Formation des mots composés du grec ancien

Adolphe Regnier, Traité de la formation des mots dans la langue grecque, avec des notions comparatives sur la dérivation et la composition en sanscrit, en latin et dans les idiomes germaniques, Paris : Hachette, 1855, p. 439 § 277.
Photo N. Rousseau. Voir p. ex. archive.org.

Un mot composé grec est formé de deux radicaux (p. ex. φιλό‑λογ‑ο‑ς [philo‑log‑o‑s], où s’ajoute seulement la voyelle thématique e/o facilitant la flexion, ici o, + la désinence ‑s), auxquels s’adjoint éventuellement un suffixe (p. ex. εὐ‑εργέ‑τη‑ς [eu‑erge‑tē‑s], pourvu d’un suffixe de noms d’agent1).

  • Rem.  Le composé se distingue ainsi du mot simple, formé à partir d’un seul radical, sans suffixe (p. ex. λόγ‑ο‑ς [log‑o‑s]), et du mot dérivé, formé à partir d’un seul radical et d’un ou de plusieurs suffixes2.
  • ‼ Attention ‼ cependant : une fois constitué, un composé a pu servir de base de dérivation. La connaissance des principes de formation des composés grecs permet ainsi de faire le départ entre composés et dérivés de composés, et de conclure, par exemple, que φιλοσοφ-ία [philosoph‑ia] et φιλοσοφ-έω‑ῶ [philosoph-eō] sont nécessairement des dérivés de φιλό-σοφ-ο-ς [philo‑soph‑o‑s], et que l’analyse **φιλο-σοφία « amour de la sagesse » régulièrement évoquée dans les explications modernes de philosophie (ainsi dans la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française s.u.) est donc absolument impossible3.

Pour comprendre le sens d’un mot composé, il est nécessaire de dégager sa « micro‑syntaxe »4, c’est‑à‑dire la relation syntaxique qui s’observe entre ses deux éléments (parfois coordination, le plus souvent détermination ou rection), à laquelle s’ajoute une éventuelle adjectivation.

En effet, un même terme peut, avec la même structure formelle, connaître plusieurs sens selon le type de composé dont il relève :

  • καλλίπαις [kallipais], qui est extérieurement pourvu d’une structure [adjectif « beau » + substantif « enfant »], signifie « bel enfant » lorsqu’il est employé comme substantif, en tant que composé déterminatif (chez Euripide, Oreste, 964), mais « caractérisé par de beaux enfants » lorsqu’il est employé comme adjectif, en tant que composé possessif (chez Eschyle, Agamemnon, 762)5 ;
  • l’adjectif ἐπήρετμοι [epēretmoi] (masc. pl.), extérieurement pourvu d’une structure [préposition « sur » + substantif « rame »], apparaît dans l’Odyssée comme épithète des navires « qui ont des rames sur eux, pourvus de rames », en tant que composé possessif, mais aussi, par jeu poétique, comme épithète des compagnons de Télémaque déjà « installés aux rames », en tant que dérivé de syntagme (ou « composé hypostatique »)6.

La classification des composés nominaux présentée ci‑après, que l’on trouve en particulier dans la Wortbildung der homerischen Sprache de E. Risch7, est le résultat d’une adaptation progressive aux spécificités de la langue grecque des catégories de composés définies par la grammaire sanskrite, que la grammaire comparée a reprises dès ses débuts8.

Composés copulatifs

Dans ce type de composé, très rare en grec, les deux éléments sont associés par une coordination.

  • ὁ λεόπαρδος, ου [leopardos] « panthère-lion, léopard » (ὁ λέων, οντος [leōn] « lion » et ὁ πάρδος, ου [pardos] « panthère »)
  • ὀξύμωρος, ος, ον [oxumōros] « à la fois fin et niais, fin sous une apparence de niaiserie » (ὀξύς [oxus] « aigu, pénétrant », μῶρος [mōros] « niais »)

Composés déterminatifs

Le second élément est déterminé par le premier, qui lui apporte une spécification ou une précision ; le composé dans son ensemble est souvent un hyponyme du second élément (p. ex. ἀκρόπολις [akropolis] désigne une sorte de πόλις [polis]).

● Lorsque le second élément est un substantif, le composé dans son ensemble est un substantif.

