Stroma

Priam demande le corps de son fils Hector à Achille. Skyphos, v. 490 av. J.-C. Source : Kunsthistorisches Museum Wien, Antikensammlung.

Pourquoi les mots grecs occupent-ils une place si importante dans notre langue scientifique moderne ? Une première réponse renvoie aux origines de la science occidentale, d’abord écrite en grec. Pour la médecine, on en trouve une illustration exemplaire, parmi bien d’autres, chez Galien de Pergame, au second siècle de notre ère : malgré son statut de médecin de l’empereur Marc Aurèle à Rome, Galien écrit en grec, bien sûr parce qu’il s’agit de la langue parlée dans la région d’Asie Mineure dont il est originaire, mais aussi sans doute parce que c’est la langue de la médecine depuis les premiers écrits hippocratiques (Ve s. av. J.‑C.).

Ainsi, lorsque des traités médicaux ont été traduits en latin, puis/ou, plus tard, dans les langues vernaculaires, celles-ci se sont enrichies de nombreux mots grecs, qui s’y sont glissés sous forme d’emprunts, lorsque le traducteur jugeait que sa langue ne possédait pas de terme équivalent1. Ces emprunts se sont poursuivis dans des textes écrits directement en latin, puis/ou, plus tard, dans les langues vernaculaires ; on peut y voir un signe de la persistance de l’importance accordée aux textes fondateurs de la discipline, qui n’ont cessé d’être lus, même en traduction2, jusqu’à l’époque moderne ; à quoi s’ajoute, pour la Rome antique, le fait que le grec était également la langue des praticiens3 –, de sorte que cette langue est tellement inhérente à la discipline qu’il n’est pas rare qu’un auteur latin, même lorsqu’il choisit d’employer un mot proprement latin, prenne la peine de préciser son équivalent grec par une formule comme quod Graeci uocant… « ce que les Grecs appellent… ».

Une fois acclimatés dans la langue emprunteuse, ces mots « grecs » ont été sujets, comme tout autre type de mot, à d’éventuels changements de sens au cours des siècles, notamment du fait de l’évolution de la science médicale ; ainsi, ce que nous désignons par lèpre (une maladie très invalidante due à un bacille découvert par Hansen) ne correspond pas à la maladie que les Anciens désignaient par λέπρα, mais plus vraisemblablement à ce qu’ils appelaient ἐλεφαντίασις4 ; notre choléra se manifeste par les mêmes symptômes que la χολέρα des Anciens, « mais pour les médecins de l’Antiquité il s’agissait en fait d’un syndrome gastro-intestinal aigu non spécifique, tandis que pour le médecin moderne ce diagnostic se limite à l’infection par le Vibrio cholerae […], une maladie endémo-épidémique de l’Inde qui n’a pas été connue en Europe avant le XIXe siècle »5.

Cependant, malgré ces vicissitudes, il est possible d’expliquer la présence de ces termes grecs dans nos langues modernes par l’histoire de la transmission de la science médicale : l’abandon du terme technique latin elephantiasis, remplacé par le terme courant lepra au cours du moyen-âge, fait suite à une période où les deux termes ont été considérés comme synonymes, au moins dans le vocabulaire non technique6 ; l’apparent changement de sens de choléra s’explique très simplement par l’histoire de l’analyse qu’ont faite les médecins du début du XIXe siècle de la nouvelle maladie venue des Indes, en considérant qu’elle constituait un type particulier du syndrome connu depuis longtemps sous le nom de choléra (le choléra asiatique, par opposition au choléra sporadique), avant que la prédominance de ce nouveau type ne conduise à le désigner sous le seul terme de choléra7.

