Pyoulque ou pyulque

Les Œuvres d’Ambroise Paré […], Divisees en vingt huict livres […], Reveuës et augmentées par l’Autheur, 4e édition,
Paris, 1585, Livre XIII (Des Vlceres, Fistules, & Hemorroides), Chapitre XVI (Des ulceres des Oreilles), p. 512.
Source : BIU Santé.

Les mots « grecs » de la langue de la médecine moderne ne forment pas un ensemble homogène : s’y côtoient ceux qu’elle a empruntés aux Anciens, et ceux qu’elle a formés à partir de radicaux grecs. Or pour le premier cas de figure, une question cruciale se pose : le terme a-t-il été repris pour désigner la même réalité – si tant est que cela soit possible, compte tenu de l’évolution des connaissances et des techniques ? Ou le terme désigne-t-il chez les modernes une réalité tout à fait différente de celle à laquelle il faisait référence chez les Anciens ?

Le terme pyoulque ou pyulque semble, à ce titre, fournir un cas d’école. Il est cité dans les dictionnaires spécialisés de médecine, du XVIIIe siècle au début du XXe1, comme nom d’un « instrument en forme de seringue, dont on se sert pour tirer le pus dans la poitrine et dans les sinus », si l’on reprend, par exemple, la définition (s.u. pyulque) du Dictionnaire portatif de Lavoisien (1793). Curieusement, cependant, aucun ne mentionne le contexte otologique dans lequel il apparaît chez Ambroise Paré, dans le Chapitre XVI, intitulé « Des ulceres des Oreilles », du Livre XIII consacré aux « Vlceres, Fistules, & Hemorroides », qui examine les moyens de « corriger la pourriture qui sort des oreilles » :

Que si la boüe & sanie ne pouvoit estre evacuee, il faudroit la tirer par une seringue propre, dicte Pyoulcos, comme tu vois par ceste figure2

Les Œuvres d’Ambroise Paré […], Divisees en vingt huict livres […], Reveuës et augmentées par l’Autheur, 4e édition, Paris, 1585, Livre XIII [Des Vlceres, Fistules, & Hemorroides], Chapitre XVI [Des ulceres des Oreilles], p. 511.

L’Encyclopédie méthodique de Médecine rédigée « par une société de médecins » et publiée à Paris en 1827, donne à cet « instrument de chirurgie, en forme de seringue », des fonctions plus étendues : elle précise (s.u. pyulque) que l’on s’en « servait autrefois pour retirer, par aspiration, les matières purulentes ou autres liquides épanchés dans diverses cavités du corps », et que « Paré, Piat & plusieurs autres chirurgiens ont tour à tour imaginé différentes espèces de pyulques » (dont « la plupart […] ne sont plus en usage »)3.

Quelles que soient les différences entre ces diverses définitions, il est clair que dans la langue moderne, le pyulque désigne ce que l’on pourrait appeler un « tire-pus ».

Pour ce qui concerne le grec ancien, la question pourrait au premier abord paraître incongrue. Le terme πυουλκός est en effet un mot composé, qui a pour premier élément le radical du nom du « pus », et pour second élément un nom d’agent, formé sur le verbe « tirer » : il signifie donc très exactement « tire-pus », « extracteur de pus ». C’est d’ailleurs la définition qu’en donnent tous les dictionnaires généraux du grec ancien. Ce sens que l’on peut dire « prédictible », que l’on peut déduire de la formation du terme, est confirmé dans la description de l’instrument fournie par les Pneumatiques de Héron d’Alexandrie, au premier siècle de notre ère, qui évoque très précisément le fonctionnement d’une seringue.

Cependant, la lecture des textes médicaux offre une surprise de taille : dans les rares passages où cet instrument est évoqué, il est presque exclusivement (sept fois sur huit) employé pour effectuer une injection ; dans le seul texte où est mentionné son usage pour aspirer un liquide, au cinquième livre de la Méthode thérapeutique de Galien, ce n’est pas du pus, mais du mélicrat versé dans une plaie que le pyulque sert à aspirer.

Doit-on attribuer à l’inventeur de l’instrument, qu’il s’agisse de Héron d’Alexandrie ou de l’un de ses prédécesseurs, l’invention de cette dénomination ? Celle-ci apparaît en effet a priori curieuse eu égard aux pratiques médicales les plus courantes : « enlever le pus » est généralement pratiqué grâce à un lavage par irrigation de la plaie, et ce n’est sans doute pas un hasard si l’une des deux seules attestations de l’expression πύον ἕλκειν « tirer du pus » en grec ancien – du moins dans les textes qui nous ont été conservés – apparaît justement chez Héron d’Alexandrie.

Quoi qu’il en soit, on peut conclure qu’il ne serait pas prudent de déduire une pratique médicale d’une simple dénomination ; ainsi que le rappelle Platon dans le Cratyle, et Galien après lui, les noms renseignent sur les idées de ceux qui les ont les premiers établis :

Socrate. – Voyons, Cratyle, réfléchissons. Si, dans la recherche des choses, on prend les noms pour guides, en examinant le sens de chacun d’eux, réfléchis-tu qu’on court grand danger de se tromper ? Cratyle. – Comment cela ? Socrate. – Celui qui le premier a établi les noms se réglait évidemment, pour établir les noms, sur l’idée qu’il se faisait des choses. C’est notre avis, n’est-ce pas ? Cratyle. – Oui. Socrate. – S’il ne s’en faisait pas une idée juste, et qu’il ait établi les noms sur cette idée, que nous arrivera-t-il selon toi, en le prenant pour guide ? Ne nous tromperons-nous pas ?

Platon, Cratyle, 436a-c, éd. et trad. L. Méridier, Collection des Universités de France, Paris : Les Belles Lettres, 1931.

Comme le dit Galien dans la Méthode Thérapeutique, « celui qui aspire à la vérité elle-même doit s’efforcer par tous les moyens de se détacher de ce qui est présumé par les noms, et d’aller à la substance même des choses » (2.2, 10.84-85 K).

L’objet que les Anciens nommaient pyulque – et que nous nommerions seringue – était muni d’un nom trompeur, qui ne renseignait pas sur sa fonction : le cas est en réalité aussi banal que celui de lunette, désignant un objet qui n’a qu’un rapport lointain avec une petite lune. Pourtant, pour les lecteurs qui savaient le grec, le terme restait motivé, compréhensible : c’est ainsi, paradoxalement, dans les textes d’Ambroise Paré que l’on trouve un pyulque accomplissant la fonction que lui confère son nom.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Nathalie Rousseau, « Pyoulque ou pyulque », dans Etymologika, 21/01/2020, https://etymologika.hypotheses.org/875, consulté le 04/12/2020.

Notes

  1. Selon les résultats d’une recherche dans le dossier « Dictionnaires » de la bibliothèque numérique Medica. []
  2. Dans la langue de Paré, le terme propre signifie « idoine », « approprié » : le sens « exempt de saleté » (qui en fait l’antonyme de sale) ne deviendra courant qu’au XVIIe siècle en français (voir TLFi). Une recherche dans l’ensemble du texte de Paré, où l’expression instruments propres à / pour  n’est pas rare, confirme cette observation. []
  3. Encyclopédie méthodique. Médecine, par une société de médecins. Paris, 1827, p. 403. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search