  • οἱ Διόσκουροι, ων [Dioskouroi] « garçons de Zeus, Dioscures » (ion. ὁ κοῦρος, ου [kouros] « jeune garçon » + Διός [Dios], génitif du nom de Ζεύς [Zdeus])
  • ἡ ἀκρόπολις, εως [akropolis] « ville haute, citadelle » (ἡ πόλις, εως [polis] « ville, cité » + ἄκρος, α, ον [akros] « extrême, le plus haut »)
  • ἡ μητρόπολις, εως [mētropolis] « ville-mère, métropole » (ἡ πόλις, εως [polis] « ville, cité » + ἡ μήτηρ, μητρός [mētēr] « mère »)

Rem. 1 : un certain nombre de composés compris par la suite comme déterminatifs sont sans doute à l’origine des composés à rection verbale (voir infra) dont le second élément est un nom d’agent : ainsi ψευδάγγελος « qui annonce (ἀγγέλλω) / messager (ἄγγελος) de fausses nouvelles (ψεύδη) » ; ὁ οἰκοφύλαξ, ακος « qui protège (φυλάττω) / gardien (φύλαξ) de la maison (οἶκος) »9.

Rem. 2 : ὁ ἱπποπόταμος, ου [hippopotamos] « cheval du fleuve », formé à partir de ὁ ἵππος, ου [hippos] « cheval » + ὁ πόταμος, ου [potamos] « fleuve », est atypique, puisque le composé dans son ensemble est un hyponyme du premier élément.

→ cf. fr. mégapole, hypermarché, hyperfréquence

● Lorsque le second élément est un adjectif, le composé dans son ensemble est un adjectif.

  • ἀδύνατος, ος, ον [adunatos] « impuissant, impossible » (δυνατός, ή, όν [dunatos] « capable, possible »10 + particule privative ἀ‑/ἀν‑ [a‑/an‑] « pas »)
  • ἄπιστος, ος, ον « infidèle, perfide » (πιστός, ή, όν [pistos] « digne de foi, loyal, fidèle » + particule privative ἀ‑/ἀν‑ [a‑/an‑] « pas »)
  • περιπόνηρος, ος, ον [periponēros] « très méchant » (πονηρός, ά, όν [ponēros] « mauvais, méchant » + adverbe πέρι [peri] « complètement, par-dessus tout, surtout »)
  • ὑπέραισχρος, ος, ον [huperaiskhros] « extrêmement honteux » (αἰσχρός, ά, όν [aiskhros] « honteux » + adverbe ὕπερ [huper] « de façon supérieure, excessivement »)

→ cf. fr. amoral, asocial, hypersensible, hypocalorique

Composés à rection verbale

Dans ce type de composé (très fréquent), l’association d’un radical verbal et d’un radical nominal (ou adverbial) fonctionnant comme son complément devient un adjectif qui exprime une propriété (« porteur de », « coupeur de », « né de… »)11. L’élément verbal peut se trouver en première ou en seconde position, mais rares sont ceux qui figurent aux deux places :

Sont ainsi formés, à partir de φέρω [pherō] « porter » et de ὁ οἶκος, ου [oikos] « maison », deux adjectifs de même sens, « qui porte sa maison, nomade », attestés à différentes époques : φερέοικος, ος, ον [phereoikos] (Hérodote) et οἰκοφόρος, ος, ον [oikophoros] (hell.)12 ; ὁ φερέοικος, ου [ho phereoikos] est aussi, chez Hésiode, le nom de l’ « escargot », « [animal] qui porte sa maison ».

● L’élément verbal est en seconde position : composé à rection verbale à second élément régissant

Lorsque le radical verbal est une racine à voyelle alternante, le second élément a la forme d’un nom d’agent avec racine au degré o et ton (accent) sur la voyelle thématique (CoCó-)13.

Remarques d’accentuation relatives aux CoCó-

  • Du fait de la « loi de Wheeler », l’accent des CoCó- ne reste à cette place en composition que si la syllabe pénultième est lourde (‑πομπός [‑pompos]), tandis que, si celle-ci est légère, il s’y déplace (‑λόγος [‑logos], ‑νόμος [‑nomos], ‑τόμος [‑tomos], ‑τρόφος [‑trophos], ‑φόρος [‑phoros]).
  • Si le second élément a un sens passif (voir infra), l’accent remonte le plus haut possible (ὀρεσίτροφος [oresitrophos] « nourri dans les montagnes » uersus κουροτρόφος [kourotrophos] « qui nourrit les jeunes garçons »).
  • Si le premier élément est une particule ou un adverbe, l’accent remonte le plus haut possible, de sorte que la distinction entre sens actif et passif (voir infra) y est neutralisée (cf. ἄτροφος [atrophos] « qui ne nourrit pas / qui n’est pas nourri »).