Tout autre est le cas de l’emprunt de termes grecs pour dénommer des réalités sans aucun rapport avec celles qu’ils dénommaient dans l’Antiquité. Pour comprendre la raison d’un tel emprunt, et déterminer à la fois pourquoi la langue grecque a été choisie, et pourquoi ce terme-là l’a été en particulier, le témoignage de l’emprunteur, s’il existe, est primordial, de même que des informations sur les connaissances que cet emprunteur (ou son entourage intellectuel) pouvait avoir de la langue grecque. On pense au cas idéal du terme microbe (créé en français à partir de radicaux grecs, et non emprunté) dont Émile Benveniste a pu retracer précisément la genèse, marquée par les contestations des puristes, alors que Sédillot, son créateur, avait pourtant obtenu l’approbation d’Émile Littré, éminente autorité en matière de lexique8.

Toutefois, en l’absence de tels éléments, la confrontation entre le mot grec et la réalité moderne que celui-ci dénomme fournit tout de même des indices intéressants sur l’idée que l’emprunteur pouvait se faire à la fois de la langue grecque et de la réalité qu’il cherchait à dénommer ; et à l’inverse, cette confrontation invite à relire les textes grecs à nouveaux frais, afin de déceler, au-delà des équivalents traductionnels très imparfaits fournis par les dictionnaires bilingues, les représentations qui sous-tendent les mots grecs apparemment les plus courants.

C’est ainsi le cas pour le substantif stroma, terme générique qui est usité dans de nombreuses branches des sciences du vivant, et en particulier en cancérologie. Il s’agit visiblement d’un mot grec, trahi, comme magma, plasma ou trauma, par sa finale. Cette finale en ‑ma laisse penser, plus précisément, à un emprunt d’un terme grec en ‑μα (éventuellement via le latin)9 par l’intermédiaire de l’allemand (cf. Drama) ou de l’anglais (cf. drama), car les emprunts français finissent en ‑me (cf. drame)10. Mais à première vue, il est difficile de saisir le rapport entre le grec ancien στρῶμα et les différents sens de stroma tels qu’ils apparaissent dans un dictionnaire non spécialisé comme le Trésor de la langue française:

1 – BIOL. (histol.). Tissu qui constitue la substance de base, la charpente d’un organe, d’une structure anatomique. Stroma choroïdien, irien. Avec le sang autour duquel se groupent les appareils digestif, respiratoire et sécrétoire, il faut considérer ce qu’on appelle les épithéliums, les muqueuses, le tissu conjonctif dans lesquels se passent tous les phénomènes de chimie animale et d’évolution organique. C’est dans un stroma de ce genre que se développe l’œuf, l’ovaire (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 148).

PATHOL. Stroma cancéreux. Charpente conjonctivo-vasculaire d’une tumeur maligne (d’apr. Méd. Biol. t. 3 1972).

2 – BOT. « Amas de filaments mycéliens dont l’agglomération est plus ou moins intime, et enserrant parfois (chez certains champignons parasites) des cellules de l’hôte du champignon » (Lar. encyclop.). Il existe (…) une part importante du Champignon, le mycélium qui, aggloméré en cordons ou stroma, est ramifié dans le sol (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 142).

3 – Pellicule qui se forme à la surface d’un liquide en putréfaction. (Dict. XIXe et XXe s.).

TLFi s.u.

Στρῶμα en grec ancien

En effet, en grec ancien, στρῶμα n’a rien d’un terme technique ou scientifique. Il appartient au vocabulaire courant, et désigne l’un des objets les plus usuels qui soient pour un Grec, même s’il est pour nous particulièrement difficile à traduire, comme l’illustre la diversité des termes proposés par les dictionnaires bilingues, qui désignent des objets très différents pour un locuteur moderne : « lit, couverture, tapis, etc. » (Bailly s.u.), « mattress, bed, bedclothes, horsecloth » (LSJ s.u.)… C’est la formation de ce substantif qui en révèle son sens premier11 : en tant que nom de résultat de l’action, formé par l’ajout du suffixe ‑μα au radical στρω‑ d’un verbe signifiant « étendre à plat, coucher, joncher »12, il signifie très exactement « ce qui est étendu » ; le terme français tenture pourrait en être un correspondant assez approchant, s’il ne s’était spécialisé dans la désignation d’un élément vertical, de même que jeté, s’il n’était principalement employé dans des locutions au sens très précis (jeté de lit, jeté de fauteuil).

