Méthode d’analyse d’un mot français d’“origine grecque”

Théorie élémentaire de la botanique d’Augustin Pyrame de Candolle (Paris, 1813, ici p. 210), où l’auteur indique explicitement qu’il a lui-même créé les termes exogène (p. 209) et endogène (p. 210), et justifie ces néologismes.
Source : Bibliothèque numérique de Lyon.

Pour analyser un terme français auquel le TLFi donne une « origine » grecque et faire le départ entre termes hérités, empruntés et construits, on peut procéder en trois étapes :

Étape 1Étape 2Étape 3
déterminer le rapport entre le mot français et le « grec » sous‑jacentretracer le chemin parcouru par le mot français, qui a pu passer par une ou plusieurs langues modernescompléter l’enquête par une exploration des textes où apparaît/apparaissent le(s) mot(s) étudié(s)

Étape 1 : déterminer le rapport entre le mot français et le « grec » sous-jacent

Méthode : suivre l’arbre de décision infra jusqu’à l’arrivée à une conclusion.

 Le mot français « ressemble-t-il » à la transcription d’un mot grec ?

  • Non, pas du tout : le mot français est donc un terme hérité par l’intermédiaire du latin, passé en ancien français et conservé jusqu’à nos jours.
    Ex. : église, cf. ἐκκλησία « assemblée ; église »
  • Seulement en partie, alors qu’une autre partie est latine : le mot français est donc un terme construit dans une langue moderne à partir de formants grecs et latins (hybride gréco-latin).
    Ex. : télévision, cf. τῆλε « loin »
  • Oui : il est alors nécessaire de poursuivre l’enquête…

 … en posant la question suivante : existe‑t‑il un tel mot grec, attesté dans le dictionnaire grec‑français Bailly (ou dans le dictionnaire grec‑anglais Liddell‑Scott‑Jones, qui est plus complet) ?

  • Un tel mot n’existe pas en grec ancien : le mot français est donc un terme construit dans une langue moderne à partir de formants grecs.
    Ex. : sémaphore, cf. σῆμα « signe » et ‑φόρος « qui porte »
  • Le mot existe tel quel, à la finale près, en grec ancien : il est alors nécessaire de poursuivre l’enquête…

 … en posant la question suivante : quel est le rapport entre le sens du mot français et celui de ce mot grec ?

  • Le sens du mot français est totalement différent de celui du mot grec : le mot français est donc probablement un terme construit dans une langue moderne à partir de formants grecs.
    Ex. : – arthrose « affection des articulations » uersus ἄρθρωσις « fait d’articuler (ἀρθρόω-ῶ), articulation, connexion »
    endogène « qui provient de l’intérieur, qui a une cause interne » (Candolle, 1813) uersus ἐνδογενής « né à la maison » (Septante)
  • Le sens du mot français est proche de celui du mot grec, ou du moins s’explique par une évolution sémantique que l’on peut retracer : le mot français est donc probablement un terme emprunté au grec par une langue moderne.
    Ex. : parabole, cf.  παραβολή « récit allégorique » / « opération géométrique »

N. B.

  1. Probablement : lorsque cela est possible, il est utile de connaître l’histoire de l’apparition du terme dans cette langue moderne, qui peut renseigner sur le sens précis que lui donnait son créateur ou son emprunteur, et sur la façon dont il envisageait le rapport de ce terme à un mot ou des formants grecs [= Étape 3].
  2. Le sens d’un mot s’apprécie en considérant à la fois le sens prédictible (déductible de sa formation) et le sens attesté (résultant du ou des contexte[s] dans le[s]quel[s] il a pu être employé au cours de son histoire) : voir « Méthode d’analyse du sens d’un mot construit ».

Étape 2 : retracer le chemin parcouru par le mot français, qui a pu passer par une ou plusieurs langues modernes (dont le latin savant)

Pour le français, les premières attestations du terme peuvent être trouvées dans la rubrique « Étymol. et hist. » du Trésor de la langue française informatisé (TLFi), auquel nous reprenons les indications présentées infra. Lorsque le terme est passé par une autre langue moderne, il convient également de se reporter à un dictionnaire de référence de cette langue – ainsi l’Oxford English Dictionary (OED) pour l’anglais – : voir « Pistes bibliographiques pour des recherches en ligne ».

