρον, ου [to arthron] « articulation »)
  • ὁ/ἡ λίθος, ου [ho/hē lithos] « la pierre », en association avec un adjectif masculin en ‑ίτης [‑itēs] ou féminin en ‑ῖτις [‑itis] « relatif à », les deux formes étant parfois attestées pour la même pierre ou pour des pierres différentes16
    • ὁ αἱματίτης, ου [ho haimatitēs] / ἡ αἱματῖτις, ιδος [hē haimatitis] « hématite » (cf. τὸ αἷμα, ατος [to haima] « sang »)

→ Parmi les noms de malades en ‑ique ou en ‑iaque, certains continuent des termes anciens (arthritique, hépatique, mélancolique, hypocondriaque), souvent au prix d’un profond changement de sens reflétant l’évolution de la science médicale17, tandis que d’autres ont été formés directement dans une langue moderne (névrotique).

→ Il en est de même pour les noms de maladies en ‑ite (arthrite uersus phlébite, wagnerite).

→ Il en est également de même pour les noms de roches et de minéraux en ‑ite, qui continuent à la fois des noms grecs en ‑ίτης [‑itēs] et en ‑ῖτις [‑itis] : si le suffixe français ‑ite de noms de roches et de minéraux est donné comme féminin (dans des termes empruntés au grec, comme hématite, pyrite, stéatite, ou créés dans une langue moderne, comme stalactite, stalagmite, ou encore bauxite, qui tient son nom du lieu de sa découverte, les Baux-de-Provence)18, on trouve toutefois aussi des masculins, aussi bien empruntés au grec (anthracite) que créés dans une langue moderne (graphite) ; il n’est enfin pas rare d’observer des flottements de genre pour le même terme (ainsi anthracite, cf. ἀνθρακίτης [anthrakitēs] et ἀνθρακῖτις [anthrakitis], tous deux attestés chez Pline l’Ancien, ou encore lignite, donné comme féminin par l’Encyclopédie, qui attribue l’invention du terme à un savant italien, mais donné comme masculin par différentes éditions du Dictionnaire de l’Académie et par le Trésor de la langue française informatisé.