La lecture des textes grecs permet ensuite de comprendre ce que désigne précisément le terme, en plongeant dans les realia de la Grèce ancienne : comment y faisait-on son lit, et quelle fonction avaient les στρώματα ? C’est sans doute au chant XXIII de l’Odyssée que l’on trouve le lit le plus célèbre, celui d’Ulysse, qui à son retour à Ithaque atteste de son identité en rappelant le secret de sa fabrication à son épouse Pénélope. Mais il n’est pas encore question de στρῶμα dans les poèmes homériques ; le terme devient fréquent dans les textes de l’époque classique. Les στρώματα (le plus souvent au pluriel) sont ainsi le dernier élément que l’on pose sur un lit, comme le montre une scène de la comédie Lysistrata d’Aristophane qui détaille les différentes étapes de sa confection : Myrrhine, pour faire patienter son mari Cinésias le plus longtemps possible, apporte successivement un « petit lit » (κλινίδιον), une « natte » (ψίαθος), arguant que l’on ne peut coucher « sur des sangles » (ἐπὶ τόνου), puis y dépose un « oreiller » (προσκεφάλαιον), avant de repartir chercher une « peau », σισύρα. Cinésias se plaint alors de la torture que lui fait subir son épouse « avec ses “couvertures” », διὰ τὰ στρώματα.

Si le terme couverture constitue peut-être ici la moins mauvaise solution de traduction, les στρώματα ne s’emploient cependant pas nécessairement de la même façon que l’objet que nous nommons ainsi. Le rôle couvrant peut en effet aussi bien être dévolu à l’ἱμάτιον, nom générique d’un vêtement porté au-dessus des autres, que l’on traduit généralement par « manteau », tandis que les στρώματα ont d’abord pour fonction d’apporter du moelleux au couchage : les médecins hippocratiques prescrivent ainsi à plusieurs reprises d’allonger le malade « sur des “couvertures” les plus moelleuses possibles », ὡς ἐπὶ μαλθακωτάτοισι στρώμασι, avant de « jeter sur lui des manteaux », ἐπιβάλλειν ἱμάτια13. Il n’est toutefois pas interdit de s’en couvrir : au début du Protagoras de Platon, Socrate raconte qu’en se rendant de bon matin chez Callias, il a trouvé le célèbre sophiste Prodicos de Céos encore couché, et « emmitouflé dans force peaux de brebis et “couvertures” », ἐγκεκαλυμμένος ἐν κῳδίοις τισὶν καὶ στρώμασιν καὶ μάλα πολλοῖς. Cette double possibilité d’usage des στρώματα est ainsi résumée de façon exemplaire dans le Politique de Platon, au cours de l’un de ces exercices de « division » (διαίρεσις) dialectique dont le philosophe a le secret, par la distinction entre la fonction d’enveloppement (περιβολή « placement autour ») et la fonction de support (ὑποβολή « placement en-dessous »).

Un autre aspect du caractère générique des στρώματα est que ceux-ci ne se distinguent pas par la matière dont ils sont faits. Il s’agit parfois de produits du « tissage » (ὑφαντική), comme le précise clairement le Politique, ou comme le laisse penser la lecture du passage du Protagoras, qui distingue les στρώματα des κῳδία « petites peaux de brebis, toisons » ; mais il peut tout aussi bien s’agir de peaux de bête, comme l’illustre la reprise de σισύρα « peau (de chèvre), fourrure » par στρώματα dans la Lysistrata d’Aristophane, ou une observation de l’auteur du traité hippocratique sur la Maladie sacrée selon laquelle certains Libyens « n’ont ni couverture (στρῶμα) ni vêtement (ἱμάτιον) ni chaussure (ὑπόδημα) qui ne soit en chèvre »14. Il n’est donc pas possible de rendre στρῶμα par tissu ou étoffe, même si certains στρώματα sont visiblement faits de matière textile.