Le plus souvent, le premier élément fonctionne comme complément d’objet direct du premier, mais la relation syntaxique que l’on peut reconstruire entre les deux éléments peut être de nature variée :
cf. μόναρχος [monarkhos], διογενής [diogenēs], τραπεζοειδής [trapezdoeidēs], αὐτοδίδακτος [autodidaktos] infra.

L’élément verbal peut avoir un sens actif, mais aussi passif (cf. ἄτροφος [atrophos] supra) ou encore intransitif (διογενής [diogenēs] « né de Zeus », formé sur le radical γεν- [gen-] du verbe γίγνομαι [gignomai] « naître, devenir »)14 ; il est possible que le sens intransitif ou passif soit issu de la réinterprétation de composés possessifs où le second élément substantif était formellement proche d’un radical verbal : ainsi διογενής [diogenēs] « qui tient sa naissance, son origine (γένος [genos]) de Zeus », ou ὀρεσίτροφος [oresitrophos] « qui a sa nourriture dans les montagnes ».

Certains composés sont pourvus d’un suffixe qui exprime spécifiquement leur sens actif (suffixe ‑της, ‑του [‑tēs, ‑tou] de nom d’agent15) ou passif (suffixe ‑τό- [‑to-] d’adjectif verbal16).

  • ὁ εὐεργέτης, ου [euergetēs] « bienfaiteur, évergète » (verbe signifiant « agir », cf. τὸ ἔργον, ου [ergon] « acte » + adverbe εὖ [eu] « bien »)
  • ὁ κυνηγέτης, ου [kunēgetēs] « qui mène les chiens, chasseur » (ἄγω [agō] « conduire » + ὁ κύων, κυνός [kuōn, kunos] « chien »)
  • ἄμβροτος, ος, ον < ἄμροτος < *n̥-mr̥-to- [ambrotos] « qui ne meurt pas / qui ne peut pas mourir, immortel » (cf. ἀμβροσία [ambrosia] « ambroisie », nourriture des dieux)

Les radicaux verbaux sur lesquels sont formés les composés à rection verbale à second élément régissant sont très nombreux. On trouve, par exemple :

