Galenus verbatim

Claudii Galeni Opera omnia, editionem curavit Carolus Gottlob Kühn, Lipsiae : Car. Cnoblochii, 1823, vol. 6, p. 120.
Image : Wellcome Collection. Montage : N. Rousseau.

La figure de Galien de Pergame a ceci de paradoxal qu’elle est largement connue – chacun sait que les doctrines galéniques ont servi de base à la médecine occidentale pendant de très nombreux siècles – alors même que les textes de cet illustre médecin, écrits en grec à Rome au second siècle de notre ère, restent encore inégalement exploités, et dans l’ensemble peu accessibles.

Il est vrai que ces dernières années ont vu le florissement de travaux qui, peu à peu, font grossir le nombre des traités édités de façon critique1 , et pourvus d’une traduction, en particulier dans le Corpus Medicorum Graecorum (Berlin/Boston, deGruyter/Akademie Forschung) et dans la Collection des Universités de France (Paris, Les Belles Lettres)2 ; on trouve aussi des traductions, par exemple, dans la Loeb Classical Library (Cambridge Mass., Harvard University Press), ou dans la nouvelle collection Cambridge Galen Translations (Cambridge, Cambridge University Press), dont le premier volume a paru en 2014, et qui se distingue par son attention portée au texte grec, même si celui-ci n’y est pas imprimé.

Toutefois, on ne peut toujours pas songer à un accès dans un futur proche, pour l’ensemble de l’œuvre galénique, à un texte fiable assorti d’une traduction en une langue moderne, d’autant que les efforts apparaissent inégalement répartis : certains traités assez brefs et assez célèbres sont traduits dans plusieurs langues, tandis que de grands pans de l’œuvre constituent encore une terra incognita. L’édition de référence de C.G. Kühn (Leipzig, 1821-1833), malgré ses défauts (puisqu’elle n’est pas critique3), et même si elle ne comporte pas les traités plus récemment découverts4, reste toujours incontournable.

Naviguer dans le texte de Galien de Pergame, éd. C.G. Kühn (1821-1833) & al.

L’objectif de « Galenus verbatim » est de mettre à disposition en accès libre un environnement de travail facilitant l’exploration des textes galéniques qui a été construit dans le cadre du projet « Dictionnaire de la médecine d’après Galien de Pergame » et qui est destiné à être progressivement enrichi.

Un progrès notable a en effet été tout récemment réalisé, dans la mesure où Galien peut désormais être compté au nombre des auteurs grecs dont le texte sous format électronique est librement accessible : les textes de Galien présents dans les volumes 1 à 18b l’édition de C. G. Kühn, ainsi que quelques autres libres de droits, ont été encodés en XML-TEI et publiés en accès libre dans le « Digital Corpus for Graeco-Arabic Studies », puis intégrés au projet « First Thousand Years of Greek », dans le cadre de la collaboration internationale « Open Greek & Latin ».

« Galenus Verbatim » permettra d’accéder de manière rapide aux textes grecs proposés par la Perseus Digital Library sous les noms de « Galien » et de « Pseudo-Galien » (principalement mais pas exclusivement tirés de l’édition de C.G. Kühn)5, mais aussi d’y rechercher un mot ou une cooccurrence de mots sous une forme fléchie ou lemmatisée. Pour les lecteurs qui ne sont pas familiers du corpus galénique, il sera possible, à partir d’une simple référence au volume et à la page de l’édition Kühn, d’en retrouver immédiatement le texte grec en sachant dans quel traité, livre et chapitre se situe cette référence6, et d’obtenir en plus d’une référence « papier »7 la référence « électronique » pérenne (« CTS URN » : Canonical Text Services Universal Resource Names) d’un mot ou d’un passage.

Par ailleurs, il sera possible, à partir du texte de l’édition Kühn, d’accéder par un lien direct aux images des pages correspondantes des éditions de Chartier (1638-1689) et de Bâle (1538) sur lesquelles cette édition repose8, et dont les références sont indiquées en haut de chaque page de celle-ci9.

Différents index, dont un index grec des noms de lieux, personnes, œuvres cités, dont il n’existe à ce jour pas d’équivalent papier10, viendront enrichir les modalités d’accès au texte.

Chercher dans les traductions latines de R. Chartier imprimées dans l’édition de C.G. Kühn

De plus, il sera parallèlement possible, pour la première fois, d’effectuer des recherches au sein des traductions latines imprimées dans l’édition de C.G. Kühn, dont le texte a été océrisé. Comme C.G. Kühn a presque exclusivement repris ces traductions à l’édition de R. Chartier11 parue entre 1638 et 168912, et qu’il est bien établi que ce dernier s’appuyait sur des traductions antérieures13, il s’agit en réalité de matériel datant de la Renaissance, même s’il a été remanié.