Par ailleurs, ce caractère générique porte aussi sur la finalité de l’objet, qui n’est pas limitée au couchage, mais peut aussi servir de tapis de selle : dans la conclusion de la Cyropédie, Xénophon cite comme l’un des signes du déclin des Perses après la mort de Cyrus le fait que ceux-ci « ont désormais plus de couvertures sur leurs chevaux que sur leurs lits » (νῦν δὲ στρώματα πλείω ἔχουσιν ἐπὶ τῶν ἵππων ἢ ἐπὶ τῶν εὐνῶν), se préoccupant plus de leur confort que de l’art équestre.

Ainsi, la représentation qui se dégage de ces différents textes est celle d’un objet souple et assez fin (puisque c’est son accumulation qui donne du moelleux au couchage), fait de différentes matières (textile ou animale), et principalement (mais non exclusivement) étendu sur un lit. À la lumière de ces observations, on saisit mieux l’inadéquation des différentes suggestions de traduction (ou « équivalents traductionnels ») proposées par les dictionnaires, en particulier lit ou matelas, qui constituent des noms d’autres objets ayant la même fonction ; couverture ou tapis sont meilleurs, mais n’ont pas le même caractère générique que στρῶμα, et ne rendent donc compte que d’une partie de ses fonctions ; peut-être le terme de plaid constituerait-il l’équivalent le plus approchant, s’il ne restait associé en français à son origine écossaise.

On peut ajouter deux observations complémentaires. Tout d’abord, l’emploi de στρῶμα dans tout autre contexte, celui de l’architecture, dès le IVe siècle avant notre ère, pour désigner un « dallage » ou un « pavement », mais parfois aussi une « fondation » ou un « soubassement »15, fait ressortir les éléments saillants de la représentation véhiculée par ce terme16 : l’idée d’« élément étendu » reste centrale ; ses deux usages relevés par Platon, enveloppement (περιβολή) et support (ὑποβολή), se retrouvent dans le « dallage », qui peut à la fois être considéré comme une couverture du sol et comme ce qui est placé sous les pieds, tandis que la « fondation » ne relève vraisemblablement que de l’idée de support. Le caractère central de l’idée d’« élément étendu » exprimée par στρῶμα est encore illustrée, des siècles plus tard, par ses emplois figurés en grec moderne pour désigner une « couche » de neige ou de sédiments ou encore une « couche » sociale, à côté de son emploi au sens de « matelas ».

La seconde observation porte sur les rares qualificatifs associés à στρῶμα dans son emploi dans le contexte du couchage. Les poètes comiques offrent quelques exemples où l’adjectif accompagnant στρώματα donne une information sur leur consistance (μαλθακά « moelleux ») ou le parfum qui s’en dégage (ἡδύοσμα « à l’odeur agréable », ῥοδόπνοα « qui sent la rose ») ; le plus souvent, cependant, on trouve une indication de couleur, soit « pourpre » (πορφυρᾶ), soit « bigarré, bariolé, chatoyant » (ποικίλα). Ce dernier adjectif, qui a une connotation positive en grec, est particulièrement intéressant : il s’applique à des peaux ou des plumages de divers animaux, léopard, serpents ou oiseaux, aussi bien qu’à des ouvrages brodés. On peut ainsi penser que sur le lit d’Achille recevant Priam, peint sur un vase conservé à Vienne (voir supra), le fin stroma pourvu de rayures verticales en zigzag, tout comme l’élément plus épais (natte ou autre stroma), quadrillé de losanges, sur lequel il est placé, répond à ce qualificatif de poikilon. C’est en tout cas cette idée de bigarrure qui a donné lieu à un curieux emploi du dérivé στρωματεύς au singulier comme nom d’un poisson rayé aux reflets dorés (« le bigarré, le chatoyant »), et au pluriel Στρωματεῖς comme nom d’ouvrage (« Mélanges, Variétés »), rendu célèbre grâce aux Stromates de Clément d’Alexandrie, qui justifie lui-même ce titre par la « manière variée, bigarrée », ποικίλως, dont est « étendu » (διεστρωμένα) son propos, passant de façon continue d’un sujet à l’autre.