  • ‑αρχος [‑arkhos] (à partir de ἄρχω [arkhō] « commander »)
    • ὁ τριήραρχος, ου [triērarkhos] « qui commande une trière (ἡ τριήρης, ους), triérarque »
    • ὁ μόναρχος, ου [monarkhos] « celui qui commande seul (μόνος, η, ον [monos]), chef souverain »
    • → (±) énarque
  • ‑αγωγός [‑agōgos] (à partir de ἄγω [agō] « conduire »)
    • ὁ δημαγωγός, οῦ [dēmagōgos] « celui qui conduit / gouverne le peuple (ὁ δῆμος, ου [dēmos]) » ; « chef du parti populaire »
    • ὁ παιδαγωγός, οῦ [paidagōgos] « celui qui conduit les enfants (ὁ παῖς, παιδός [pais, gén. paidos]) » ; puis « précepteur »
  • ‑ηγός [‑ēgos] (à partir de ἄγω [agō] ou de ἡγέομαι‑οῦμαι [hēgeomai] « conduire »)
    • ὁ στρατηγός, οῦ [stratēgos] « celui qui conduit l’armée (ἡ στρατιά, ᾶς [stratia] ou ὁ στρατός, οῦ [stratos]), général, stratège »
  • ‑γράφος [‑graphos] (à partir de γράφω [graphō] « écrire »)
    • ὁ λογογράφος, ου [logographos] « celui qui écrit des ouvrages en prose (ὁ λόγος, ου [logos]), prosateur », d’où « historien » ; « celui qui écrit des discours, logographe »
    • biographe, muséographe, cinématographe, télégraphe, oscillographe
  • *‑(ϝ)έργος (à partir d’un verbe signifiant « agir », de la famille de τὸ ἔργον, ου « acte »)
    • ὁ κακοῦργος, ου [kakourgos] « qui fait le mal (τὰ κακά [kaka]), malfaiteur » (< *κακοϝέργος)
  • ‑λόγος [‑logos] (à partir de λέγω [legō] « dire »)
    • θεολόγος, ος, ον [theologos] « qui traite de la divinité (ὁ θεός, οῦ [theos]) » ; d’où θεολογέω‑ῶ [theologeō] « disserter sur la divinité », θεολογία [theologia] « recherche sur la divinité »
    • ἀρχαιολογέω‑ῶ [arkhaiologeō] « s’occuper de l’antiquité (ἀρχαῖος, α, ον [arkhaios] « ancien ») », ἀρχαιολογία [arkhaiologia] « histoire de l’antiquité »
    • archéologue, ethnologue, muséologue
  • ‑λόγος [‑logos] (à partir de λέγω [legō] « rassembler, cueillir, choisir »)
    • ἀνθολόγος, ος, ον [anthologos] « qui recueille la fleur de (τὸ ἄνθος, ους [anthos]) » ; d’où ἀνθολογία [anthologia] « recueil de pièces de vers choisies, anthologie »
    • → cf. calque latin florilegium
  • ‑νόμος [‑nomos] (à partir de νέμω [nemō] « attribuer, répartir selon l’usage » d’où « régir, administrer »)
    • οἰκονόμος, ος, ον [oikonomos] « qui administre sa maison (ὁ οἶκος, ου [oikos]) » ; d’où οἰκονομέω‑ῶ [oikonomeō] « administrer les affaires d’une maison », οἰκονομία [oikonomia] « administration des affaires d’une maison »
  • ‑τόμος [‑tomos] (à partir de τέμνω [temnō] « couper »)
    • ὁ δρυτόμος, ου [drutomos] « coupeur de bois, bûcheron » (ἡ δρῦς, υός [drus] « chêne »)
    • ἄτομος, ος, ον [atomos] « non coupé, qui ne peut être coupé, indivisible »
  • ‑τρόφος [‑trophos] (à partir de τρέφω [trephō] « nourrir »)
    • κουροτρόφος, ος, ον [kourotrophos] « qui nourrit les jeunes garçons (ion. ὁ κοῦρος, ου [kouros]) »
    • ὀρεσίτροφος, ος, ον [oresitrophos] « nourri dans les montagnes (τὸ ὄρος, ους [oros]) »
    • ἄτροφος, ος, ον [atrophos] « qui n’est pas nourri / qui ne nourrit pas »
  • ‑φόνος (à partir d’un verbe signifiant « tuer »)
    • ἀνδροφόνος, ος, ον [androphonos] « qui tue des hommes (ὁ ἀνήρ, ἀνδρός [anēr, andros]), homicide »
  • ‑φόρος [‑phoros] (à partir de φέρω [pherō] « porter »)
    • ὁ μισθοφόρος, ου [misthophoros] « (soldat) qui reçoit une solde (ὁ μισθός, οῦ [misthos]), mercenaire » puis « soldat (en général) »
    • φωτοφόρος, ος, ον [phōtophoros] « qui porte la lumière (τὸ φῶς, φωτός [phōs, phōtos]), photophore »
    • ὁ δορυφόρος, ου [doruphoros] « celui qui porte une lance (τὸ δόρυ, δόρατος [doru, doratos]), garde du corps »
    • sémaphore

On note en particulier, avec un premier élément fonctionnant comme complément circonstanciel :

  • ‑γενής [‑genēs] (à partir de γεν- [gen-], radical du verbe γίγνομαι [gignomai] « naître, devenir ») [mais voir supra le lien possible avec γένος]
    • διογενής, ής, ές [diogenēs] « né de Zeus (cf. Διός [Dios], génitif du nom de Ζεύς [Zdeus]) »
    • οἰκογενής, ής, ές [oikogenēs] « né à la maison (ὁ οἶκος, ου [oikos]) »
    • exogène uersus anxiogène17
  • ‑ειδής [‑eidēs] (à partir de εἴδομαι [eidomai] « paraître, être semblable », dérivé de τὸ εἶδος, ους [eidos] « forme, aspect »)
    • τραπεζοειδής, ής, ές [trapezdoeidēs] « en forme de table (ἡ τράπεζα, ης [trapezda]), trapézoïde »
    • ᾠοειδής, ής, ές [ōioeidēs] « en forme d’œuf (τὸ ᾠόν, οῦ [ōion]), ovoïde »
    • androïde, bizarroïde

