Méthode d’analyse du sens d’un mot construit

Glossaire hippocratique d’Érotien (Ier s. apr. J.-C.), premier lexique médical qui nous soit parvenu, où l’auteur (π 27 Nachmanson) distingue « 3 sens » de πόνος « peine » (ὁ πόνος τρία σημαίνει, l. 7-8) : « les exercices » (τὰ γυμνάσια, l. 8), « la douleur » (ὀδύνη, ici au génitif, l. 10), « le dommage » (βλάβη, au folio suivant).
Bibliothèque nationale de France. Grec 2177 (XVIe s.), fol. 123v.
Source : Gallica.

Le sens d’un mot construit1 s’apprécie en considérant à la fois :

  • le sens prédictible = celui que lui donne sa formation, selon le type de dérivé ou de composé dont il relève (pour le grec ancien, voir la section « Principes de formation du vocabulaire grec ») : p. ex., le substantif lunette, dérivé de lune au moyen d’un suffixe diminutif, a pour sens prédictible « petite lune » ;
  • le sens attesté = celui que lui donne(nt) le(s) contexte(s) dans le(s)quel(s) il est employé (pour le grec ancien, la consultation des textes eux-mêmes est donc indispensable, même si les dictionnaires en donnent déjà une idée) : le Dictionnaire de l’Académie française donne ainsi à lunette pour premier sens, en français contemporain, celui d’« instrument d’optique destiné à l’observation d’objets éloignés », et au pluriel lunettes celui de « verres protecteurs ou correcteurs de la vue, placés généralement dans une monture munie de branches ».

Le sens attesté peut être, selon les cas, identique au sens prédictible ou bien très différent, lorsque le mot a connu une démotivation au fil du temps. À l’inverse, un mot construit peut toujours connaître une remotivation, qui lui (re)donne un sens identique au sens prédictible : voir p. ex. « Pyoulque ou pyulque »2.

Pour le grec ancien, le dictionnaire Bailly indique entre parenthèses à la fin de chaque article le(s) élément(s) ayant servi à la formation du terme.
Ex. : l’article σύναψις indique que ce mot est dérivé de συνάπτω ; l’article μισολογία indique « v. suiv. », ce qui veut dire qu’il s’agit d’un dérivé de μισόλογος, tandis que l’article μισόλογος3 indique que ce mot est un composé formé à partir du verbe μισέω et du substantif λόγος.
Ces indications sont utiles, mais ne peuvent cependant être reprises sans réflexion.
Par exemple, l’article ἐνδογενής indique que ce composé est formé à partir de ἔνδον et de γένος, tandis que l’article διογενής donne à la fois γένος et γίγνομαι pour second élément ; l’incohérence ici relevée vient de ce que les composés en -γενής, compris comme composés à rection verbale, pourraient effectivement tirer leur origine de composés possessifs (voir « Formation des mots composés du grec ancien ») ; toutefois, ἐνδογενής et διογενής doivent bien être compris comme relevant du même type de composés en ‑γενής, et recevoir la même analyse.

Exemples de déduction du sens d’un terme (français ou grec) d’après sa formation (= sens prédictible)

  • Le substantif pianiste est formé sur le substantif piano au moyen du suffixe ‑iste de nom d’agent4 : il désigne donc « celui qui, quelqu’un qui fait une action en relation avec le piano ».
  • Le substantif σύναψις [sunapsis] est formé par adjonction du suffixe ‑σις [‑sis] de nom d’action5 au radical du verbe συνάπτω [sunaptō] qui signifie « lier ensemble » ; σύναψις signifie donc « le fait de lier ensemble, liaison ».
  • L’adjectif πελαγικός [pelagikos] est formé par adjonction du suffixe ‑ικό- [-iko-] « relatif à », qui exprime en premier lieu l’appartenance à une catégorie6, au substantif πέλαγος [pelagos] désignant la « pleine mer » : il signifie donc « relatif à la pleine mer, qui relève de la catégorie de la pleine mer ».
  • L’adjectif διογενής [diogenēs], formé du radical du nom de Zeus et du radical γεν- [gen-] du verbe « naître, devenir » (aor. ἐγενόμην) est un composé à rection verbale à second élément régissant7, avec un radical verbal de sens intransitif et un premier élément fonctionnant comme son complément circonstanciel : il signifie donc « né de Zeus ».
Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Méthode d’analyse du sens d’un mot construit », dans Etymologika, 21/04/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1915, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Pour la distinction entre mots simples et mots construits, voir « Notions d’analyse morphologique », fin. []
  2. Sur l’expression sens (dérivationnellement) prédictible, due à D. Corbin et désormais classique, voir p. ex. D. Corbin, « Introduction. La formation des mots : structures et interprétations », dans D. Corbin & al., La formation des mots : structures et interprétations, Lexique, 10, 1991, p. 7-30, en particulier p. 11-12 et n. 11 pour l’analyse de l’exemple désormais également classique de lunette. []
  3. En rétablissant l’accent correct sur ce mot erronément accentué dans le Bailly : voir « Formation des mots composés du grec ancien », « composés à rection verbale à premier élément régissant ». []
  4. Voir « Formation des noms d’agent en grec ancien ». []
  5. Voir « Formation des noms d’action en grec ancien ». []
  6. Voir « La dérivation implicite en grec ancien », Remarque sur le sens du suffixe ‑ικό-. []
  7. Voir « Formation des mots composés du grec ancien », « composés à rection verbale à second élément régissant » []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 24/08/2021

    […] Méthode d’analyse du sens d’un mot construit […]

  2. 10/10/2021

    […] Méthode d’analyse du sens d’un mot construit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search