Des traces de l’emprunt grec dans les premiers textes biologiques modernes ?

Quelle(s) représentation(s) ont donc présidé à l’adoption du terme stroma dans les sciences biologiques ? La question reste pour l’instant ouverte17. Du point de vue méthodologique, cependant, on peut déjà esquisser les pistes à explorer pour déceler les éventuelles traces de la reprise du mot grec.

La première étape consiste à déterminer quel est le premier emploi du mot dans la langue moderne. En effet, étant donné que στρῶμα n’a pas de caractère technique ou scientifique en grec ancien, il est plus vraisemblable de supposer (même s’il faut ensuite le démontrer) que l’emploi du même terme dans des disciplines différentes résulte d’un emprunt unique au grec suivi d’emprunts d’une discipline à l’autre, plutôt que d’emprunts indépendants au grec.

On peut ensuite distinguer deux types de présence du sens grec dans le terme moderne. Le plus évident se trouve dans l’emprunt initial, que l’auteur donne explicitement les raisons qui l’ont mené à choisir le terme, ou qu’il faille déduire la représentation sous-jacente de la définition donnée par cet auteur ou de l’usage que celui-ci fait du terme. L’histoire de l’influence de la représentation du terme grec peut alors très bien s’arrêter là : dès lors que le terme moderne stroma renvoie à des realia décrites par les sciences biologiques, on ne voit a priori aucune raison pour que persiste une image véhiculée par le mot grec. Toutefois, il n’est pas exclu que la connaissance des langues anciennes de l’un ou l’autre scientifique ait ultérieurement contribué, à l’une ou l’autre occasion, à infléchir la compréhension du terme : à partir du moment où un locuteur perçoit un terme comme motivé, il peut en effet toujours lui imposer sa propre interprétation, le soumettant alors à une remotivation18.

Pour en savoir plus

Voir la « Bibliographie : Formation des mots en grec ancien » (rubrique Ressources/Bibliographies), en particulier sub « Ouvrages de référence » pour les ouvrages cités ici de façon abrégée.

Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Stroma », dans Etymologika, 07/10/2021, https://etymologika.hypotheses.org/2618, consulté le 01/07/2022.
Notes
  1. Remarque : une autre forme d’influence du grec sur le latin, moins visible mais non moins importante, que nous n’abordons pas ici, est illustrée par l’existence de nombreux calques, que l’on appelle « morphologiques » lorsqu’ils conduisent à la création d’un nouveau mot à partir de différents éléments traduisant les différentes parties du mot à traduire (cf. fr. chien chaud traduisant angl. hot-dog), et « sémantiques » lorsqu’ils conduisent à l’assignation d’un nouveau sens à un mot de la languecible que le traducteur considère comme équivalent (par exemple fr. supporter « encourager, soutenir une équipe », blâmé comme anglicisme dans la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française. []
  2. En particulier (mais pas seulement) pendant le millénaire où le grec n’était plus lu (ou presque) en Occident : voir J.-C. Saladin, La bataille du grec à la Renaissance, Paris : Les Belles Lettres, 2000, p. 25-39. []
  3. Pour un point accessible et fiable sur ces questions, voir le chapitre intitulé « La transplantation de la médecine grecque à Rome » de l’ouvrage de V. Nutton, La Médecine antique, traduit par A. Hasnaoui, Paris : Les Belles Lettres, 2016 [éd. originale : Ancient Medicine, 2e éd. révisée, 2013]. []
  4. Voir M.D. Grmek, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale. Recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique, archaïque et classique, Paris : Payot, 1983, en particulier p. 244-255. []
  5. Voir ibid., p. 20. []
  6. Voir ibid., p. 255. []
  7. Une enquête dans les dictionnaires de médecine numérisés de la bibliothèque numérique Medica permet une datation assez fine de ces changements d’usage : en 1823, le Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, histoire naturelle, botanique, physique, chimie, etc. de Louis-Jacques Bégin & al. ne connaît qu’un seul choléra (ou cholera morbus), qu’il définit comme une « affection » qui « n’est rien qu’un phénomène intestinal de l’irritation gastrique » ; le 5e tome du Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques de Gabriel Andral & al. publié à Paris en 1830 ne donne qu’un seul nom, choléra ou cholera morbus, tout en opposant très clairement tout au long de son exposé le choléra « d’Europe », « beaucoup moins grave », et celui « d’Inde », « extrêmement meurtrier » (voir par ex. p. 255) ; cette distinction devient effective dans le Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire de Pierre-Hubert Nysten & al. (Paris, 1833), qui différencie « choléra sporadique » et « choléra épidémique ou asiatique qui a exercé ses ravages en Europe de 1830 à 1833 », comme le feront tous les dictionnaires ultérieurs, tout en soulignant que les « différences assez tranchées » que l’on observe entre les deux types « consistent dans l’intensité des symptômes et la rapidité de leur marche, bien plus que dans le caractère de la maladie » ; enfin, la spécialisation du substantif choléra pour désigner à lui seul, par défaut, la maladie qui a ravagé l’Europe à partir de 1830 est attestée dès 1885 dans le Dictionnaire usuel des sciences médicales d’Amédée Dechambre & al. : « On désigne sous ce nom une maladie épidémique, originaire des Indes Orientales, d’où elle s’est étendue à diverses époques (1830 à 1837, 1848 à 1851, 1852 à 1855, 1865) en Europe et en Algérie. Mais on confond d’ordinaire sous cette même dénomination des maladies qui n’ont de commun avec le choléra épidémique que leurs symptômes intestinaux : ainsi le choléra infantile et la diarrhée cholériforme ou choléra sporadique » ; on retrouve cette spécialisation du terme deux ans plus tard, sans allusion aux autres types de choléra, dans le Dictionnaire populaire de médecine usuelle de Paul Labarthe (t. 1, Paris, 1887). []
  8. Voir É. Benveniste, « Formes nouvelles de la composition nominale », dans Problèmes de linguistique générale, vol. 2, Paris, 1974, p. 163-176 (en particulier p. 163-168). []
  9. Cette étape n’est pas rare, car les termes latins en ‑ma empruntés au grecs sont déjà bien attestés latin classique (ainsi aroma, asthma, glaucoma, magma, paradigma, plasma, thema). Sur le chemin qu’a pu parcourir un mot grec, en latin classique, et/ou en latin savant, et/ou dans une ou plusieurs langues modernes, avant d’arriver en français, voir « Méthode d’analyse d’un mot français d’“origine grecque” ». []