Également remarquable est le premier élément αὐτο- qui s’adjoint à un grand nombre de radicaux verbaux :

  • αὐτο- [auto-] (à partir de αὐτός, ή, όν [autos] « moi‑même, toi‑même, lui‑même, soi‑même »)
    • αὐτοδίδακτος [autodidaktos] « enseigné par soi‑même » (διδακτός, ή, όν [didaktos] « enseigné, appris »)
    • αὐτάρκης [autarkēs] « qui se suffit à soi‑même » (ἀρκεῖ [arkei] « il suffit »)
    • αὐτόγραφος [autographos] « qui écrit de soi‑même (de sa propre main) » (γράφω [graphō] « écrire »)
    • αὐτόνομος [autonomos] « qui reçoit sa loi de soi‑même, qui se régit par ses propres lois » (νέμω [nemō] « régir, administrer »)
    • αὐτόματος [automatos] « qui se meut, agit de soi-même » (sur le radical au degré zéro μα- que l’on retrouve au degré ο dans le parfait μέμονα « désirer, vouloir »)18
    • automobile, autoguidage

● L’élément verbal est en première position : composé à rection verbale à premier élément régissant

  • φιλ(ό)- [phil(o)-] (à partir de φιλέω‑ῶ [phileō] « aimer »)
    • φιλάνθρωπος, ος, ον [philanthrōpos] « qui aime les hommes, les êtres humains (ὁ ἄνθρωπος, ου [anthrōpos]) »
    • φιλέλλην, ηνος [philhellēn] « qui aime les Grecs (ὁ Ἕλλην, ηνος [Hellēn]) »
    • φιλογύνης, ου [philogunēs] « qui aime les femmes (ἡ γυνή, γυναικός [gunēgunaikos]) »
    • φιλόλογος, ος, ον [philologos] « qui aime parler (ὁ λόγος, ου [logos]), bavard » ; puis « qui aime la discussion philosophique, la dialectique » ; puis « qui aime les lettres », « lettré », « savant » ; « qui aime étudier les textes, la langue »
    • φιλόσοφος, ος, ον [philosophos] « qui aime la sagesse (ἡ σοφία, ας [sophia]), philosophe », sur lequel sont formés les dérivés φιλοσοφέω‑ῶ [philosopheō] « être philosophe, pratiquer la philosophie » et φιλοσοφία [philosophia] « activité du philosophe, philosophie »19
  • μισ(ό)- [mis(o)-] (à partir de μισέω‑ῶ « haïr » [miseō])
    • μισάνθρωπος, ος, ον [misanthrōpos] « qui hait les hommes, les êtres humains (ὁ ἄνθρωπος, ου [anthrōpos]) »
    • μισέλλην, ηνος [mishellēn] « qui hait les Grecs (ὁ Ἕλλην, ηνος [Hellēn]) »
    • μισογύνης, ου [misogunēs] « qui hait les femmes (ἡ γυνή, γυναικός [gunēgunaikos]) »
    • μισόλογος, ος, ον [sic, pace Bailly] [misologos] « qui hait les discours (ὁ λόγος, ου [logos]) »

‼ Attention ‼ L’existence parallèle de composés à rection verbale à second élément régissant en ‑λόγος (dont l’accentuation résulte du déplacement de l’accent, en vertu de la « loi de Wheeler », d’un second élément nom d’agent CoCó- : voir supra) a pu entraîner une confusion avec les composés à rection verbale à premier élément régissant comportant pour second élément le nom d’action λόγος20. On trouve ainsi des flottements dans l’accentuation de φιλόλογος, parfois paroxyton (c’est-à-dire accentué sur la syllabe pénultième) à tort dans les manuscrits (voir LSJ s.u.), tandis que μισόλογος est fautivement paroxyton dans le Bailly. Mais ces termes sont nécessairement proparoxytons (c’est-à-dire accentués sur la syllabe antépénultième)21.

Composés possessifs

Les composés dits « possessifs »22 sont non seulement anciens et très bien représentés en grec, mais aussi emblématiques de la poésie grecque, à commencer par la poésie homérique : ils fournissent une grande part des célèbres « épithètes homériques », ainsi ῥοδοδάκτυλος, ος, ον [rhododaktulos] « aux doigts (ὁ δάκτυλος, ου [daktulos]) de rose (τὸ ῥόδον, ου [rhodon]) », épithète de l’aurore. Ils tiennent leur nom traditionnel d’une observation empirique : il est possible de les gloser par « qui a le second élément déterminé par le premier », par exemple « qui a des doigts de rose ». Cette particularité est en réalité due à leur nature d’adjectifs, qui fait qu’ils expriment une caractérisation : on peut ainsi tout aussi bien (et il est bien préférable de) gloser « caractérisé par le second élément déterminé par le premier », par exemple « caractérisé par des doigts de rose »23.