L’exploitation de l’Index latin réalisé par F.W. Assmann (vol. 20 de l’édition Kühn) est également prévue, afin de faciliter la tâche des non hellénistes en les guidant vers les éventuelles traductions modernes des passages susceptibles de les intéresser.

Partager de nouveaux outils et de nouvelles données

Les outils élaborés dans le cadre du projet seront également mis à disposition en accès libre, afin qu’ils puissent servir pour d’autres corpus de textes.

Ce projet à long terme, dont la première phase est prévue pour le début de l’année 2022, est par ailleurs ouvert à toute proposition de collaboration, que ce soit pour enrichir « Galenus Verbatim » de textes libres de droits, ou pour explorer les pistes de recherche ouvertes par les nouvelles données qui seront produites.

Pour en savoir plus
  • V. Boudon-Millot, G. Cobolet et J. Jouanna (dir.), René Chartier (1572-1654) éditeur et traducteur d’Hippocrate et Galien, Actes du colloque international de Paris (7 et 8 octobre 2010), Paris, 2012.
  • J. Jouanna & V. Boudon-Millot, « Présentation du projet d’édition de Galien dans la Collection des Universités de France », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2, juin 1993, p. 101-135.
  • J. Jouanna, « René Chartier (1572-1654), éditeur injustement méconnu des œuvres d’Hippocrate et de Galien », dans V. Boudon-Millot, G. Cobolet et J. Jouanna (dir.), op. cit., p. 51-80.
  • S. Fortuna, « René Chartier e le edizioni latine di Galeno », dans V. Boudon-Millot, G. Cobolet et J. Jouanna (dir.), op. cit., p. 303-324.
  • S. Fortuna (dir.), Galeno Latino. Catalogo della tradizione latina di Galeno: manoscritti ed edizioni, en ligne.
  • V. Nutton, « In Defence of Kühn », Bulletin of the Institute of Classical Studies, Volume 45, Supplement 77 : The Unknown Galen, 2002, p. 1-7.
Citer ce billet
Nathalie Rousseau, « Galenus verbatim », dans Etymologika, 08/01/2022, https://etymologika.hypotheses.org/2648, consulté le 20/05/2022.
Notes
  1. Une édition critique est fondée sur l’examen des manuscrits et l’application de principes d’établissement du texte. []
  2. Voir J. Jouanna & V. Boudon-Millot, « Présentation du projet d’édition de Galien dans la Collection des Universités de France », op. cit. []
  3. Pour une présentation nuancée de cette édition, voir V. Nutton, « In Defence of Kühn », op. cit. []
  4. En particulier le désormais célèbre De indolentia (Ne pas se chagriner), qui n’était connu que par son nom avant que le manuscrit Vlatadon 14, qui comporte aussi, notamment, le texte grec du traité De propriis placitis (Opinions propres), ne soit retrouvé à Thessalonique par Antoine Pietrobelli en 2005. Voir A. Pietrobelli, « Variation autour du Thessalonicensis Vlatadon 14 : un manuscrit copié au xénon du Kral, peu avant la chute de Constantinople », Revue des études byzantines, 68, 2010, p. 95-96. []
  5. Auxquels a été ajouté le Commentaire au Prorrhétique I d’Hippocrate (16.489-840 K), inclus dans le « Digital Corpus for Graeco-Arabic Studies » mais curieusement exclu de « First Thousand Years of Greek ». []
  6. Cet outil remédiera d’une part à un défaut matériel de l’édition de Kühn relevé par V. Nutton, op. cit., p. 4 (« The actual format of Kühn’s editions makes them relatively easy to use, except perhaps when one has to search through thirty or forty pages to find a single chapter number ») ; il constituera d’autre part une aide pour qui veut éviter un défaut de méthode qu’observaient en 1993 J. Jouanna & V. Boudon-Millot, op. cit., p. 101, n. 9, même si les pratiques ont bien évolué depuis (« Une mauvaise habitude consiste à citer Galien uniquement par le tome et les pages de l’édition  Kühn, sans citer le traité de référence. C’est un signe que l’œuvre de Galien apparaît encore comme un océan indifférencié. Une telle façon de citer serait impensable pour la Collection hippocratique qui est beaucoup mieux connue. »). []
  7. Titre du traité et/ou abréviation en latin, français ou anglais, numéro de livre et/ou de chapitre, ainsi que volume, page, ligne de l’édition Kühn. []