Attention, toutefois : si ces dictionnaires offrent indéniablement une information de très grande qualité en ce qui concerne les dates de premières attestations (même si la recherche dans les textes indiqués par ces dictionnaires [Étape 3], associée à la recherche plein texte maintenant disponible dans d’immenses corpus comme ceux de Gallica1, offre parfois des surprises, en permettant de faire reculer une date de première attestation), il n’en est pas de même en ce qui concerne la nature du lien précis entre terme français et terme grec (voir infra l’exemple de embryon, ou encore celui de sémantique, rubrique « Pour aller plus loin »), qu’il convient de déterminer en suivant les trois étapes indiquées ici.

Enfin, jusqu’à une époque assez récente, on ne saurait sous-estimer l’importance du latin « savant », qui est longtemps resté la langue de communication de la science entendue en son sens le plus large. Un mot a pu donc être emprunté au grec, ou créé à partir de formants grecs, par ce latin savant, avant de circuler dans l’une ou l’autre langue moderne (ainsi, p. ex., neurose : voir infra).

Emprunt
  • grec ancien πελαγικός « de la pleine mer »
    • → latin savant pelagicus
    • → [?? anglais Pelagick, of the Sea, or that liveth in the Sea” (1656), cf. OED ??] mais pelagic deposits (1884)
    • → français poisson pélagique (Lacépède, 1801-1802) mais dépôts pélagiques (1874)
  • grec ancien adj. ἄτομος (atomos) « indivisible », ἄτομον σῶμα  (atomon sôma) « corpuscule indivisible, atome »
    • → latin savant atomus
    • → français athome (1350-1400)
  • grec ancien σύναψις « liaison, lieu de jonction » (cf. συνάπτω « lier ensemble »)
    • → langue moderne : anglais synapsis (1897), synapse (1899)
    • → français synapse (1953)
  • grec ancien ἔμβρυον « embryon »
    • → ?? français embrions ?? Le TLFi s.u. donne « Empr. au gr. ἔμβρυον “embryon” », avec pour première attestation française « 1370-1372 embrions (Oresme, Éthique) », mais le texte dont il s’agit est une traduction de l’Éthique d’Aristote réalisée par Oresme à partir du latin, et le texte sur lequel il s’appuie (la Vetus translatio de Robert Grosseteste, 1245) porte in embrionibus… ce qui implique ici aussi un intermédiaire latin entre grec et français
Terme construit
  • formants issus du grec : cf. νεῦρον « nerf, tendon » + ‑osis, suffixe de noms de maladies2
    • → latin savant neurosis (pluriel neuroses : W. Cullen, Synopsis Nosologiae Methodicae, Édimbourg, 1769, vol. II, p. 182)
    • → langue moderne : anglais neurosis (pluriel neuroses : W. Cullen, First Lines of the Practice of Physic, vol. II, Philadelphie, 1783, § 1033)
    • → français neurose ou névrose (fin XVIIIe – début XIXe s.)
  • formants issus du grec : cf. angl. electric (lat. savant electricus, lui-même dérivé de lat. impérial electrum [emprunté au gr. ἤλεκτρον « 1. ambre jaune »] au moyen du suffixe ‑icus « relatif à » [cf. gr. -ικός]) + ‑ode, cf. gr. ὁδός « chemin » et anode, cathode
    • → langue moderne : anglais electrode (Faraday, 1834)
    • → français électrode (1838)
  • formants issus du grec : cf. ἄρθρον « articulation » + ‑ose, suffixe de noms de maladies3
    • → français arthrose (1911) « affection chronique dégénérative non inflammatoire des articulations »

Étape 3 : compléter l’enquête par une exploration des textes où apparaît/apparaissent le(s) mot(s) étudié(s), afin de vérifier et d’affiner les informations fournies par les dictionnaires

Exemple d’analyse d’un terme français : endogène

Étape 1
  • sens du mot français (TLFi) : « qui provient de l’intérieur, qui a une cause interne ; qui se produit à l’intérieur »
  • il existe certes un mot grec ἐνδογενής, auquel le Bailly donne pour sens « né à la maison » : on peut l’analyser comme un composé à rection verbale à second élément régissant (le premier terme fonctionnant comme complément de lieu)4
  • en toute rigueur, il n’est pas exclu que le terme français ait été emprunté au grec, car le sens du mot français est proche de celui du mot grec (l’adverbe grec ἔνδον « à l’intérieur » a effectivement connu la spécialisation de sens « à la maison » : voir Bailly s.u. ἔνδον)
  • toutefois, cela est fort peu probable, car le terme grec est un terme très rare (hapax selon le Bailly), substitut de l’adjectif courant οἰκογενής qui a pour premier élément le nom de la « maison » ; il est attesté dans un texte religieux, la Septante, et n’appartient pas à un vocabulaire technique, contrairement à fr. endogène (botanique)
Étape 2

On n’observe apparemment pas d’intermédiaire attesté en latin ou dans une autre langue moderne : endogène a été introduit en français par un savant français, Candolle, en 1813 (voir TLFi s.u., rubrique « Étymol. et Hist. », à la fin de l’article).