Remarque importante : ces composés ont un point commun avec les composés déterminatifs (le second élément est déterminé par le premier) mais sont de nature tout à fait différente : alors qu’ils ont un second élément substantif, ce sont toutefois des adjectifs signifiant « caractérisé par ». En français, par exemple, rouge‑gorge et Barbe‑Bleue sont des composés possessifs substantivés : le rouge-gorge est « (l’oiseau) qui a la gorge rouge ». Si on considère l’adjectif rouge‑gorge signifiant « qui a la gorge rouge », on voit que cet adjectif ne désigne pas une sorte de gorge, de même que ῥοδοδάκτυλος, qui a pour second élément le nom du « doigt », δάκτυλος, ne désigne pas une sorte de δάκτυλος, contrairement au composé déterminatif ἀκρόπολις (voir supra), qui désigne bien une sorte de πόλις.

Parmi les composés possessifs attestés en prose, on relève en particulier :

  • ἀ-/ἀν- [a-/an-] « pas » / πολυ- [polu-] « beaucoup » (à partir de πολύς, πολλή, πολύ [polus, pollē, polu])
    • ἀθάνατος [athanatos] « qui n’a pas de mort (ὁ θάνατος, ου [thanatos]), immortel »
    • ἀνώνυμος, ος, ον [anōnumos] « qui n’a pas de nom (τὸ ὄνομα, ατος [onoma]) »
    • ἄνανδρος, ος, ον [anandros] « lâche, indigne d’un homme / sans époux (ὁ ἀνήρ, ἀνδρός) [anēr, andros] »
    • ἄπαις, ἄπαιδος [apais, apaidos] « sans enfants (ὁ/ἡ παῖς, παιδός) [pais, paidos] »
    • ἄθεος, ος, ον [atheos] « sans dieu (ὁ θεός, οῦ [theos]), impie »
    • ion. πολύγλωσσος, ος, ον [poluglōssos] « qui a beaucoup de voix (ion. ἡ γλῶσσα, ης [glōssa]) » ou « qui parle beaucoup de langues, polyglotte »24
    • πολύγαμος, ος, ον [polugamos] « qui a plusieurs mariages (ὁ γάμος, ου [gamos]), polygame »
    • acardiaque, acotylédone, agrammatisme, polycentrique, polytechnique
  • εὐ- « bon » / δυσ- « mauvais »
    • εὐγενής, ής, ές [eugenēs] / δυσγενής, ής, ές [dusgenēs] « de bonne naissance (τὸ γένος, ους [genos]), noble, généreux » / « de basse naissance »
    • εὐτυχής, ής, ές [eutukhēs] / δυστυχής, ής, ές [dustukhēs] « qui a une bonne / mauvaise fortune (ἡ τύχη, ης [tukhē]) »
    • εὐδαίμων, ων, ον [eudaimōn] / δυσδαίμων, ων, ον [dusdaimōn] « qui a un sort heureux / malheureux » (cf. ὁ δαίμων, ονος « divinité [daimōn] »)
    • εὐεἰδής, ής, ές [eueidēs] « d’agréable aspect (τὸ εἶδος, ους) [eidos] »
    • eutrophique, eugénisme
  • ὁμο- « même »
    • ὁμογενής, ής, ές [homogenēs] « de même naissance (τὸ γένος, ους [genos]) »
    • ὁμώνυμος [homōnumos] « qui emploie la même dénomination (τὸ ὄνομα, ατος [onoma]) »
    • homocentrique, homofocal

« Composés à rection prépositionnelle » ou « composés hypostatiques »

Ces formes qui entrent dans la catégorie des composés reposent au départ sur la dérivation de syntagmes prépositionnels : ce sont fondamentalement des adjectifs, qui ont pu être substantivés25.