  8. Voir par exemple J. Jouanna, op. cit., p. 75, qui propose de transposer « le compte rendu de Littré sur l’Hippocrate de Kühn » au Galien de Kühn, et de dire, en « pastichant Littré » : « le texte [grec] est celui de Chartier, la traduction est celle de Chartier ». Selon J. Jouanna, les « quelques modifications de détail » que l’on pourra « trouver çà et là » « ne remet[tent] pas en cause le jugement d’ensemble » ; l’on peut toutefois créditer Kühn de deux éditions princeps, celle de l’Anatomie des muscles (18b.926-1026 K) et celle du texte grec de la Synopsis des livres sur le pouls (9.431-533 K), dont seule une traduction latine est donnée par Chartier (vol. 8, p. 309-330). Chartier, quant à lui, a repris « le texte de l’édition précédente, à savoir l’édition de Bâle de 1538, en apportant éventuellement des modifications prises soit dans des manuscrits, soit dans des éditions annotées, et en faisant des conjectures » (J. Jouanna, op. cit., p. 66). []
  9. Ce qui est à porter au crédit de C.G. Kühn, comme l’observe V. Nutton, op. cit., p. 4 : « The simple act of providing page references to Chartier and the Basle edition simplifies enormously the task of finding a line or a word in these daunting folios ». []
  10. L’Index Galenicus. Wortformenindex zu den Schriften Galens, Dettelbach : J.H. Röll, 1997, 2 vol., de J. Gippert, n’est pas lemmatisé. []
  11. Tout comme le texte grec : voir n. 4 supra. En ce qui concerne les traductions, J. Jouanna (op. cit., p. 75, n. 52) note qu’« une exception significative est le premier traité du premier volume, à savoir le Protreptique, où Kühn a présenté une traduction latine différente de celle de Chartier, alors qu’à partir du second traité la traduction de Chartier est reprise ». Cette observation est corroborée par nos propres sondages dans différentes parties du texte d’une douzaine de traités imprimés dans différents volumes de l’édition Kühn, et en particulier dans les quatre traités pour lesquels, selon les analyses de S. Fortuna (op. cit., p. 317-324 ; voir n. 8 infra), Chartier s’est appuyé sur deux traductions différentes pour élaborer sa propre traduction (ce qui permet de confirmer que c’est bien précisément l’édition de Chartier qui constitue le modèle de celle de Kühn) : Ars medica (1.305-412 K, cf. 2.196-231 Chartier), Quod animi mores corporis temperamenta sequantur (4.767-822 K., cf. 5.444-461 Chartier), De placitis Hippocratis et Platonis (5.181-805 K, cf. 5.78-274 Chartier), et In Hippocratis De natura hominis (15.1-173 K, cf. 3.91-149 Chartier). []
  12. Voir J. Jouanna, op. cit., p. 54-64, et en particulier n. 26. []
  13. Sur la méthode de Chartier, qui précise très clairement dans son adresse au lecteur, au début du 1er volume, qu’il a estimé préférable de proposer des traductions « déjà approuvées » (versiones iam comprobatae), faites par d’« illustres traducteurs » (praeclarissimi interpretes), voir le jugement d’ensemble de S. Fortuna, op. cit., p. 313-316, qui observe que dans 90% des cas, Chartier reprend des traductions antérieures « sans aucun changement, ou avec un changement stylistique qui en général se concentre surtout dans les premières lignes d’une œuvre, et concerne plus ou moins largement des substitutions de mots ou des changements dans l’ordre » dans lequel ceux-ci apparaisssent (p. 315, nous traduisons) ; ainsi que plusieurs études portant précisément sur un traité ou un groupe de traités, parues dans ce même volume consacré à René Chartier (1572-1654) éditeur et traducteur d’Hippocrate et Galien (op. cit.), qui mettent également en évidence des cas de combinaisons de plusieurs modèles (voir C. Magdelaine, p. 151-157, et les références bibliographiques p. 148, n. 39 et p. 151, n. 49 ; B. Gundert, p. 223-224, et la conclusion p. 225 ; A. Guardasole, p. 240-241 et 245-248 ; T. Raiola, p. 254-262 ; M.-L. Monfort, p. 327-330). Pour une « liste provisoire » (lista provvisoria) des sources des traductions latines de R. Chartier, voir S. Fortuna, ibid., p. 317-324. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search