Étape 3

La lecture du texte de Candolle, aisément accessible par une recherche sur Gallica5, grâce à la référence précise donnée par le TLFi (« Candolle Bot. 1819, p. 210 »), permet de confirmer l’hypothèse avancée à l’étape 1 : Candolle présente le terme comme sa propre création, à partir de ἔνδον « dedans » et d’un verbe signifiant « croître » (juste après le mot exogène, expliqué p. 209) :

Prenons maintenant les végétaux Vasculaires ou Cotylédonés, et appliquons leur la même marche de raisonnement. Quant aux organes de la nutrition, je prends le premier des organes, savoir, les vaisseaux, et je les considère, non plus d’après le premier point de vue, puisqu’il est déjà employé pour la division primitive, mais d’après le second, qui est la position ; j’établis donc leur classement d’après la position des vaisseaux ; à cet égard, je vois qu’il est des végétaux vasculaires, où les vaisseaux sont tous sensiblement concentriques autour d’un étui cellulaire, et disposés de manière que les plus anciens sont au centre et les plus jeunes à la circonférence, de manière que la plante se durcit de dedans en dehors ; je les désigne sous le nom d’Exogènes (εξω dehors, et γεναω j’engendre, je crois)6, en faisant allusion à cette dernière circonstance ; je vois, au contraire, qu’il existe d’autres végétaux dans lesquels les vaisseaux sont comme épars dans toute la tige, non rangés par zones autour d’un étui central, disposés de manière que les plus anciens, c’est-à-dire, les plus durs, sont à l’extérieur, et que l’accroissement principal de la tige a lieu par le centre ; je tire de cette dernière particularité le nom d’Endogènes (ενδον dedans, γεναω j’engendre, je crois)7, sous lequel je désigne cette classe.

Augustin Pyrame de Candolle, Théorie élémentaire de la botanique, ou exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux, Paris, 1813, p. 209210.

Conclusion : on peut convenir, avec le TLFi s.u., qu’endogène a bien été créé à partir des formants endo– et –gène.

Remarque : on peut s’étonner que Candolle ait convoqué le verbe γεννάω (qui comporte en réalité une consonne géminée) alors que celui-ci n’a jamais, en grec, le sens intransitif « croître », mais toujours un sens transitif « engendrer, enfanter, faire croître », aussi bien à l’actif qu’au moyen. Il n’est pas exclu que Candolle ait pu tenir compte de l’existence des néologismes du vocabulaire de la chimie oxygène et hydrogène, légèrement antérieurs, auxquels nous consacrerons un prochain billet. Sur les libertés prises par les modernes dans l’interprétation des formants d’origine grecque, voir le texte évoqué infra (« Pour aller plus loin »).

Pour aller plus loin

Sur la méthode : pour une réflexion sur les différents modes de présence du grec dans le vocabulaire français à travers l’analyse d’un cas‑frontière, voir N. Rousseau, « Emprunt et/ou recréation ? À propos de fr. sémantique », dans M. Aberson, F. Dell’Oro, M. de Vaan et A. Viredaz (dir.), [vøːrtər]. Mélanges de linguistique, de philologie et d’histoire ancienne offerts à Rudolf Wachter, avec une préface de B. Wachter, Cahiers de l’ILSL, 60, 2020, p. 193‑207.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Méthode d’analyse d’un mot français d’“origine grecque” », dans Etymologika, 23/04/2021, https://etymologika.hypotheses.org/1917, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Voir « Pistes bibliographiques pour des recherches en ligne ». []
  2. Voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  3. Voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  4. Voir « Formation des mots composés du grec ancien », « composés à rection verbale à second élément régissant ». []
  5. Cette recherche renvoie en l’occurrence à un document numérisé mis à disposition par la Bibliothèque numérique de Lyon : voir illustration supra. []
  6. Sic. []
  7. Sic. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/10/2021

    […] Méthode d’analyse d’un mot français d’“origine grecque” […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search