  • ἀνάλογος, ος, ον [analogos] « qui [advient] selon (ἀνά [ana]) une raison (ὁ λόγος, ου [logos]), proportionnellement », « analogue »
  • ἐπιχθόνιος, ος, ον [epikhthonios] « qui [est] sur (ἐπί [epi]) la terre (ἡ χθών, χθονός [khthon]) »
  • παράδοξος, ος, ον [paradoxos] « contraire (παρά [para]) à l’opinion commune (ἡ δόξα, ης [doxa]), paradoxal »
  • ὁ ἐγκέφαλος, ου [enkephalos] « ce qui est dans (ἐν [en]) la tête (ἡ κεφαλή, ῆς [kephalē]), encéphale »
  • ἡ ἐπιδερμίς, ίδος [epidermis] « ce qui est sur (ἐπί [epi]) le derme (τὸ δέρμα, ατος [derma]), l’épiderme »
  • ὁ ἐπιτάφιος (λόγος) [epitaphios] « discours prononcé sur (ἐπί [epi]) le tombeau (ὁ τάφος, ου [taphos]) », « discours funèbre »
  • ἡ παραθαλαττία, ας [parathalattia] « (la terre) située le long de (παρά [para]) la mer (ἡ θάλαττα, ης [thalatta]), le littoral »
Pour en savoir plus

N. Rousseau, « Traduire l’intraduisible : questions de morphologie grecque », dans A.-P. Pouey-Mounou & S. D’Amico (dir.), Le poète aux mille tours. La traduction des épithètes homériques à la Renaissance, Genève, Droz, 2020, p. 55-94.