  10. En face de fr. arôme, asthme, glaucome, œdème, paradigme, thème, ou du terme désormais obsolète plasme (1752), on peut ainsi comparer all. Asthma, Paradigma, Thema, ou angl. aroma, glaucoma, oedema. Cela n’implique évidemment pas que tous les emprunts allemands ou anglais de termes grecs en ‑μα finissent en ‑ma ; le cas de l’anglais, en particulier, est complexe, car celui-ci a aussi beaucoup emprunté au français : ainsi, theme (1362) est analysé par l’Oxford English Dictionary comme un emprunt à l’ancien français, en face de thema (1531), beaucoup moins usité, directement emprunté au latin. []
  11. Ou « sens prédictible », par opposition au « sens attesté », qui se révèle dans le(s) contexte(s) dans le(s)quel(s) il est employé : voir « Méthode d’analyse du sens d’un mot construit ». []
  12. Ce radical apparaît dans le parfait passif ἔστρωμαι et dans l’adjectif verbal στρωτός du verbe στόρνυμι ; le présent στρώννυμι est plus récent (DÉLG s.u.). Sur le sens des noms en ‑μα, voir « Formation des noms d’action du grec ancien ». []
  13. Émile Littré, transposant les réalités grecques pour ses lecteurs, traduit « on le couche sur un lit mollet, on jette sur lui des couvertures » (Hippocrate, Maladies II, chap. 22, dans Œuvres complètes d’Hippocrate, traduction nouvelle avec le texte grec en regard, collationné sur les manuscrits et toutes les éditions […], par É. Littré, t. 7, Paris : J.‑B. Baillière, 1851, p. 37-39). Il fait ainsi correspondre à chaque mot grec un mot français qui désigne un objet ayant la même fonction que celui que désigne ce mot grec ; mais ce n’est que dans un tel contexte que στρώματα peut être traduit par « lit ». Le terme « matelas » ne convient pas plus, puisqu’il désigne en français « une grande enveloppe de toile, remplie d’une matière souple » (TLFi s.u.), alors que c’est l’empilement de plusieurs στρώματα qui donne de la souplesse aux couchages grecs. []
  14. Cette observation sert à démontrer l’absurdité de l’interdit du contact avec les chèvres ou de la consommation de leurs produits pour la préservation de la santé, au sein d’une diatribe contre les charlatans. []
  15. Sur le sens de « dallage, pavement », attesté dans de nombreuses inscriptions jusqu’à l’Égypte ou la Syrie romaines, et seul sens architectural relevé dans le LSJ, voir M.‑Ch. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, Paris, 1992, p. 392-394 ; sur celui de « fondation, soubassement », voir ibid., particulier p. 393, n. 3. Il convient d’ignorer le curieux sens « II » proposé par le dictionnaire Bailly s.u. (« pilotis d’un pont de bois ») pour une seule occurrence du terme, dans un traité militaire du IIe siècle de notre ère (Polyen, Stratagèmes, livre 8, chap. 23, § 9). Cette occurrence résulte en effet d’une mélecture du texte : dans le passage cité par Bailly, les éditeurs lisent maintenant σταυρώματα (« palissade »). La leçon fautive στρώματα de l’édition de S. Mursinna (Berlin, 1756, p. 458) était pourtant corrigée dans l’édition de E. Woelfflin (Leipzig, 1860, p. 301) à laquelle A. Bailly déclare se référer dans sa « Liste des auteurs et des ouvrages cités en abrégé » (p. XXVI). Les progrès philologiques doivent cependant souvent patienter longtemps avant d’être répercutés dans les dictionnaires, comme le montre la persistance parallèle de la même scorie dans le LSJ pendant presque un siècle : ce sens fantôme de στρώματα, encore enregistré dans la 8e édition du Liddell & Scott datant de 1897, n’a en effet disparu de ce dictionnaire que dans la 9e édition (désormais Liddell–Scott–Jones, LSJ), achevée en 1940. []
  16. Il n’est pas lieu de décider ici si l’on a affaire à deux spécialisations distinctes d’un terme générique signifiant « élément étendu », ou si l’emploi architectural consiste en un emploi métaphorique du terme originellement spécialisé dans le domaine du couchage (sur l’importance des métaphores dans le lexique grec de l’architecture, voir p. ex. M.‑Ch. Hellmann, op. cit., p. 445‑446). []
  17. Les recherches entamées par Ana Isabel Durón Tejedor et Aydan Gün au printemps 2021 (dans leur « mémoire encadré » de la Mineure « Histoire et philosophie des sciences et des techniques », intitulé « Enquête sur l’histoire de l’usage du mot stroma dans les sciences biologiques », encadré par Jonathan Fouchard et Nathalie Rousseau et soutenu le 3 mai 2021 à Sorbonne Université) ont été poursuivies par l’équipe constituée à l’été 2021 autour du projet « Noms et représentations des tissus biologiques » (Ana Isabel Durón Tejedor, Jonathan Fouchard, Aydan Gün, Nathalie Rousseau) dans le cadre de l’initiative « Humanités biomédicales » de l’Alliance Sorbonne Université. Une publication de l’équipe est actuellement en préparation. Les premiers résultats de cette enquête ont été présentés à Sorbonne Université lors de la Fête de la Science les 9 et 10 octobre 2021. []
  18. Pour un exemple de remotivation d’un terme grec dans la langue moderne, voir « Pyoulque ou pyulque ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search