Pistes bibliographiques pour des recherches en ligne

Navigation sur une « mer agitée » (Ταραττομένη θάλασσα)1 peuplée de dangereux calmars, illustrant un passage consacré à la mer (s.u. θάλασσα) des Sacra parallela attribués à Jean Damascène2. La présente page de ce manuscrit célèbre pour ses magnifiques enluminures (Parisinus gr. 923, fol. 207r)3, copié au IXe siècle à Constantinople, contient notamment plusieurs citations de psaumes (106 Rahlfs, v. 24 ; 103 Rahlfs, v. 9).
Source : Gallica.

Mise en garde : ce que la navigation permet (ou pas) de trouver

les ressources disponibles en ligne sont de nature très inégale. Ainsi, pour le français ou l’anglais, plusieurs dictionnaires de référence, qui font autorité, et dont la fiabilité est assurée, sont accessibles en ligne, soit librement, soit au travers des abonnements souscrits par les bibliothèques universitaires. Pour le latin et le grec, il existe en anglais plusieurs ressources fiables, évoquées infra. En revanche, pour les dictionnaires de grec‑français et de latin‑français ainsi que pour les traductions des textes anciens en français, seuls des ouvrages libres de droits, donc très anciens, sont disponibles en ligne. Si ces sources sont intéressantes, par exemple, pour retracer l’histoire de la philologie et de la réception des textes grecs et latins au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, recourir à ces seuls ouvrages anciens pour aborder la langue et la littérature grecques et latines revient à se priver des résultats de toutes les recherches des philologues qui, depuis un siècle, ont lu ou relu manuscrits ou papyrus parfois miraculeusement retrouvés, puis ont patiemment édité, traduit, commenté, analysé les textes grecs et latins. Certaines des pistes mentionnées infra constituent donc seulement des pis‑aller, et ne remplacent pas d’autres, sous forme imprimée, que l’on peut trouver en bibliothèque et qui restent indispensables à la recherche.

Le paysage des ressources disponibles en ligne évolue toutefois très rapidement : l’effort actuel généralisé pour rendre les résultats de la recherche librement accessibles se traduit par de nombreux projets de bases de données, qui peuvent se trouver à différents stades de réalisation. Toute suggestion d’addition ou de correction à la liste présentée infra est ainsi la bienvenue.

Dictionnaires français

Textes français anciens

Chercher dans Gallica, Archive, Google Books, Bibliothèque numérique Medica pour la médecine.

Dictionnaire anglais de référence

The Oxford English Dictionary (OED) : précise pour chaque entrée du dictionnaire si l’article a fait l’objet d’une mise à jour (3e éd. en cours, avec mention de la date de mise à jour), ou s’il est identique à celui de la précédente édition imprimée (J.A. Simpson & E.S.C. Weiner [dir.], The Oxford English Dictionary, 2d edition, Oxford, 1989). [accessible aux lecteurs d’une bibliothèque universitaire]

Dictionnaires de grec

  • Bailly : A. Bailly, Dictionnaire grec‑français rédigé avec le concours de É. Egger, 26e éd. revue par L. Séchan et P. Chantraine, Paris, 1963 [1894]. [sous forme imprimée : réimpression en 2000 de l’édition de 1963 sous la dénomination Le Grand Bailly – qui est d’ailleurs une dénomination trompeuse si on la met en regard de celle du Grand Gaffiot, puisqu’il ne s’agit pour le Bailly que d’une simple réimpression dans un plus grand format, alors que le dénommé Grand Gaffiot a bénéficié d’une réfection complète : voir infra]
    • Le dictionnaire Bailly de 1935, libre de droits, que l’on peut trouver en ligne (par exemple sur Archive.org) est de qualité très inférieure : ses notices étymologiques datent de 1894, alors que celles de la version imprimée de 1963 [réimpr. 2000] ont toutes été revues par le grand linguiste Pierre Chantraine, auteur d’un dictionnaire étymologique qui fait encore autorité aujourd’hui (voir infra) – même si elles sont maintenant évidemment également vieillies.
    • On trouve depuis peu en ligne une version du Bailly « 2020 » (téléchargeable en version PDF) recomposée et « revue et corrigée » à partir de l’édition de 1935. L’effort est évidemment louable. Je n’ai cependant pour l’instant pas assez de recul pour me prononcer sur sa fiabilité. Dans quelle mesure ses auteurs ont‑ils tout de même pris en compte les améliorations apportées par l’édition de 1963, sur laquelle ils ne pouvaient évidemment pas explicitement s’appuyer faute de droits ? Partant, quelle est la part de progrès réellement accompli par la version de 2020 ? Seule une comparaison approfondie des deux versions pourrait permettre de répondre4. En tout cas, un certain parti‑pris scientifique affiché pour la révision des notices étymologiques laisse perplexe.
  • LSJ : H.G. Liddell, R. Scott, H.S. Jones, R. McKenzie & al., A Greek‑English Lexicon. New (Ninth) Edition, With a Revised Supplement, Oxford, 1940‑1996. [sous forme imprimée]
    • L’édition de 1940 est disponible en accès libre sur Perseus.
    • Une autre version est disponible en accès libre sur le site du Thesaurus Linguae Graecae, avec pour avantage notable des liens directs vers les textes du TLG où apparaissent les mots recherchés. La présentation de cet outil, qui donne un intéressant aperçu des différents états de ce dictionnaire, fait état de « nombreux progrès par rapport à la version imprimée », en termes de corrections d’erreurs typographiques, mais selon notre sondage, les 320 pages de corrections et additions du Supplément de 1996 n’y sont pas non plus prises en compte.