Voir aussi la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Formation des mots composés du grec ancien », dans Etymologika, 05/02/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1911, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  2. Voir « Notions d’analyse morphologique ». []
  3. Voir ibid., dernier §. []
  4. Selon le mot de É. Benveniste, « Fondements syntaxiques de la composition nominale », dans id., Problèmes de linguistique générale, II, Paris, 1974, p. 145‑162 (ici p. 145‑146) : « La composition nominale est une micro‑syntaxe. Chaque type de composés est à étudier comme la transformation d’un type d’énoncé syntaxique libre. » []
  5. Cette double interprétation est rendue possible par le fait que les adjectifs et les substantifs du grec ancien partagent dans une large mesure la même morphologie : pour de nombreux composés, la finale d’adjectif ne se distingue de celle d’un substantif que par sa déclinaison aux trois genres (masculin, féminin [souvent identiques : on parle d’adjectifs épicènes] et neutre) : voir par ex. N. Rousseau, Du syntagme au lexique. Sur la composition en grec ancien, Paris, 2016, p. 75‑80 et 84‑92. []
  6. Voir N. Rousseau, op. cit., p. 278‑279, ainsi que p. 8‑10 sur les quatre types de formation dont peut relever un terme qui présente une structure [« préposition » + radical d’un substantif (+ éventuel suffixe) + désinence]. []
  7. Voir E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, 2e éd., Berlin / New York, 1974 [WHS], qui, comme l’indique son titre, traite seulement de la langue homérique. On trouve également des réflexions sur la composition grecque en général dans deux ouvrages récents qui s’intéressent à un type particulier de composés grecs : O. Tribulato, Ancient Greek Verb-Initial Compounds. Their Diachronic Development within the Greek Compound System, Berlin / Boston, 2015, p. 13‑131 ; N. Rousseau, Du syntagme au lexique, op. cit., p. 21‑65. []
  8. Voir F. Bopp, Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litthauischen, Altslawischen, Gothischen und Deutschen, 5e section, Berlin, 1849, p. 1427‑1453, § 972-988, qui reprend dans l’ordre les six classes de composés du grammairien indien Vopadeva (XIIIe siècle). []
  9. Voir E. Risch, « Griechische Determinativkomposita », IF, 59, 1944 (= Kleine Schriften, Berlin / New York, De Gruyter, 1981), p. 42‑44. []
  10. Sur les différents sens du suffixe ‑τό- [-to-] d’adjectif verbal en grec, voir « Alternances vocaliques du grec ancien ». []
  11. Cet adjectif peut ensuite connaître une substantivation, mise en évidence par la présence de l’article ὁ [ho] « le, celui (qui…) », ἡ [] « la, celle (qui…) » : voir « La dérivation implicite en grec ancien ». []
  12. On peut toutefois remarquer que le radical qui exprime l’idée verbale apparaît sous deux formes différentes, resp. celle du verbe (φερε-) et celle du nom d’agent (‑φορο-). Pour une comparaison entre ces deux types, voir O. Tribulato, Ancient Greek Verb-Initial Compounds, op. cit. []
  13. Voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  14. Cf. aor. ἐγενόμην : voir « Formation des thèmes verbaux du grec ancien ». []
  15. Voir « Formation des noms d’agent du grec ancien ». []
  16. Sur les différents sens du suffixe ‑τό- [‑to-] d’adjectif verbal en grec, voir « Alternances vocaliques du grec ancien ». []
  17. Sur exogène, endogène, oxygène et hydrogène, voir « Méthode d’analyse d’un mot français d’“origine grecque” », « Étape 3 », et la Remarque. []
  18. Sur l’association du suffixe ‑τό- [‑to-] d’adjectif verbal à un radical verbal au degré zéro, voir « Alternances vocaliques du grec ancien ». []
  19. Voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  20. Sur lequel voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  21. Comme le signalait déjà clairement le grammairien Hérodien au second siècle de notre ère : Ὅσα ἐν ἀρχῇ ἔχει τὸ φιλεῖν, προπαροξύνεται, φιλόπονος, φιλόσοφος, φιλόλογος. Τὰ παρὰ τὸ λέγω χωρὶς τῶν παρὰ τὸ φιλεῖν παροξύνεται, δικαιολόγος, φυσιολόγος, τερατολόγος. Τὸ δὲ φιλόλογος ἀπὸ τοῦ λόγος καὶ τὸ φιλῶ « Tout ce qui commence par philein [“aimer”] est accentué proparoxyton, comme philoponos [“qui aime le travail, qui se donne volontiers de la peine”], philosophos [“philosophe”], philologos [“philologue”]. Ce qui est dérivé de legō [“dire”], en-dehors de ce qui est dérivé de philein, est accentué paroxyton, comme δικαιολόγος [“qui dit le droit, qui plaide”], φυσιολόγος [“qui traite de la nature”], τερατολόγος [“qui traite de prodiges (invraisemblables)”]. Mais philologos vient de logos [“discours”] et de philō » (Pseudo-Arcadius, Épitomé de la Prononciation générale d’Ælius Hérodien, éd. S. Roussou, Oxford, 2018, p. 226). Sur la terminologie ici employée, voir « L’accentuation du grec ancien ». Pour une synthèse sur les différents types de dérivés et de composés en -λογος et -λόγος, voir Ch. de Lamberterie, article « λέγω » de la « Chronique d’étymologie grecque n° 14 (CEG 2015) », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 87–2, 2013 [2016], p. 178-184 [DOI : 10.3917/phil.872.0157], en particulier p. 183 pour le type φιλόλογος). []
  22. Ou bahuvrīhi (c’est‑à‑dire « qui a du riz en abondance, bien pourvu en riz ») selon la terminologie sanskrite souvent reprise pour les langues anciennes. []
  23. Ces adjectifs peuvent ensuite connaître une substantivation, mise en évidence par la présence de l’article ὁ [ho] « le, celui (qui…) », ἡ [] « la, celle (qui…) » : voir « La dérivation implicite en grec ancien ». []
  24. Le nom de la « langue » (à la fois terme d’anatomie et nom du « langage », de l’ « idiome ») est γλῶσσα [glōssa] en dialecte ionien, et γλῶττα [glōtta] en dialecte attique (voir « Principaux traits de la prose ionienne ») ; la forme attique πολύγλωττος, ος, ον [poluglōttos] n’est attestée qu’après l’époque classique. []
  25. Cette substantivation est mise en évidence par la présence de l’article ὁ [ho] « le, celui (qui…) », ἡ [] « la, celle (qui…) » : voir « La dérivation implicite en grec ancien ». []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Lamy Alain dit :

    Les billets de Nathalie Rousseau me comblent. Courts, clairs; précis, complets. C’est lumineux, structuré, solide. Quelle aide pour la compréhension et la mémoire! Merci

  1. 29/08/2021

    […] « qui n’est pas nourri / qui ne nourrit pas »), voir « Formation des mots composés du grec ancien » (composés à rection verbale à second élément […]

  2. 08/01/2022

    […] « composé à rection verbale à second élément régissant » : voir « Formation des mots composés du grec ancien ». […]

  3. 14/05/2022

    […] y est pourvu du même accent clairement fautif que dans l’édition de 1963 (voir « Formation des mots composés du grec ancien », « composés à rection verbale à premier élément régissant ») –, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search