Pour en savoir plus

Voir la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « La dérivation implicite en grec ancien », dans Etymologika, 10/03/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1909, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Sur le rôle de ce manuscrit (désigné par le sigle F) dans la transmission du texte de la Rhétorique à Alexandre attribuée à Aristote (fol. 110r-156v), voir P. Chiron, « La tradition manuscrite de la Rhétorique à Alexandre : prolégomènes à une nouvelle édition critique », Revue d’histoire des textes, 30, 2000, p. 26. []
  2. Un autre bel exemple du même titre est fourni par le Parisinus gr. 1869 (XIVe s.). []
  3. Selon l’analyse devenue classique de J. Kuryłowicz, d’abord publiée en 1936 dans un article intitulé « Dérivation lexicale et dérivation syntaxique », puis reprise en 1973 dans le recueil des Esquisses linguistiques avec une note de l’auteur proposant de remplacer lexical par sémantique : voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  4. Il existe aussi la dérivation inverse, qui opère par soustraction de suffixe : appel est ainsi issu d’appeler. []
  5. Au masculin singulier ὁ [ho], masculin pluriel οἱ [hoi], féminin singulier ἡ [], féminin pluriel αἱ [hai], neutre singulier τό [to], neutre pluriel τά [ta]. []
  6. Suivant l’analyse de C. Arias Abellán (« Les dérivés latins en ‑ārius », dans Ch. Kircher-Durand [dir.], Grammaire fondamentale du latin. Tome IX. Création lexicale : la formation des noms par dérivation suffixale, Louvain / Paris, 2002, p. 161‑184, ici p. 169 n. 29), qui distingue deux façons, pour un adjectif substantivé, d’acquérir la « référence substantive » qui le distingue de l’adjectif d’origine. []
  7. Voir « Formation des mots composés en grec ancien ». []
  8. Avant de devenir un suffixe autonome, ‑ιακό‑ est à l’origine une finale qui se rencontre dans les dérivés de thèmes terminés par ‑ι‑, la substitution de ‑ακό- à ‑ικό- permettant d’éviter la séquence *‑ι‑ικό‑ qu’aurait entraînée l’adjonction du suffixe ‑ικό‑ « relatif à » (voir infra, n. 7). Sur la fortune de cette finale devenue suffixe en latin puis dans les langues modernes, voir N. Rousseau, « D’ammoniaque à insomniaque : histoire du suffixe ‑ιακό- des textes médicaux grecs au français moderne », dans I. Boehm & N. Rousseau (dir.), L’expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommages à Françoise Skoda, Paris, PUPS, 2014, p. 381-402. []
  9. Sur la valeur « d’aptitude » que connaît parfois le suffixe ‑ικό-, voir P. Chantraine, « Le suffixe grec ‑ικός », dans id., Études sur le vocabulaire grec, Paris, 1956, p. 97‑171 (ici p. 152) : « Le spécialiste qui appartient à une catégorie déterminée se trouve du même coup apte à une activité déterminée. Le même adjectif peut connoter à la fois l’appartenance à une catégorie, la caractérisation et l’aptitude. Un adjectif comme μουσικός signifie à la fois : A, qui appartient aux Muses dans une expression comme ἀγὼν μουσικός par opposition à ἀγὼν γυμνικός (cf. Lois 658 a) ; B, qui caractérise l’art des Muses dans l’expression fréquente μουσική, ou dans l’adverbe μουσικῶς, cf. Rép. 403 a μουσικῶς ἐρᾶν “ aimer de façon typiquement conforme à l’inspiration des Muses ” ; C, en parlant d’un homme, “ apte à pratiquer l’art des Muses ”, cf. Rép. 349 e τὸν μὲν μουσικὸν [δήπου] φρόνιμον, τὸν δὲ ἄμουσον ἄφρονα. » De même, καυστικός signifie « brûlé [par la fièvre] », mais aussi « que l’on peut brûler, combustible », « qui a la propriété de brûler, caustique ». C’est cette valeur de possibilité qui explique que Boèce ait parfois traduit le terme aristotélicien ἐπιστημονικός [epistēmonikos], dérivé en ‑ικό- de ἐπιστήμη [epistēmē] « science », par scientificus « qui fait savoir, qui produit la science » et non pas par scientialis « relatif à la science, qui porte sur la science » : voir É. Benveniste, « Genèse du terme “ scientifique ” », dans id., Problèmes de linguistique générale, II, Paris, 1974, p. 247‑253. []
  10. Le nom de la « mer » est θάλασσα [thalassa] en dialecte ionien, mais θάλαττα [thalatta] en dialecte attique : voir « Principaux traits de la prose ionienne ». []
  11. Voir « Formation des mots composés en grec ancien ». []
  12. Sur les différentes valeurs du suffixe ‑ικό‑, voir supra, n. 7. []
  13. Voir « Formation des noms d’agent en grec ancien » et « Formation des noms d’action en grec ancien ». []
  14. Sur le caractère ancien du suffixe ‑´τωρ, -τορος [-tōr, -toros] de ce nom d’agent signifiant « celui qui parle », voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  15. Avec une valeur classifiante, catégorisante (voir « Formation des noms d’agent en grec ancien ») qui permet de « distinguer les espèces d’un même genre, les variétés d’une même classe » (G. Redard, Les noms grecs en ‑της, ‑τις et principalement en ‑ίτης, ‑ῖτις. Étude philologique et linguistique, Paris, 1949, p. 229). []
  16. Même remarque que n. précéd. Sur le genre des noms de pierre, voir G. Redard, op. cit., p. 50 : « dès Homère, λίθος [lithos] est masculin ou féminin, sans autre règle qu’une préférence accordée au second quand il s’agit d’une pierre précieuse » ; πέτρα [petra], qui a été emprunté par le latin petra, est aussi féminin. []
  17. Sur l’évolution qui a conduit à entendre par hypocondrie une névrose consistant en une préoccupation excessive d’un individu pour sa santé, alors que les Anciens voyaient dans le « mal des hypocondres » (ὑποχονδριακὸν πάθημα [hupokhondriakon pathēma], πάθος [pathos] ou νόσημα [nosēma]) un type de « mélancolie » (μελαγχολία [melankholia], maladie due à la « bile noire », μέλαινα χολή [melainakholē]) caractérisé par l’atteinte de la région anatomique des « hypocondres », ὑποχόνδρια [hupokhondria] (région de l’abdomen tenant sa dénomination de sa localisation « sous les cartilages », ὑπὸ χόνδροις [hupo khondrois]), voir F. Skoda, « Du mal des hypocondres dans les textes médicaux grecs à l’hypocondrie des modernes », dans V. Boudon‑Millot, A. Garzya, J. Jouanna et A. Roselli (dir.), Ecdotica e ricezione dei testi medici greci. Atti del V Convegno Internazionale. Napoli, 1-2 ottobre 2004, Napoli, M. D’Auria, p. 505‑515. []
  18. Voir Trésor de la langue française informatisé, Paris, 2004, s.u. ; J. Dubois & F. Dubois-Charlier, La dérivation suffixale en français, Paris, 1999, p. 269. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/08/2021

    […] la dérivation implicite, qui a lieu sans adjonction de suffixe, voir « La dérivation implicite en grec ancien ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search