étymologie

  • DÉLG et DÉLG Suppl.: P. Chantraine & al., Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots. Nouvelle édition avec, en supplément, les Chroniques d’étymologie grecque (1‑10) rassemblées par A. Blanc, Ch. de Lamberterie et J.‑L. Perpillou, Paris, 2009 [1968-1980]. [sous forme imprimée]
  • EDG : R. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, with the assistance of L. van Beek, Leyde/Boston, 2010, 2 vol. [sous forme imprimée ; la caractérisation de très nombreux termes comme relevant du « Pre‑Greek » peut susciter des réserves]

Dictionnaires de latin

  • Gaffiot : F. Gaffiot, Le Grand Gaffiot. Dictionnaire latin‑français, 3e édition revue et augmentée sous la direction de Pierre Flobert, Paris, 2000 [sous forme imprimée].
    Cette nouvelle édition scientifiquement très fiable et revue avec le plus grand soin rend définitivement périmée la version de 1934 que l’on peut trouver en ligne.
  • OLD : P.G.W. Glare, Oxford Latin Dictionary, 2e édition sous la direction de Della Thompson, Oxford, 2012, 2 vol. [sous forme imprimée ; comporte plus de mots que le Gaffiot ; également très fiable du point de vue scientifique]
  • Thesaurus linguae Latinae (TLL), en cours de rédaction depuis 1893, qui donnera à terme la vision la plus complète du lexique latin, puisqu’il est fondé sur tous les textes, littéraires ou non, écrits en latin jusqu’à 600 apr. J.-C. : scan des pages publiées disponible en Open Access, base de données accessible aux lecteurs d’une bibliothèque universitaire. L’« Index des sources » (liste des auteurs latins et de leurs œuvres) est également extrêmement précieux, notamment pour ses abréviations, qui font autorité.

étymologie

  • DÉLL : A. Ernout & A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, 4e éd., retirage augmenté d’additions et de corrections nouvelles par Jacques André, Paris, 2001, 2 vol. [1re éd. : 1931 ; 3e éd. revue, corr. et augmentée d’un index : 1951] [sous forme imprimée]
  • EDL : M. de Vaan, Etymological Dictionary of Latin and the Other Italic Languages, Leyde/Boston, 2008 [sous forme imprimée]

Textes grecs et latins

  • La Collection des Universités de France (Les Belles Lettres), qui propose des éditions critiques des textes grecs et latins (textes établis selon les meilleurs principes philologiques, impliquant l’examen des sources disponibles [manuscrits, papyrus, tradition indirecte, traductions antiques et médiévales dans d’autres langues anciennes] et la confection d’un apparat critique), accompagnées d’une introduction, d’une traduction et d’un commentaire par les meilleurs spécialistes, est seulement accessible sous forme imprimée.
  • On trouve de nombreuses traductions françaises sur www.remacle.org, libres de droits mais malheureusement de qualité très inégale, et périmées à de nombreux égards ; en ligne, il est ainsi préférable de se tourner vers la collection Loeb (Loeb Classical Library), de bonne qualité, qui fait référence dans le monde anglophone (textes grecs et latins accompagnés de traductions en anglais), et qui est accessible aux lecteurs d’une bibliothèque universitaire [cliquer successivement sur « Sign In », « Login with Institutional Access »]
  • Des textes grecs sans traduction sont également disponibles en ligne :
    • la Perseus Digital Library, en accès libre, s’est récemment enrichie de nombreux textes grâce au « First Thousand Years of Greek Project » (voir « Open Greek and Latin Project »)
    • le Thesaurus Linguae Graecae permet soit la lecture cursive d’un texte, soit la recherche d’un mot ou d’une forme grecque chez un auteur ou dans l’ensemble de la littérature grecque jusqu’à l’époque médiévale ; il propose souvent de meilleures éditions que Perseus, mais son accès est malheureusement restreint aux lecteurs d’une bibliothèque universitaire qui a souscrit à son abonnement.

Manuscrits

La base de données Πίνακες (Pinakes) « Textes et manuscrits grecs » de la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes propose, pour chaque auteur et/ou œuvre, une liste des témoins manuscrits, avec, le cas échéant, un lien direct vers le site où il est possible de les consulter sous forme numérisée.

Papyri

La base de données Papyri.info permet une recherche comparable pour les papyri.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Pistes bibliographiques pour des recherches en ligne », dans Etymologika, 17/03/2021, https://etymologika.hypotheses.org/2148, consulté le 01/07/2022.
Notes

  1. Ces premiers mots du texte que l’on peut lire en haut de la colonne de droite contiennent une incohérence du point de vue linguistique, puisque -σσ- voisine avec -ττ- : voir « Principaux traits de la prose ionienne ». []
  2. Il s’agit ici de la recension alphabétique dite « PMLb » d’un texte dont il existe plusieurs versions : voir la notice de la base de données Pinakes. []
  3. Comme l’illustre une abondante bibliographie : voir la notice de la base de données Pinakes. []
  4. Ma première vérification s’est soldée par une déception – l’adjectif qui devrait se lire μισόλογος y est pourvu du même accent clairement fautif que dans l’édition de 1963 (voir « Formation des mots composés du grec ancien », « composés à rection verbale à premier élément régissant ») –, mais un seul exemple ne permet évidemment pas de se forger une opinion. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/08/2021

    […] Pistes bibliographiques pour des recherches en ligne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search